Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

LES FRÈRES RUBINSTEIN

Freres rubinsteinCoup de coeurScénario : Luc BRUNSCHWIG
Dessin : Etienne LE ROUX & Loïc CHEVALLIER
Couleurs : Elvire DE COCK
Dépot légal : avril 2020
Editeur : 
Delcourt
ISBN : 978-2-413-02392-0
Nombre de pages : 72

Bien que frères, Salomon et Moïse sont très différents. Alors que le premier est malin et rusé, le second surmonte sa timidité par une intelligence supérieure. En toute logique, Moïse, le plus intelligent de sa classe et même de son école, aurait dû être nommé "Major de la promotion 1927 des sixièmes de l’académie Anatole-Lambertin", mais le destin va en décider autrement. Bizarrement, par le plus grand des hasards, c’est Louis Lambertin, le fils d’Anatole Lambertin, le mécène de l’académie portant son nom tout comme la cité ouvrière où réside la famille Rubinstein, qui a reçu cet honneur. Salomon promet à Moïse de tout faire pour rétablir les choses comme le voudrait le bon sens. Passionné de cinéma, Salomon accompagne régulièrement Rivka, une jeune fille aveugle qui partage la même passion, pour lui commenter les films. Ce jour-là, il aperçoit Louis dans la salle et décide de le suivre aux toilettes. Là, sous la menace, il conclut un marché visant à rendre sa première place à Moïse, puis il quitte le cinéma avec Rivka. Mais peu après, Louis Lambertin est retrouvé dans le coma après avoir été "agressé" dans les toilettes. Tout semble désigner Salomon que M. Djerzezak, le directeur du cinéma, a personnellement vu "s’enfuir" et qui rameute un groupe de personnes ayant la haine des Juifs, bien décidées à aller chercher Salomon chez lui pour le livrer à la police. Mais sur place, les choses tournent mal ...Freres rubinstein 1 plancheMon avis: Luc Brunschwig au scénario et Étienne Le Roux (Aménophis IVConan le CimmérienLa mémoire dans les pochesSept MacchabéesLe Serment de l’AmbreLe Temple du PasséWW2.2 [T6]) assisté au dessin par Loïc Chevallier (Kenji le Ninja et coloriste sur Ellana et La quête d’Ewilan) nous proposent le premier album d’une nouvelle série (prévue en neuf tomes) consacrée à la vie de deux frères juifs d’origine polonaise durant la période 1927-1948. Cela commence très fort. Luc Brunschwig nous plonge tout de suite dans l’action que ce soit dans ce train arrivant au camp de travail de Sobibor en Pologne que, quelques années plus tôt, dans un club de Hollywood où les deux frères sont venus rencontrer Noam Katz et un certain Sam Garfunkel, espérant faire fortune en Californie. Les flashes-back vont bon train sans nuire à une lecture des plus captivantes dont il a le secret. Il faut bien neuf tomes pour permettre à Luc Brunschwig de livrer tout son potentiel car il est sans aucun doute meilleur sur ce format. Ceux qui suivent "Le Pouvoir des Innocents" (avec Laurent Hirn au dessin) pourront vous le confirmer. Luc travaille ses personnages en profondeur les rendant de plus en plus crédibles, plus attachants et du coup l'empathie opère sans confusion. Au lieu de nous embrouiller sur plusieurs pistes, les choses vont en se précisant au fil des cases, des pages et des albums, le suspense va crescendo et on en redemande. Une nouvelle fois, Luc Brunschwig nous accroche et nous donne envie de connaître la suite et, heureusement, le deuxième tome arrive dès octobre 2020 et le troisième est prévu fin mars-début avril 2021 (à noter, la sortie de ce premier album initialement prévue en avril 2020 a été reportée fin août en raison de la situation sanitaire exceptionnelle liée à la pandémie de covid-19).Freres rubinstein 1 planche autreEtienne Le Roux et Loïc Chevallier nous régalent d’un dessin dynamique, riche en décors et aux ambiances variées, tantôt gaies et lumineuses, tantôt sombres et effrayantes, selon les périodes évoquées. Les personnages sont très expressifs et on partage facilement leurs émotions, la colère, la peur, la joie, la crainte, la fierté... Les cadrages et la mise en page sont tout à fait appropriés et servent parfaitement la narration en assurant une lisibilité optimale. L’ensemble est agréablement mis en valeur par les couleurs d'Elvire de Cock.

SDJuan

 

auteurs. chroniques

  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.