Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

PSYKOPARIS

PsykoparisCoup de coeurIntégrale
Scénario : Tristan ROULOT
Dessin : Corentin MARTINAGE
Couleurs : Jean-Noël LE MOAL & MiKi
Dépot légal : Mai 2021
Editeur : Soleil
ISBN : 978-2-302-09157-3
Nombre de pages : 120

Paris. Une petite dame âgée que tout le monde appelle "Maman" prête de l'argent, mais tous savent qu'ils ont intérêt à respecter les délais de remboursement au risque de devoir subir de lourdes représailles. Ceux qui transgressent la règle savent qu’ils auront affaire au terrible "Prospecteur", un recouvreur de dettes plutôt louche qui n'hésitera pas à les découper ou les liquider. Et inutile de le supplier pour rester en vie car dès qu’il apparaît il est déjà trop tard. Maman tient un petit carnet bleu où elle consigne nom et dette de chacun. Tout y est bien noté. Ce jour-là, elle fait exceptionnellement preuve d’indulgence envers un mauvais payeur car elle a envie de prendre quelques jours de vacances. Ce même jour, Cid et Nathan, deux jeunes fêtards habitués à squatter des appartements inoccupés pour s’éclater avec leurs amis sont à la recherche d’un logement pour la soirée. Le hasard fait que leur chemin croise celui de cette vieille dame quittant son domicile avec des bagages. Ni une ni deux, ils s’introduisent dans son grand appartement pour y préparer leur fiesta. Pour récupérer du fric, ils décident de vendre quelques meubles. Malheureusement Chomsky, leur acheteur habituel, en a déjà trop en boutique et refuse de les prendre. Finalement, c’est Disco, l’épicier d’à côté qui va les sauver. Le hasard va de nouveau intervenir quand Cid qui cherche de quoi écrire plonge la main dans le vieux secrétaire déposé sur le trottoir et en ressort un carnet bleu. De son côté, Maman qui finalement s’ennuie beaucoup a pris la décision de rentrer chez elle...Psykoparis plancheMon avis : Les auteurs ayant souhaité répondre aux demandes répétées d’une communauté de fidèles, cet album sous-titré "Intégrale" reprend les pages du tome 1 (publié en mai 2011) auxquelles ils ont ajouté près de 60 nouvelles pages pour nous proposer une histoire complète (initialement prévue en trois tomes).
On découvre donc 116 pages bourrée de testostérone, d'humour, de combats intenses et sanglants, de rebondissements, de surprises… 
Le récit, très dépaysant, se situe dans un Paris imaginaire où règne le chaos, où des bandes et mafias sévissent, où seules les armes blanches (dagues, poignards, épées, sabres, etc.) sont utilisées, un Paris sans police et sans voitures aussi.
Tristan Roulot nous propose ce scénario complètement déjanté dans une ville en proie à la rivalité des clans, où les gens s’entretuent pour un quignon de pain, où l'on croise aussi bien un ancien gladiateur, des jeunes maniant plutôt bien le sabre qui s’entraînent chez un épéiste chevronné, deux collectionneurs de sabres et d’épées prêts à tout pour s'emparer de pièces rares, un assassin, un ancien conseiller du maire de Paris devenu le "Basileus Darkos" dans la commune autonome de Montmartre… et cette vieille usurière semant la mort grâce à un Prospecteur increvable.
Roulot propose un récit astucieux où il mélange anticipation, fantasy, fantastique avec une pointe de techno-thriller plus quelques références cinématographiques et littéraires.
Un récit déjanté mais bien construit et maîtrisé pour une lecture agréable et fluide.Psykoparis planche autreLes dessins soutiennent parfaitement ce ton déjanté avec une construction bourrée d'énergie.
Corentin Martinage travaille dans un style hybride entre franco-belge, comics et manga dont il épouse tous les codes mais seulement dans ce que chacun d’eux a de meilleur.
Beau travail sur les décors, les cadrages et belle dynamique visuelle sur les nombreuses scènes de combat dans le plus pur style manga ou comics.
Très agréable mise en couleurs réalisée par Jean-Noël Le Moal et Julie Poupart auxquels s’est joint MiKl (Le Maître chocolatier, Litteul Kévin, Hedge Fund, H.Ell, I.R.$., Odyxes, etc. ) pour les nouvelles pages.
Un résultat globalement clair et dynamique.

SDJuan
 

 

Social BD

  • 1 vote. Moyenne 4 sur 5.