Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

LES CHIENS DE PRIPYAT.

Chiens de pripyatTome 1: St Christophe.

Scénario : Aurélien Ducoudray
Dessin : Christophe Alliel
Couleurs : Magali Paillat
Editeur : Bamboo Édition
Collection : Grand Angle
Dépot légal : Janvier 2017
Nombre de planches : 54

Histoire: 

6 mois après l’explosion à la centrale de Tchernobyl, quand le risque de contamination a décru, un groupe de 5 chasseurs sont envoyés dans la zone irradiée pour tuer les chiens qui y survivent. Ce « commando » atypique se compose de Kolia, 16 ans et de son père le « Sanglier » Prypiatflanqués de Sputnik , alcoolique, de Pravda, ancien Spetnaz post-traumatisé et de Petit Père, un tireur d’élite. Dans la zone interdite, ces chasseurs de canidés privés de maîtres croiseront de dangereuses brigades et d’étranges personnages.

"La ville de Pripyat, construite dans les années 70 à trois kilomètres de Tchernobyl, et prévue au départ pour accueillir le personnel de la centrale, est devenue une ville fantôme."

Chiens de pripyat planche 3La ville de Pripyat telle que nous la représente le dessinateur Alliel dans ce premier volume (histoire en 2 tomes), est telle qu’elle apparait aujourd’hui : une végétation qui reprend le dessus, des immeubles vides et une fête foraine avec sa grande roue abandonnée. Aurélien Ducoudray nous propose une aventure historique et fantastique, au cœur de la zone irradiée de Tchernobyl. Après le très bon diptyque Amère Russie il nous conte la vie d’un groupe de personnages fouillés et pittoresques. Il s'attache à décrire sur les difficultés des groupes et individus vivant sous la menace invisible mais très perceptible de la contamination. Alliel au dessin assure très bien le travail. Le dessin est fouillé et précis. Les environnements sont soignés. Seule réserve : une mise en couleurs, peut être, un peu trop « douce » pour ce Pompéi soviétique. A vous de juger !

Chiens de pripyat planche 5Un premier tome, en tout cas, réussit qui se termine par une dernière page bien intrigante !

Pripyat pour les Nuls : La ville est évacuée au bout de 30 heures, le 27 avril, le lendemain de l'explosion, dans l'urgence. Un convoi de l'armée soviétique composé de chars et 1 225 autocars est mobilisé afin d'accélérer le processus. La consigne a été donnée de ne rien emporter, les autorités ayant annoncé un retour sous trois jours. Les cars chargés d’évacuer la population forment un convoi long de 20 km. Pripyat étant devenue hautement radioactive, l'armée a été amenée à détruire un grand nombre d'objets présents au sein des appartements et des bâtiments pour éviter qu'ils soient ensuite récupérés et que des personnes s'aventurent dans cette zone. Mais cette mesure avait également pour but de dégoûter les anciens habitants de Pripyat de s'y reloger illégalement. Pripyat est aujourd'hui une ville abandonnée, devenue un musée témoignant de la fin de l'ère soviétique. À ce titre la ville est souvent comparée à Pompéi.

MDC

 

BD chroniques auteurs.

  • 1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.