Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

LES ÂGES PERDUS T1

Ages perdusCoup de coeurTome 1 - Le Fort des Landes
Scénario : Jérôme LE FRIS
Dessin : Didier POLI
Couleurs : Bruno TATTI
Dépot légal : Mars 2021
Editeur : Dargaud
Grand format
ISBN : 978-2-505-07322-2
Nombre de pages : 56

Ainsi que l’anticipaient les moines, l’apocalypse s’abat soudainement sur la planète en cet an mil annonçant l’entrée dans le IIe millénaire. Telle la fin du monde, un véritable bombardement de météorites détruit tout, marquant le déclin des civilisations. Les ténèbres s’installent, marquant le début du Temps de l’Obscure. Les rares humains rescapés se cachent dans les recoins et grottes encore accessibles pour tenter de survivre. Au fil des siècles, à l’extérieur la nature va lentement retrouver sa place mais il s’agit d’un monde hostile, tant la configuration des lieux, que la végétation, le climat bien sûr mais surtout les différentes espèces d’animaux sauvages, notamment les redoutables "écorcheurs". Le retour de la clarté et du soleil va pousser les survivants à quitter leurs cavernes. En partant à la découverte d’un monde dont ils connaissent peu l’histoire, ayant oublié tout le savoir des temps anciens, ils entrent dans "les âges perdus". Il faudra encore plusieurs milliers d’années pour que les humains s’organisent en de multiples clans se partageant les dons et bienfaits que la Terre peut de nouveau leur offrir au prix d’un fragile équilibre de répartition des terres et des ressources en fonction des saisons afin que tous en profitent. Chef du clan des Moòr, Primus va mettre à mal cet accord lorsqu’il décide de s’installer dans le Fort des Landes pendant la période réservée au clan des Lunes que dirige Arghana. En fait, cela fait plus de vingt saisons qu’il nourrit le projet de faire pousser une plante – l’engrain – qui éviterait leurs déplacements continus au milieu des hordes d’écorcheurs. Si son projet semble sur le point d’aboutir, il remet tout en question. Ages perdus plancheMon avis: Jérôme Le Gris nous propulse dans un monde naturel hostile où l’humanité rescapée de l’apocalypse va bénéficier d’une deuxième chance d’évoluer vers une nouvelle civilisation.
Pour l’instant, les humains survivants ayant perdu toutes leurs connaissances se partagent les ressources de la Terre grâce à un accord tacite entre les divers clans. Les lieux stratégiques de survie sont partagés à tour de rôle mais l’obligation de se déplacer expose chacun à un environnement difficile, inhospitalier et, surtout, dangereux. Les hommes sont une proie pour les grands prédateurs comme les écorcheurs. Un homme va tenter de tout changer à partir de textes anciens qu’il a pu récupérer. Sauf qu’en brisant l’ordre établi, son utopie pourtant salutaire pour les hommes, va occasionner des rivalités. Rien ne laisse prévoir le chaos qui va déferler à partir du Fort des Landes où Primus, sa fille Elaine, Hàran, Caratacos et bien d’autres pensent changer le monde.Ages perdu plancha autreUn scénario original, bien pensé, agrémenté de nombreux rebondissements et d’effets de surprises inattendus et, parfois, incroyables.
C’est Didier Poli qui se charge d’illustrer cette plongée dans un univers post-apocalyptique où les dangers sont omniprésents, en particulier ces terribles prédateurs aux cornes, aux griffes, aux dents acérées très bien rendus mais aussi la pire espèce d’entre eux, l’homme évidemment.
La traque et la chasse, mais aussi les rivalités pour un territoire ou une proie, sont le prétexte à de belles scènes de combat. Le trait est réaliste et plein d’énergie. Le découpage accompagne parfaitement le déroulement des événements, notamment l’utilisation d’une grande variété de cases, étirées en longueur pour souligner la dureté, plus petites et rapprochées pour l’action, etc. Les personnages sont représentés avec beaucoup d’efficacité et parfaitement reconnaissables.
Bref un dessin de qualité tout à fait en phase avec la structure narrative.Ages perdus planche 3Issus de l’animation, les deux auteurs travaillent en étroite collaboration et sont vraiment en harmonie sur ce projet.
Les couleurs de Bruno Tatti offrent de belles ambiances venant souligner l’intensité du récit.
Début très engageant d’une histoire prévue en quatre tomes dont le scénario est déjà bâti (selon les dires de Jérôme Le Gris)
.

SDJuan

 

auteurs. BD

  • 3 votes. Moyenne 4 sur 5.