Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

GAGNER LA GUERRE

Gangner la guerreCoup de coeur 1Tome 1: Ciudalia
Scénario : Frédéric Genêt 
Dessin : Frédéric Genêt 
Couleurs : Frédéric Genêt 
Préface : Jean-Philippe Jaworski
Adapté de : Jean-Philippe Jaworski
Dépot légal : Mai 2018
Editeur :
Logo le lombard
Nombre de planches : 52

Benvenuto est de retour à Cuidala, capitale du "Vieux Royaume", une république maritime dirigée par deux podestats et un Sénat. L'équilibre qui maintenait la paix dans la région vient d'être mis à mal par une attaque de pirates ressiniens dirigée contre le fils d'un des deux podestats qui s’est aussitôt déclaré en faveur d’une guerre contre le royaume de Ressine en accord et avec le soutien du second podestat. En vérité, ce n’est pas la perspective d’une guerre qui dérange Benvenuto, mais plutôt la terrible sensation d'avoir été trahi par Don Mascarina qui vient tout juste de le recruter comme tueur à gage connu pour son efficacité au sein de la guilde d’assassins des "Chuchoteurs" dont il est le chef. Benvenuto devait éliminer au couteau ou à l'épée à l’heure indiquée un homme portant un masque de renard en route vers son domicile. Rien de bien compliqué ou d'original pour un tueur à gage de son gabarit. Sauf que rien ne s'est déroulé comme prévu. Tout porte à croire qu’il s’agissait d’un piège car des hommes de main dont certains utilisaient de la magie, l'attendaient de pied ferme. Benvenuto en réchappera in extremis et se rendra aussitôt chez Don Mascarina pour lui demander des comptes, bien décidé à lui faire payer sa trahison, mais une fois sur place une surprise et même plusieurs l'attendent.

Gagner la guerre plancheMon avis: Constituant une mise en place conséquente, ce premier tome est riche en informations, personnages et événements. Frédéric Genêt s’est concentré sur l’adaptation de la nouvelle de Jean-Philippe Jaworski intitulée "Mauvaise Donne", prologue au roman "Gagner la Guerre" qui fera l’objet des prochains albums. C’est une première pour Philippe Genêt qui gère ici la totalité du projet: l’adaptation du roman pour le scénario, le dessin évidemment mais également la mise en couleurs. Comme il l’a déclaré, il s’agissait pour lui d’un défi personnel, voir s’il était capable de gérer l’entièreté d’un album. Disons-le tout de suite, malgré la difficulté que constituait l’adaptation BD d’un roman de cette qualité, le défi est relevé avec succès.

Gagner la guerre planche suiteLa découverte du roman en 2015 a été le déclencheur de ce processus d’une manière d’autant plus motivante que la nature du récit dans le genre "low fantasy" (où le monde imaginaire se mêle au monde normal) l’a littéralement subjugué. On découvre donc le personnage titre, Benvenuto Gesufal, un truand héros du roman "Gagner la Guerre" dans un récit d’aventure en forme de thriller mêlant conspiration politique, sorcellerie mais aussi environnement à dominante maritime avec une touche de cape et d’épée. La région glisse doucement vers un conflit auquel Benvenuto se retrouvera mêlé et qui lui fera vite comprendre que pour une fois il ne maîtrise pas tous les tenants et aboutissants de ses actions puisqu’il va même tomber dans un piège qui aurait dû lui être fatal. 

Gagner la guerre suite 2Après sa série "Samurai" dans laquelle nombre de cases s’apparentaient à des estampes, l’auteur nous propose ici un album dynamique et riche en décors Renaissance et personnages charismatiques à souhait. De l’avis même de Jean-Philippe Jaworski, Frédéric Genêt (qui est l’un de ses plus grands fans) a parfaitement respecté l’histoire à laquelle il donne un rythme très cinématographique, passage obligé de la transposition de la prose, des joutes verbales et plus généralement du récit subjectif du roman en dialogues et surtout en décors, en expressions, gestuelle et attitudes des personnages. Gagner la guerre noir et blancLe résultat est bluffant, tant les scènes de combat que la diversité des cadrages et la richesse des décors. Il réussit même à nous faire apprécier le personnage de Benvenuto, pourtant plutôt anti-héros. Un premier tome qui augure du meilleur pour la suite, sans aucun doute tout aussi épique et pleine d’intrigue et de suspense, d’un projet que notre ami Frédéric Genêt qui, avouons-le, nous a manqué depuis trop longtemps, pilote d’une main de maître dans la continuité de ses précédentes réalisations.

A noter: Existe également en tirage N&B limité (1000 exemplaires) avec couverture bichrome grenat/beige clair et carnet de croquis de 5 pages. 

SDJuan

Exposition Créabulles à la Galerie Passerelle Louise

Creabulles juin 2018 elue

BD chroniques auteurs.

  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.