Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

KURUSAN, le samouraï noir T1

KurusanTome 1 - Yasuke
Scénario : Thierry GLORIS
Dessin : Emiliano ZARCONE
Couleurs : Bruno TATTI
Dépot légal : janvier 2021
Editeur : Delcourt
Collection : Histoire & histoires
ISBN : 978-2-413-01990-9
Nombre de pages : 56

Japon, 1570. Fils d'un seigneur local, Oda Nobunaga a réussi à se hisser au rang de "daimyo" (gouverneur militaire/seigneur de guerre). Désormais sa réputation le précède et lui a valu le surnom de Roi Démon. C’est un homme ambitieux qui convoite le titre de "shogun" (en quelque sorte, général en chef). Parallèlement, un jésuite italien nommé Alessandro Valignano est arrivé au Japon pour y effectuer la tournée des congrégations de son ordre, accompagné de son serviteur, Yusuf, un ancien esclave noir doté d’une force incroyable, qu’il a rebaptisé Joseph. Ce géant noir (il mesure presque 2 mètres), véritable force de la nature, est une curiosité au Japon et il attise des convoitises. Amené à croiser sa route, Oda Nobunaga est fort impressionné et manifeste clairement le désir de le prendre à son service. Il l’achète au missionnaire et le surnomme Kuru, c’est-à-dire "noir". Le peuple le surnommera désormais Kurusan ("monsieur noir"). Kuru doit alors suivre un enseignement strict pour apprendre la langue et les coutumes et traditions du pays. Il prend alors le nom de Yasuke. Il apprend vite et passe de simple curiosité à garde du corps de son maître. Ce dernier se liera d’amitié avec lui et le prendra même sous son aile pour en faire un homme de confiance. Pour le moment, il n’a pas encore qualité pour combattre mais très vite et avec l’aide de la chance, il se verra proposer une formation de guerrier, autrement dit de samuraï.Kurusan plancheMon avis : Le premier tome de "Kurusan, le Samouraï noir" accroche d’emblée le regard avec sa superbe couverture emblématique du sujet abordé, qui devrait ravir les amoureux de la culture japonaise traditionnelle mais pas seulement.
Thierry Gloris entreprend donc de nous conter un pan de l’histoire avec un grand H d’Oda Nobunaga, cet important daimyo (seigneur de guerre) de la période Sengoku (1477-1573), dite des provinces en guerre, de l’histoire du Japon.
Oda Nobunaga a passé sa vie sur les champs de bataille et a conquis une grande partie du Japon avant sa mort en 1582. On le voit nouer des liens avec cet esclave noir, dont le personnage mais surtout la stature l’ont littéralement fasciné, l’un des rares étrangers et sans doute le seul noir de tous les temps à être devenu samuraï.
On découvre l’ascension de Yusuf, alias Joseph, alias Kuru, alias Yasuke grâce à sa capacité de s’adapter et d’apprendre les coutumes japonaises.
On passe assez vite d’une étape à l’autre, sur ses rapports avec les différentes personnes qui l'entourent, sur les étapes de l’ascension de ce jeune apprenti samuraï. Vivement le tome deux pour le voir en action.
J’aurais aimé que cette phase d’apprentissage soit plus développée mais je suppose que ce n’est pas l’essentiel pour Thierry Gloris qui dirige plutôt son écriture vers les liens entre ces deux hommes de culture et de coutumes différentes, vers l'évolution de leur relation qui force le respect mais surtout sur le contexte et l’époque où se situe l’action, particulièrement riches en événements largement évoqués par les scènes de combat, complots et intrigues qui agrémentent le récit.
Un scénario bien construit et documenté et surtout intelligible à tous et pas seulement aux seuls initiés.Kurusan 1 samurai noirCôté dessin, la qualité est au rendez-vous. Emiliano Zarcone passe avec aisance de scènes paisibles ou d’euphorie à d’autres plus violentes et même à des combats très durs au sabre. 
Toute la panoplie de l'univers japonais est bien représentée, l’atmosphère générale, les édifices, les costumes, les tenues de combat traditionnelles.
Un ensemble dynamique, bien découpé où les couleurs (dues à Bruno Tatti) s’accordent aux différentes situations, notamment plus vives sur les scènes d’action.
Il n'y a pas que Kurusan qui se forme à la culture japonaise, le lecteur aussi.

SDJuan

 

Social auteurs.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.