Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

BERNARD PRINCE chez BLACK & WHITE 2

IBERNARD PRINCE B&WNTTL2 . Bernard Prince en noir et blanc
Scénario : GREG
Dessin : HERMANN
Couleurs : <N&B>
Dépot légal : juillet 2021
Editeur : Black & White
Collection : Noir pur
Grand format
ISBN : 978-2-383-63000-5
Planches : 376

Avec ce deuxième tome grand format des aventures de Bernard Prince en noir et blanc dans la collection NOIR PUR, c’est l’intégralité que possède le bienheureux acheteur.
Je ne peux que féliciter encore une fois Raphaël Wacker et ses Éditions Black & White pour la réalisation de ce somptueux album.

Bernard prince 1Un dossier d’introduction présente sur papier mat très épais quelques pages des premières histoires courtes de Bernard Prince en parallèle de celles de Bob Francval, personnage inventé par Greg en 1958 pour le magazine IMA, l’ami des jeunes et dessiné par Louis Haché.
Le texte dans les bulles est identique mais Hermann présente une composition et un contenu des cases avec de nettes différences.
Ensuite, Pierre Guillot présente un court portrait du dessinateur agrémenté d’interventions de celui-ci extraites de différentes sources notifiées en fin d’album (il est à retenir que c’est le même procédé qui présente chaque aventure).
Quelques illustrations couleurs, noir et blanc puis arrive la page de titre avec au verso les indications de tirage, le numéro et la signature.
Un tiré à part et deux offset couleurs complètent le tout.
Voici maintenant une brève présentation des aventures et quelques réflexions personnelles:

1. 7 histoires courtes, 1966.

Bernard prince 01Hermann avait 28 ans quand il dessinait ses premières aventures d’un inspecteur d’Interpol accompagné de son pupille Djinn.
C’était le genre d’histoires complètes que l’on pouvait trouver dans les magazines BD de l’époque en supplément des histoires à suivre.
Des truands et une enquête rapidement menée par un inspecteur infaillible et souvent aidé par Djinn.
Parfois on pourrait penser à Bob MORANE (voir la planche 2 du récit Opération "jeunes mariés"), les amateurs comprendront.
Greg écrit de petits scénarios efficaces et si le dessin d’Hermann est encore brut et influencé, il est déjà très animé et riche de détails.
Et cette collection NOIR PUR trouve tout son sens pour le rendu des traits et des aplats du noir dont je suis un grand amateur.
Surtout sur un papier très légèrement satiné pour un meilleur effet encore.

2. Le Général Satan, 1967.

Bernard prince 02C’est le titre de l’album qui reprenait, avant le récit nommé ci-dessus, Les Pirates du Lokanga (23 pages).
Prince, ayant reçu un petit yacht en héritage, décide de mener une vie de marin en transportant des marchandises sur le Cormoran.
Nous le retrouvons avec Djinn faisant escale dans un petit port d’Afrique.
La dernière case de la page 1 nous présente d’une façon renversante un personnage qui deviendra peut-être le préféré des lecteurs, le dénommé Barney Jordan!
Qui vient de se battre avec le vilain Bronzen.
La jolie Burma demande l’aide de Prince pour récupérer des caisses contenues dans un avion tombé dans la jungle au bord d’un fleuve. Barney est embauché.
Mais Bronzen veut aussi les caisses.
Si les premières pages nous présentent encore des personnages proches des courtes histoires précédentes, un changement s’opère indubitablement.
Certaines planches au service de l’histoire s’admirent également pour elles-mêmes.
Les traits s’affinent. Tous les détails se précisent encore plus. Des atmosphères se créent.
Et avec Le Général Satan, l’histoire suivante, si Prince se cherche encore, d’autres sont déjà bien présents en chair et en os tel le major Li ou en graisse tel le Général. Avec lui, Hermann a créé un personnage irréprochable, son visage, ses traits, sa corpulence, son attitude. Il est vraiment très impressionnant et ce n’est pourtant qu’un personnage dessiné.
Ce pirate est accompagné de Lotus pourpre, femme au visage de toute beauté.
Nos trois amis doivent éviter toutes les embuscades de Satan pour amener du ravitaillement à un fort perché sur des rochers à front de mer.

3. Tonnerre sur Coronado, 1967.

Bernard prince 3Cette fois, c’est un récit de 44 planches.
Le trait d’Hermann devient somptueux. Il manie le pinceau avec dextérité. Il y a encore parfois des imperfections comme le Prince de la page 4, case 9.
Greg nous présente un scénario plus classique. On retrouve Bronzen en riche éleveur qui s’approprie toutes les terres des pauvres paysans.
Il vit dans un décor moderne et luxueux qu’on retrouvera plus tard dans certains intérieurs des aventures de Jeremiah.
Il s’est entouré d’une milice qu’il dirige tel un SS.
Hermann ne s’est pas gêné pour lui offrir un costume très significatif.
Prince va évidemment offrir son aide aux rebelles et Barney va se mesurer à El Lobo, personnage d’une truculence inouïe.
Les qualités d’Hermann se précisent : nous offrir des personnages d’une présence incroyable qui marqueront le lecteur à tout jamais. Jordan, Satan, Bronzen, El Lobo. Ça ne fait que commencer.
C’est la première qualité, la deuxième arrive et c’est la plus mémorable car il est le seul, je trouve à réussir cet exploit.

4. Aventure à Manhattan1968.Bernard prince 04

Ou comment et pourquoi Barney Jordan devient le sosie de son excellence Aloysus Gerdelsohn, expert des tapisseries boslaviennes pour quelques jours dans la ville de New York enneigée?
Aventure à l’humour très présent où Prince renouera avec quelques connaissances du temps d’Interpol.
La couverture originale de cet album est pour moi une œuvre d’art aussi iconique que celle de La Marque jaune.
La case d’introduction est aussi de toute beauté.
Barney est évidemment à l’honneur dans cet album et son sosie lui est très semblable de caractère finalement. Était-ce prévu où est-ce venu naturellement?
Les personnages prennent de l’épaisseur.
La symbiose scénariste/dessinateur est parfaite.
Ils sont prêts pour la grande aventure…

5. L’Oasis en flammes, ​​​​​​​1969.Bernard prince 05

​​​​​​​Le premier des meilleurs récits de Bernard Prince et d’aventure tout court.
Nos trois amis vont se retrouver dans le désert pour apporter des médicaments aux victimes innocentes de conflits.
Oui je sais, ils sont rarement en mer nos marins et le Cormoran les amène souvent juste à quai d’une nouvelle aventure.
Il faudra encore attendre un peu pour se mouiller.
Le deuxième atout sort de la manche d’Hermann : sa représentation du monde minéral, végétal… et des éléments naturels. Et toujours ces personnages si emblématiques, ici Rahad Sadji qu’on dirait sorti d’une BD de Tintin nourrie aux stéroïdes.
Mais le clou (plutôt les clous) du spectacle sont l’incendie d’un camp des gredins et surtout la tempête de sable.
Hermann est le seul, oui le seul à nous représenter cette force des éléments avec de l’encre, des pinceaux et du papier.

6. La Loi de l’ouragan, 1970.Et ça continue…Bernard prince 06

​​​​​​​Superbe case en clair-obscur pour introduire une aventure encore plus forte que la précédente.
El Lobo est de retour. Encore plus impressionnant. Hermann en fait un colosse surhumain et on y croit, tellement son talent sert le personnage.
Il a gagné au jeu le tiers d’une affaire de pêcherie perlière.
Mais il faut convaincre les deux autres tiers et surtout les autochtones.
Et se débarrasser de la créature monstrueuse qui hante les eaux marines.
​​​​​​​Elle est férocement vorace.
Les scènes marines où elle attaque sont d’une beauté cinématographique. Du jamais vu en BD. Et comme si ça ne suffisait pas, l’ouragan arrive sur l’île. Il détruit tout! Il arrache les palmiers, élimine la fragilité humaine.
Hermann dessine ces scènes de déchaînements naturels avec une aisance divine.
Seul le noir et blanc peut montrer la force et la justesse de son travail.
Et il nous réserve encore quelques surprises dans des récits ultérieurs mais je pense quand même que cet impact si puissant sur les yeux et le ressenti du lecteur est servi par l’instrument utilisé qui est le pinceau.

7. 6 histoires courtes, 1969 - 1978.Bernard prince 07

​​​​​​​Elles viennent de Tintin Sélection, Tintin Spécial.
La plus intéressante est peut-être celle qui raconte un épisode de Barney sur une vedette lance-torpilles pendant la guerre du Pacifique. (Malheureusement, les originaux ne devaient plus être disponibles).
L’intérêt vient aussi de voir en 10 ans l’évolution de Bernard Prince qui, de véritable gravure de mode à la beauté insolente et d’un physique très élancé, semble rapetisser et annoncer Jeremiah
Mais le plus important reste qu’en ce temps-là, il y avait un scénariste et un dessinateur qui pouvaient emmener leurs lecteurs dans des aventures inoubliables.
Mais c’était une autre époque, mon bon monsieur…
Et pour terminer, il est intéressant de réfléchir sur le passage du pinceau au "rotring" qui a certes de nombreuses qualités mais est-il aussi sensuel ?

8. Objectif Cormoran, 1976.Bernard prince 08

​​​​​​​Des truands s’emparent du Cormoran pour s’en servir comme base pour le lancement d’un acide dans la piscine d’un riche rival.
Prince s’échappe.
Aidé d’un jeune motard, parviendra t’il à franchir tous les obstacles pour éviter une catastrophe?
À la parution de cet album, je n’aimais pas beaucoup cette histoire.
Ici en noir et blanc, je l’apprécie mieux. Les effets de certaines planches sont fantastiques et si Hermann ne développe pas les scènes naturelles il crée par contre un rythme trépidant dans l’enchaînement des cases et de l’action servi évidemment par un scénario percutant.

Ce n’est pas fini.
Avec l’édition Luxe présentée sous coffret de ce livre de 376 pages il y a aussi…Les Trésors de Bernard Prince.Bernard prince tresors136 pages de fac-similés des planches et des illustrations couleurs des aventures citées ci-dessus mais aussi du premier volume étrangement.
Avec un tiré à part imprimé aux encres pigmentaires, numéroté et signé par Hermann. Le rendu des couleurs est remarquable.
J’y ai découvert 3 petites planches muettes tout à fait inédites pour moi qui datent de la jeunesse d’Hermann.
Ainsi que 2 planches de Valéry Valériane déjà sur scénario de Greg. Personnage destiné à Pilote mais refusé par Goscinny. Détail amusant, l’intitulé sur la planche semble être Valérie Valériane.
2 planches muettes pour Prince refusées par Greg où Djinn était plus âgé.
3 histoires courtes complètes qui ont été refusées encore par Greg et qu’Hermann a redessiné entièrement. (Je dois encore comparer les deux versions).

Jeux des differences Jeux des differences 2

Après, toute une sélection de fac-similés est présentée. 3 histoires courtes sont encore présentes entièrement.
Il y a aussi quelques illustrations couleurs des couvertures des rééditions.
Ainsi, on peut voir une murène à la gueule très bizarre et plutôt placide. Rien à voir avec l’originale dont la planche est en regard… est-ce pour bien montrer la différence ?Planches aJ’applaudis encore une fois les Éditions Black & White.
Seul bémol déjà signalé : les agrandissements de cases souvent rognées ou cachées par le pli central.
Et une question pour terminer.
Pourquoi ce numéro 2 présente les premiers récits et le numéro 1, les derniers ?
Mais c’est juste pour taquiner l’éditeur car je suis toujours absolument ravi et satisfait de ces belles éditions.

M.Destrée

 

auteurs. BD

  • 2 votes. Moyenne 4.5 sur 5.