Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

Les PETITES DISTANCES

Petites distancesScénario: Véro Cazot 
Dessin: Camille Benyamina 
Couleur: Camille Benyamina 
Editeur: Casterman 1
Dépot légal: 22 avril.
Nombre de pages: 154

Max est un jeune homme qui de plus en plus a l'impression de ne pas exister. En effet, les gens l'oublient dès qu'ils le quittent. Et lorsqu’ils le recroisent, ils ne le reconnaissent pas. Il a déjà ressenti cette impression avec sa mère pour qui il existait à peine, au point d’être transparent. Les choses semblent aller de mal en pis. Même sa psy, qu'il s'est enfin décidé à consulter, ne se souvient plus de lui. Même son colocataire ne le voit plus alors que Max vient à peine de s’installer chez lui. Plus les jours passent, plus il devient invisible aux yeux de tous. Plus personne ne le voit, ne le sent. Les gens lui passent au travers. Pourtant Léonie, une voisine qui vit seule à cause des fantômes et présences maléfiques qui la hantent chaque soir, semble être la seule personne capable de pouvoir entrer en contact avec lui. En effet, lorsqu'ils se sont traversés dans les escaliers, elle semble avoir senti sa présence. Max se décide donc à entrer en contact avec elle, mais rien ne semble se passer. Une nouvelle fois, il est invisible pour elle. Mais il finira par se sentir bien chez Léo et s'y installera, même invisible, même en tant que fantôme.

Image2 32Mon avis: Voici une comédie sentimentale dans laquelle le fantastique va prendre le dessus petit à petit. A la base l’histoire est dure car elle parle du mal être, de la déprime, du cafard, des moments de doute ou de questionnement lorsque, comme dans le cas de Max, les gens ne se souviennent plus de vous au point d’avoir l’impression de ne plus exister, ou de vivre dans un monde parallèle. Mais comme dans la vie réelle, lentement ce sentiment va tendre vers le positif, le désir de s’affirmer et de vivre, pour finalement exister vraiment. Max va ainsi vivre auprès de sa voisine Léonie, dans son intimité, partager ses rencontres d’un soir, ses visites, en fait cohabiter avec elle dans la plus grande intimité. Une histoire de peurs, de phobies mais aussi d’amitiés et surtout d’amour et d’affirmation de soi que Véronique Cazot a bien maîtrisée dans cet album au scénario intelligent et surprenant.

Image1 54Au dessin, Camille Benyamina réussit parfaitement à rendre cette impression d’intangibilité progressive en jouant avec les couleurs qu’elle superpose sur un même point, symbolisant deux corps qui se fondent sans pouvoir se toucher puisque Max au fil des pages devient impalpable. Son trait est juste et précis tant pour les scènes du quotidien que pour les scènes plus ou très intimes, en évitant le malsain ou le voyeurisme. Elle le fait avec justesse, tendresse parfois, avec une touche d’humour aussi, avec des couleurs agréables parfaitement adaptées à chaque atmosphère.  

SDJuan

 

BD chroniques

  • 2 votes. Moyenne 4.00 sur 5.