Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

Le RESTE du MONDE 3

Reste du monde 3Tome 3 . Les frontières
Scénario : Jean-Christophe Chauzy 
Dessin : Jean-Christophe Chauzy
Couleurs : Jean-Christophe Chauzy 
Dépot légal : octobre 2018
Editeur :
Casterman 1
Nombre de planches :110

Comment s'en sortir dans un monde qui n’est plus que désolation, maladies, guerres, destruction et violence? Comment survivre après "LA" catastrophe qui a complètement mis le monde sens dessus dessous? Rachel, Jérémy, Faryda, Hugo, Jules et les autres semblent avoir trouvé la solution en créant leur colonie. Ils y cultivent leurs fruits et légumes, ils chassent à l’arc en groupe d'au moins quatre personnes, non pas pour rapporter plus de gibier mais par simple sécurité pour faire face à un ennemi qui peut venir de n’importe où. Car le monde est infesté de pillards et de fous furieux qui vont même jusqu’à invoquer la religion pour justifier les pires des atrocités. Ils savent qu'ils ne sont pas à l'abri d'une attaque, mais pensent qu’ensemble ils pourront au moins faire face à toute éventualité. Du moins, c'est ce qu'ils croient...

Reste du monde 3 planche

Avis: Jean-Christophe Chauzy réussit le pari de nous plonger dans un climat plutôt sombre et oppressant qui correspond parfaitement à une planète violente aux paysages apocalyptiques. Conséquence de l’apocalypse, la Terre est peu encline à la bienveillance et les guerres de territoire pour la survie sont la norme. Le petit groupe constitué par nos jeunes héros a réussi à s'isoler et à créer son petit coin de "paradis", presque autosuffisant en nourriture hormis des parties de chasses obligatoires pour la viande, mais il sait qu’un jour il finira par tomber aux mains d’autres groupes ou de pilleurs qui eux aussi s’efforcent de survivre dans un monde redevenu sauvage.

Chauzy illustre à merveille, parfois même sur d’impressionnantes doubles pages, cette ambiance noire et dantesque où règnent le désordre, la saleté et les poubelles à perte de vue, la maladie et surtout les épidémies dévastatrices. Au milieu de cette noirceur, il intercale des séquences ouvertes sur la vie et empreintes de luminosité lorsqu’il évoque la communauté presque "paradisiaque" de nos héros survivants. Le contraste est saisissant. Le trait est clair et précis, les pages riches en décors et en personnages aux caractères bien trempés et facilement reconnaissables.

Un album décrivant un monde qui pourrait bien ressembler au nôtre si nous n'y prenons par garde et qui a, au moins, le mérite de nous y faire réfléchir.

SDJuan

 

BD chroniques auteurs.

  • 1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.