Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

VALOIS

Valois 1Coup de coeur 1Tome 1: le mirage italien
Scénario: Thierry Gloris
Dessin: Jaime Calderón
Couleur: Felideus
Editeur:
Delcourt
Collection: Histoire & Histoires
Dépot légal: 24 janvier 2018
Nombre de pages: 48

La guerre de Cent ans vient à peine de s’achever. Charles VIII, roi de France depuis 1483, se trouve dans l’obligation de prendre des décisions et ne peut compter que sur son entourage pour y parvenir. Sa sœur, Anne de Beaujeu, qui l’a élevé ne le sait que trop. En fait, Charles VIII est incapable de prendre seul une décision. L'Italie et ses cités-États sont alors au cœur de toutes les convoitises et Charles VIII aimerait bien qu'on le prenne au sérieux puisque le royaume de Naples semble bien être la solution à ses problèmes. De son côté, Blasco de Vilallonga, cadet d’une famille bourgeoise de Barcelone, se voit contraint de fuir sa ville à cause d’une querelle amoureuse l’ayant entraîné dans un affrontement au cours duquel il a blessé son adversaire. Il doit à présent s’enfuir pour rejoindre un monastère à Florence et y mener une vie monacale s'il veut échapper à la mort. Il chemine vers l’Italie en compagnie de son frère Arturo, du cardinal de Carpentras, Giuliano della Rovere, de Messire de Brie et d'Henri Guivre de Tersac, un jeune nobliau désargenté qui travaille au service de ce dernier. Mais durant leur périple vers Florence, la chance va les abandonner et ils vont tomber dans un guet-apens auxquels les Borgia, craints de tous, ne sont pas étrangers. En pleine rivalité avec Giuliano della Rovere, Rodrigo de Borja (Rodrigo Borgia en Italie), futur souverain pontife sous le nom d’Alexandre VI, vient d'échapper de justesse à une tentative d'assassinat par empoisonnement. Blasco et Henri vont devoir s'unir pour échapper à la mort et leurs destins en seront complètement bouleversés.

Valois 1 plancheMon avis: Thierry Gloris nous invite à suivre les débuts du règne de Charles VIII, jusqu’ici placé sous la tutelle de sa sœur Anne de Bretagne, alors qu’il cherche la reconnaissance en tant que roi. Outre le cheminement de Charles VIII, ce premier tome installe divers personnages en évitant – ce qui n’est pas toujours le cas des récits historiques – d’être rébarbatif, au contraire. Les jeunes Blasco et Henri apportent même une touche chevaleresque et téméraire. La plupart des personnages donnent lieu à une description de l'époque avec ses hiérarchies, ses frasques à tous les niveaux de l’échelle sociale, ses manipulations, ses luttes pour le pouvoir, ses alliances et ses désunions tant humaines que politiques. On découvre l'importance de l'Italie et de ses Cités-États prospères qui sont convoitées voire revendiquées comme c’est le cas par la France, qui organise une expédition vers Naples puisque Charles VIII en est le suzerain légitime, espérant ainsi monter une croisade vers Jérusalem dont il espère qu’elle lui vaudra le ralliement de l’ensemble de la chrétienté.

Valois 1 planche 4Que peut-on dire des dessins de Jaime Calderón qui n’aurait pas déjà été dit ? Ils sont toujours aussi détaillés et d'une précision phénoménale, le trait fin et minutieux, super-réaliste nous donnant une impression de profondeur et de volume. Les visages sont presque vivants alors qu’il s’agit bien de visages dessinés jusqu’au moindre détail et non de photos retravaillées comme on peut en voir chez d'autres auteurs. Les costumes sont tout aussi somptueux tout comme les décors avec de fabuleuses perspectives. Je reste toujours aussi stupéfait devant un tel résultat dont la qualité me fait penser au travail que réalisait Philippe Delaby (Murena) mais aussi à celui actuellement effectué par Éric Bourgier (Servitude), Eugenio Sicomoro (Lumière froide, La Porte au Ciel) ou Valentin Sécher (Méta-Baron) pour ne citer qu’eux. Véritablement, la grande classe!

Valois planche 8Et comme si cela ne suffisait pas, son travail est encore magnifié par la magnifique mise en couleurs de Felideus (encore un artiste espagnol!), qui loin d’écraser le trait ou les détails, comme cela s’est malheureusement produit sur les travaux précédents de Jaime, les met en valeur et les respecte au plus haut point.

Valois n b couleursSur pas mal de cases, Felideus arrive à nous donner l'impression qu’il s’agit d’images (ultra-)haute définition, certaines se rapprochant même de la 3D, voire de peintures. Du travail de pro que l’on a pu découvrir en 2017 sur "Les Traqueurs" avec Tirso au dessin ou "Les Chevaliers d'Héliopolis" avec Jérémy au dessin. Espérons que le tandem Calderón-Felideus continuera sur cette série, mais aussi les futures séries de Jaime Calderón dont le travail minutieux et élégant mérite amplement d’être ainsi mis en valeur.Valois jaquette canal bdA noter qu'il existe une jaquette Canal BD dont vous pouvez découvrir le visuel ci-dessus.

SDJuan

 

BD chroniques auteurs.

  • 2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.