Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

LEOPOLDVILLE 60

Leopoldville 60Léopoldville 60
Scénario : Patrick WEBER
Dessin : Baudouin DEVILLE
Couleurs : Bérengère MARQUEBREUCQ
Dépot légal : octobre 2019
Editeur : Anspach

ISBN : 978-2-9602104-6-0
Nombre de pages : 52

Après sa belle prestation d’hôtesse à l’exposition universelle de Bruxelles en 1958, Kathleen Van Overstraeten fait désormais partie du personnel de bord (PNC pour personnel navigant commercial comme on dit aujourd’hui) de la Sabena en tant qu’hôtesse de l’air affectée aux longs courriers. Son premier vol est à destination de Léopoldville, capitale du Congo belge où elle rend visite à son ancienne collègue Monique chez ses parents. Plus tard, au restaurant, elle aura l’occasion de revoir un passager du vol, Frans Vermeulen, qui avait eu un comportement plutôt désagréable à bord. Mais c’est surtout le climat anxiogène régnant sur place qui la préoccupe elle et tous les ressortissants belges établis au Congo. Le désir d’indépendance du Congo "belge" se fait sentir à chaque instant désormais et l’inquiétude voire la peur grandissent parmi les colons. Les puissances étrangères négocient déjà en sous-main la part du gâteau qu’elles espèrent obtenir. Kathleen qui a déjà vécu à l’expo 58 des moments de tension sera d’une grande aide dans le processus de décolonisation qui vient de débuter… ce qui ne l’empêchera pas de mener sa propre enquête sur les magouilles de certains pour s’approprier illégalement les richesses du Congo.Leopoldville 60 planche 1Mon avis: Dans ce nouvel album, Patrick Weber nous entraîne au Congo belge de 1960, période de troubles qui verra son indépendance faisant suite à la montée d’un mouvement nationaliste né en 1958 qui s’est progressivement radicalisé et accompagné d’une agitation dans tout le pays en 1959. Si Kathleen est au centre de cette nouvelle aventure, au cœur de Léopoldville, les relations entre la Belgique et le Congo constituent l’essentiel du récit. Patrick Weber nous propose une description plutôt vivante et pittoresque de la réalité historique, des travers et défauts de la colonisation, privilégiant l’aventure au fil d’une intrigue bien ficelée où l’on retrouve les mêmes ingrédients que dans le récit précédent même si le contexte historique est cette fois davantage présent. Il s’agit bien d’une BD historique, sans prise de position, sans jugement, une sorte de témoignage certes succinct mais bien documenté sur un événement majeur de l’histoire de la Belgique, une première approche que chacun a tout loisir d’approfondir et un bon moyen de découvrir ce qu’a été l’époque coloniale pour un lectorat plus jeune qui néglige souvent les cours d’histoire à l’école ou au collège. Leopoldville 60 planche suiteCôté dessin, Baudouin Deville nous régale de nouveau de belles illustrations dans ce même style ligne claire qui nous avait fait apprécier Sourire 58. Il nous transporte dans le temps et nous faire vivre l’aventure tant à Bruxelles qu’à Léopoldville. Les planches sont soignées, détaillées et bien documentées. On sent qu’il a effectué un gros travail de recherche pour nous offrir de très belles cases riches en décors urbain et/ou champêtre, objets de la vie courante, véhicules, aéronefs de la Sabena (Douglas DC-5 ou DC-7 et Boeing 707), costumes, tenues et coiffures des très nombreux personnages présents mais tous aisément reconnaissables. Une lecture très agréable grâce à l’excellente mise en couleurs de Bérengère Marquebreucq. A noter en fin d’album un cahier graphique très instructif sur le Congo belge et Léopoldville.

Attachez bien vos ceintures car cet album, fiction oblige, constitue une aventure bien fournie en rebondissements pour passer un agréable moment de lecture. On ne peut que souhaiter qu’il connaisse le même succès que Sourire 58 (vendu à 22000 exemplaires et objet de 4 éditions).

SDJuan

SDJuan

 

BD chroniques

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !