Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

BD

  • AMER BÉTON

    Amer beton integraleCoup de coeur 1Amer Béton
    Scénario : Taiyou Matsumoto
    Dessin : Taiyou Matsumoto
    Couleurs : <N&B>
    Dépot légal : Janvier 2019
    Editeur :
    Delcourt 1/Tonkam
    Collection : Découverte
    ISBN : 978-2-7595-0007-9
    Planches : + de 600

    Noiro et Blanko sont deux orphelins inséparables qui vivent ou plutôt survivent, perchés la plupart du temps – d’où leur surnom familier de "Chats" – sur les toits ou les poteaux d’un quartier de Takara où règnent la pauvreté et la violence. Ils survivent comme ils peuvent de divers petits larcins mais surtout règlent leur compte à tous ceux qui cherchent à s'approprier leur territoire, véritable périmètre de survie auquel il ne faut pas toucher. Si Noiro est un pragmatique, Blanko est plutôt un rêveur peu débrouillard. Une chose est sûre, ils ne peuvent vivre l'un sans l'autre. Un jour, un groupe de Yakuzas mené par Suzuki que tout le monde surnomme le Rat, prétend s'emparer du quartier pour y écouler sa drogue, ce qui équivaut à envahir le territoire des Chats mais aussi celui des Apaches que dirige un certain Chokola. Kimura, l’homme de main de Suzuki, est chargé d'expliquer à Chokola qu'il n'est plus le caïd du quartier mais qu'à présent il devra vendre la drogue pour lui et les yakuzas de Susuki. Noiro et Blanko ont toujours évité d'interférer dans les histoires de gangs, mais cette fois Noiro, même s'il n'apprécie pas trop Chokola, sent bien que son quartier ne sera plus le même si les yakuzas l'envahissent. 

    Amer beton plancheMon avis: Voici un gros volume compilant près de 600 pages qui nécessitera sans doute pour certains, comme ce fut le cas pour moi, un bon moment de lecture afin d’"entrer" dans un graphisme pour le moins surprenant et perturbant quand on est davantage habitué au style franco-belge, comics ou même manga. Mais une fois "captée" la griffe Taiyou Matsumoto, on se sent transporté, absorbé, happé comme cela se produit rarement. Là où on pourrait croire que tout est confusion et désordre, en réalité on découvre un découpage et une mise en scène efficaces. Les cases s’enchaînent, se coupent, s'entrecoupent à l’infini sur fond de décors riches – chargés diront certains – en détails. Mais cela ne gêne en aucune façon la lisibilité du récit. On va à l'essentiel, là où l'auteur veut que notre œil se pose! Les scènes d'action, souvent très violentes, sont superbement rendues, avec un dynamisme à couper le souffle. 

    Amer beton planche suiteLes personnages sont charismatiques à souhait. Blanko, un peu attardé, est largement mis en avant car il aime parler, penser tout haut, écrire des paroles de chanson, donner son avis sur tout. Quant à Noiro, il est plus taiseux, plus pessimiste, plus cérébral jusqu’au moment où il passe à l'action de manière soudaine et souvent très violente. La venue des yakuzas ne sera pas pour arranger les choses, au contraire. L'un ne va pas sans l'autre, un peu comme l'ombre et la lumière, le blanc(o) et le noir(o). On retrouve ici la notion d’opposés où chaque chose a besoin de son contraire et chacune a besoin de l'autre pour ne faire qu'une et se compléter. Leur seul repère se situe dans les rues de Takara où ils ont appris à survivre mais avec un code d'honneur qui leur est propre. Pour la ville, Taiyou Matsumoto a créé un univers de béton, chasse gardée de nos deux Chats que d’autres veulent grignoter, qui se présente comme un personnage à part entière et qui évolue tout autant que Chokola, le grand-père devenu SDF, les yakuzas ou les policiers.  Chaque personnage, même secondaire, a son importance dans ce récit habilement pensé et construit. Difficile d’en décrocher même lorsqu’on ressent le besoin de faire une pause après avoir lu une centaine de pages ! Pas étonnant que le Festival d'Angoulême lui ait consacré une exposition lors de son édition 2019.

    Je n'ai pas aimé cette intégrale en (amer) béton, je l'ai adorée !

    SDJuan