Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

CHRONIQUES DE RONCEVAUX t1

Chroniques de roncevaux 1Coup de coeurTome 1 : La légende de Roland
Scénario : Juan Luis LANDA
Dessin : Juan Luis LANDA
Couleurs : Juan Luis LANDA
Dépot légal : février 2021 mais sorti en avril
Editeur :
Editions glenat logo
ISBN : 978-2-344-03856-7
Nombre de pages : 60

Charles Ier dit "le Grand", autrement dit Charlemagne, est persuadé d’avoir reçu pour mission de répandre la chrétienté par-delà les frontières. Parmi ses hommes, le jeune Roland semble défier la mort au point que ses compagnons d’arme le croient protégé par Dieu en personne. Actifs propagateurs de la foi chez les Aquitains et les Lombards qui sont désormais acquis à la chrétienté, les Francs poursuivent leur œuvre de christianisation chez les Saxons, baptisés par la force s’il le faut. En 777, après une bataille sans pitié, des soldats de Charlemagne profanent et détruisent Irminsul, l’arbre sacré dédié au dieu saxon de la guerre. Et bien que le jeune Roland se soit lancé à sa poursuite, Widukind, l’un des chefs des Saxons, réussit à s’échapper. Roland rencontre alors une vielle femme qui lui annonce que Widukind reviendra mais qu’il ne sera plus là pour le voir, car dans un dernier souffle, elle lui prédit que "l’année à venir, jeune Roland, sera celle de ta mort". L’espoir de s’emparer du trésor des Saxons, avec la mort du dernier Druide, est parti en fumée mais la volonté d’évangélisation de la région est intacte et va se poursuivre. Au sud de l’Europe, l’empire islamique qui ne cesse de s’étendre depuis l’Arabie s’est emparé de vastes territoires de la péninsule ibérique devenus Al-Andalus. Mais les rivalités entre Abbasides et Omeyyades vont jouer en faveur de Charlemagne. Le gouverneur abbaside Suleyman ben Yaqzan ibn al-Arabi qui dirige notamment des villes comme Barcelone ou Gérone au nord d’Al-Andalus a pris la tête d’une rébellion contre l’émir omeyyade auto-proclamé de Cordoue, Abd Al-Rahman. Il vient faire une proposition au Roi Charles : en échange des clés de sa plus belle cité, Saragosse, il lui demande l’appui de son armée pour combattre un ennemi commun, ce qui en outre permettrait aux Francs de s’emparer des "Marches d’Espagne" de l’autre côté des Pyrénées… Les événements vont-ils se dérouler comme promis et comme prévu ?Chroniques de roncevaux plancheMon avis: Voici donc un nouvel album de Juan Luis Landa en tant qu’auteur complet et je dois dire que le résultat est bluffant.
Né en 1965 à Errenteria (Rentería en espagnol) dans la province basque du Guipúzcoa, il a surtout travaillé pour les marchés local basque et national espagnol. Après l’échec d’une première tentative de percée sur le marché francophone avec Irati dans le genre heroic fantasy (un seul tome paru en 1996 chez Vent d’Ouest, la série ayant toutefois continué en Espagne avec Joxean Muñoz au scénario), on le retrouve en 2016 (jusqu’en 2019) aux côtés de Raule sur la série Arthus Trivium.
Aujourd’hui il nous revient avec cette grande fresque historique qui a sans aucun doute nécessité un travail considérable de recherche documentaire, d’écriture et d’illustration qu’il a piloté seul.
Le récit est largement documenté avec ce qu’il faut de fiction et d’aventure pour le rendre plus efficace et attrayant.
Tout au long d’une intrigue bien construite, la violence règne en maître, qui plus est, au nom de la religion. Beaucoup de rebondissements autour du héros, de Charlemagne mais aussi des "Maures" (terme plus largement répandu en Espagne).Chroniques de roncevaux page 13Plusieurs passages spectaculaires rendent le récit particulièrement captivant sachant que les très belles illustrations y contribuent aussi beaucoup.
Déjà apprécié sur Arthus Trivium, le dessin de Landa est vraiment percutant de réalisme.
On découvre de superbes scènes de bataille, des décors majestueux, des personnages expressifs et toujours cette palette réduite de couleurs dans des tons venant renforcer l’aspect ancien de certaines scènes historiques.
Et, comme il en a l’habitude, ce même souci du détail et de la précision dans chacune des cases.
Un album à la griffe bien reconnaissable, à la fois divertissant et éducatif, à ne pas rater.

SDJuan

Social auteurs.

  • 3 votes. Moyenne 4.7 sur 5.