Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

L'ART DE MOURIR

Art de mourir couvCoup de coeur 1Scénario : Raule
Dessin : Philippe Berthet 
Couleurs : Dominique David.
Traduction : Geneviève Maubille 
Dépot légal : Août 2018
Editeur :
Dargaud
Collection : Ligne Noire
Nombre de pages: 64

Barcelone. La police enquête sur le suicide d'Emma Bellamy Martin, une jeune étudiante en histoire de l’art qui mentionne un père qu’elle n’a jamais connu dans une lettre retrouvée près de son corps. À la demande de l’inspectrice Gimeno, Philippe Martin, un policier parisien séparé de sa femme Sophie Bellamy depuis près de 25 ans, est venu à Barcelone pour identifier le corps. Si selon toute apparence, Emma se serait suicidée, Philippe tient à comprendre son geste. S’efforçant de retracer ses derniers jours, sa première piste le conduit auprès de Folch, son ex petit ami membre d’une famille très aisée. En interrogeant sa mère, Philippe comprend tout de suite qu’elle lui ment lorsqu’elle affirme que Folch n'est pas présent à la maison. Et, en effet, quelques instants plus tard Philippe le voit sortir. Remarquant son comportement étrange, Philippe décide de le suivre. C'est en interrogeant le jeune peintre auquel Folch est venu rendre visite et avec lequel il s’est disputé que Philippe commence à comprendre que sa fille n’a pas pu se suicider. 

Art de mourir plancheMon avis: Qui mieux qu’un scénariste né et vivant à Barcelone pourrait imaginer un polar bien noir se déroulant dans sa ville ?!? Un polar des plus efficaces avec son lot de rebondissements et de volte-face autour d’une intrigue dont la tension se ressent tout au long de l'album. Raule sait jouer avec les codes du genre, comme il nous l'a déjà largement démontré. De plus, il utilise habilement cette aventure d'un père à la recherche de la vérité sur la mort de sa fille pour nous faire visiter la ville qu'il connaît dans ses moindres recoins, tant les beaux quartiers que les plus déshérités ou les plus dangereux. Raule nous a déjà offert de très bons albums et séries comme Jazz Maynard (2007), Arthus Trivium (2016), Vies à Contre-Jour (2011), Isabellae (2013) illustrés par de talentueux dessinateurs espagnols comme Roger, Gabor ou Landa.

Art de mourir planche police espanole

Mais cette fois le voici avec un auteur que l'on ne présente plus: Philippe Berthet ! Un spécialiste de l’esthétisme et du polar également. Son trait efficace et élégant est reconnaissable entre tous. Ses personnages sont charismatiques, ses décors bien fournis et travaillés, son découpage des cases souvent original, l’ensemble bénéficiant d’une belle mise en valeur par les couleurs à l’aquarelle de Dominique David. L’album est également très documenté, Berthet n’ayant pas hésité à se rendre sur place prendre des photos et s'imprégner de l'ambiance notamment lors d’un séjour à l’occasion des "Jornadas Comiqueras" auxquelles il fait un clin d'œil dans la BD. Poursuivant sur la lignée de Perico (avec Régis Hautière), Le Crime qui est le tien (avec Zidrou), Motorcity (avec Sylvain Runberg) dans la collection "Ligne Noire" dédiée aux polars en one-shot ou diptyque, ce nouvel album est une belle réussite et permet à Philippe Berthet de faire une nouvelle fois la démonstration de son talent.

MThomas et SDJuan Case de la dernière page de l'album oblige! MDR

 

BD chroniques auteurs.

  • 1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.