Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

DEAD INSIDE

Dead insideOne shot 
Scénario : John Arcudi
Dessin : Toni Fejzula 
Couleurs : André May
Dépot légal : Octobre 2017
Editeur :
Delcourt
Collection : Contrebande
Nombre de planches: 128


Dead inside planche 6Linda Caruso a été promue un peu malgré elle au rang d'inspectrice auprès du shérif du Comté de Mariposa. Sa première enquête au sein de la division des crimes en milieu carcéral porte sur un assassinat survenu à la Prison Bennett. Tout semble indiquer que l’enquête est presque bouclée quand elle arrive sur place. Mais quelque chose ne colle pas lorsqu’elle inspecte les corps. Un homme de forte stature a été poignardé par un autre plus petit et tout frêle qui s’est aussitôt donné la mort par pendaison. Si l’arme du crime a bien été retrouvée, curieusement, les caméras de surveillance ne fonctionnaient pas juste devant la cellule où s’est déroulé le meurtre. La seule vidéo disponible montre le présumé meurtrier avaler quelque chose. De plus, les autorités de la prison refusent qu’elle fasse pratiquer une autopsie ou un examen toxicologique. Une amie de Caruso lui suggère de faire une simple radio du thorax du meurtrier pour découvrir ce qu'il a bien pu avaler. La radio va tout chambouler en révélant qu’il a une balle dans l’estomac. Mais pourquoi aurait-il avalé un projectile ayant déjà servi alors qu'il vient de poignarder un codétenu? Décidément, il y a quelque chose d’incohérent dans cette affaire et de plus il est évident qu’on essaye de lui mettre des bâtons dans les roues.

Dead inside plancheMon avis: Voici une enquête policière prenante et captivante dès les premières pages. Les choses vont rapidement se compliquer à mesure que l’enquêtrice progresse, n'en finissant d’aller de surprises en rebondissements. John Arcudi ( B.P.R.D., Batman, Hellboy, Rumble, etc.) au scénario nous propose un polar noir dans la tradition du genre, se déroulant en milieu carcéral et faisant aussitôt penser à la superbe série "Oz". Tous les protagonistes sont à un moment ou un autre liés à l'affaire, du petit délinquant aux gardiens de prison ou même leurs supérieurs. Le dessin porte bien la griffe du serbe Toni Fezjula (Central zéro, Veil, etc.), aujourd’hui installé à Barcelone. On reconnaît immédiatement son style, sa manière à lui d’ombrer les visages, les silhouettes, les décors ou de disposer ses images. Le milieu carcéral ne l’a pas effrayé, au contraire il l’a rendu tout à fait crédible, comme si on y était. On accroche et on se laisse guider. Encore un artiste de talent qui fait son chemin avec brio.

SDJ

 

BD chroniques auteurs. auteurs. Batman comics

  • 2 votes. Moyenne 4.00 sur 5.