Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

Palmarès des films 2017

Que dios nos perdone affiche

La passion du cinéma qui m’anime me pousse à voir beaucoup de films, le plus souvent possible sur grand écran. Dans ce format, on reçoit au mieux le spectacle, on ressent au mieux l’expérience et on s’approche au mieux de l’intention réelle de l’auteur ou tout au moins de l’équipe artistique…

Une année cinématographique en demi-teinte pour moi… Parmi la soixantaine de films vus cette année (la liste complète en fin d’article), certains films, parmi les péloches très attendues ont eu une immense capacité à me décevoir, même si je sais être (très) bon public…
Même si, comme pour tout, il s’agit du goût de chacun, qu’il est difficile voire impossible de discuter, je m’aventure à vous établir ici mon petit palmarès perso de l’année 2017 - que vous n’êtes pas obligé d’approuver, mais qui peut vous aider si vous voulez combler quelques lacunes après vos 6 mois en Amazonie.

- Les 3 plus grosses déceptions (comme ça, c’est fait):
Alien Covenant
A cure for life
La Momie (mention spéciale "catastrophe industrielle").

- Les 4 "dommage, y’avait tout mais quelque chose a merdé quelque part": 
The Circle (intéressant mais a oublié d’avoir un point de vue)
Sleepless (si ça avait été un film des années 90, c’était super)
Atomic Blonde (presque Jason Bourne… presque, seulement)
Gardiens de la galaxie, Vol 2 (script trop light; faut bosser un peu plus, quand on a des personnages pareils, les gars!).

Fort heureusement, je passe maintenant dans le mode positif, avec les films qu’il serait dommage que vous ne voyiez pas, si jamais ils vous ont échappé…

- Mes trois "tendus comme un string", parfaits pour une nuit blanche:
Get Out
Split 
Que Dios nos perdone (mention spéciale pour la noirceur de ce film très fort, entre Seven et Prisonners).

- Mes trois perles noires:
Mon garçon (une performance d’acteur inouïe, en temps réel et où l’acteur principal – Guillaume Canet – ignorait tout du script et devait improviser)
La Mécanique de l’Ombre (cinéma de genre à la française) 
Logan (un film de super héros qui n’en est pas tout à fait un, crépusculaire, entre western et road movie).

- Les purs moments d’émotions (avec les larmes et tout et tout…):
Au revoir là-haut
Le Brio
Patient
Lion
Wonder.

- Le top des films de Super-Héros:

Logan Thor Wonnder woman

Wonder Woman
Thor Ragnarok
Logan (again).

- Les inattendus qui font du bien au ciné qu’on aime:
7 sisters (peu de moyens mais de la bonne anticipation qui nous parle de notre monde)
Happy Birthdead (entre whodunit et slasher, avec une bonne idée en plus et beaucoup de second degré)
Kingsman 2 – Le cercle d’Or (James Bond comme on l’aimait voici un moment)
Quelques minutes après minuit (le conte de fée revu et corrigé).

- Le cinéma dans les grandes largeurs (qui doit se voir sur un écran le plus grand possible):
Blade Runner 2049
Dunkerque
Ghost in the Shell
Star Wars, ép. VIII – Les derniers Jedi
Valerian

Ghost in the shell Star wars les derniers jedi Valerian

Les majors restent en tête de l’Entertainment pur, mais le cinéma de plus petit format se permet d’être encore très créatif, d’oser une offre décalée et innovante, de taper très fort droit au cœur, avec moins d’apparat mais autant de brio.
Et je suis heureux de souligner que, même si je ne suis pas spécifiquement fan de la production française ou européenne, il y a apparemment dans le film d’émotion et de genre de la place pour que s’expriment nos talents.

Ainsi dans la catégorie "purs moments d’émotion" figurent 3 films français. Et parmi "les perles noires", 2 productions françaises.
Et si je devais vous enjoindre à voir UN seul film choc, issu de la catégorie "tendu comme un string", énorme coup de poing dans la face, il serait ESPAGNOL puisqu’il s’agit de "Que Dios nos perdone".

Que dios nos perdone affiche

Bon rattrapage, si cette chronique vous sert à quelque chose… Bon cinéma 2018… Et bon bout d’an à tous…
Cette année, j'ai vu (ou subi): 
7 Sisters; 47 Meters down; A Cure for Life; Alibi.com; Alien covenant; Annabelle 2; Atomic Blonde; Au revoir là-haut; Blade Runner 2049; Braquage à l’ancienne; Ça; Demain, tout commence; Dunkerque; Épouse-moi mon pote; Get Out; Ghost in the Shell; Happy Birthdead; Hitman and Bodyguard; Jackie; DC Justice League; John Wick 2; King Man 2; La grande Muraille; Lala Land; La Mécanique de l’Ombre; Le Brio; Le Musée des Merveilles; Le Sens de la Fête; Les Figures de l’Ombre; Les Gardiens de la Galaxie Vol 2; Life; Logan; Moi, moche et méchant 3; Mon garçon; Patients; La Planète des Singes 3 - Suprematie; Que Dios nos perdone; Quelques minutes après minuit; Rock N’Roll; Silence; Kong Skull Island; Sleepless; Sous le même toit; Spiderman Homecoming; Split; The Circle; Thor Ragnarock; Tous en scène; Valerian; Wonderwoman; C’est tout pour moi; Star Wars ép. VIII - Les derniers Jedi; Tout là-haut; Wonder.

Frédéric Briones

 

chroniques auteurs. Film

  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.