Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

SARIA Intégrale

Saria integraleScénario : Jean DUFAUX
Dessin : Paolo Eleuteri SERPIERI & Riccardo FEDERICI
Couleurs : Paolo Eleuteri SERPIERI & Riccardo FEDERICI
Dépot légal : Novembre 2020
Editeur : Delcourt
ISBN : 978-2-413-02693-8
Nombre de pages : 192 dont 4 p. de croquis en fin d'album.

Venise dans un futur lointain. Agonisant et sur le point de mourir, le prince Asanti a fait venir sa fille Saria afin de lui remettre un coffret contenant trois clés. L'une mène aux portes de l'Enfer, la deuxième au Paradis céleste et la troisième, la plus terrible, au Néant. Saria va devoir trouver la porte que les trois clés ouvrent, la "Porte de l’Ange" conduisant au Paradis et à son pouvoir suprême. Mais elle doit à tout prix rester discrète et surtout ne jamais révéler qu'elle est une Asanti... car personne ne sait que le prince a eu une fille. Normalement, le Doge de Venise, le frère du prince, aurait dû hériter des clés et du pouvoir qu'elles confèrent à son propriétaire. Mais il n’est pas non plus le seul à suivre la piste de ce coffret tant convoité. Le démon Galadriel, gardien de la porte, va même devancer tout le monde en s’attaquant directement à Asanti et clouer son âme en lui jetant le sort de la lumière des douleurs. Jadis, les clés ont été dérobées par le Cardinal Mozo Asanti, un homme d'église devenu fou. Et jusqu’à aujourd’hui, personne n’a réussi à trouver la célèbre Porte de l'Ange. Furieux de n’avoir pu récupérer les clés, le Doge va devoir déployer toutes ses ressources, notamment ses troupes de Fascii armés menées par le Duc Amilcar, pour mettre la main sur Saria. Mais celle-ci incarne désormais la personne que le peuple vénitien attend et vénère comme une libératrice, La Luna! La quête de Saria s’annonce longue et ardue d’autant que sur son chemin se dressent les Enfers… La seule aide sur laquelle elle pourra compter viendra du Grand Cadi et de son martyr Ali Muslim Orfa tout droit descendus du vaisseau de la Dyle des Forçats qui est de retour et plane sur la ville, comme il le fait tous les 12 ans… Saria planche serpieriMon avis: Je dois dire que j’ai pris une claque quand j’ai découvert le très bel album "Les Enfers" de Jean Dufaux et Paulo Eleuteri Serpieri. C’était en 2007. De plus, la rencontre en librairie m'avait laissé présager une très belle mini-série de qualité comme Dufaux peut en produire. Avec deux auteurs de cette trempe, il ne pouvait en être autrement.
Mélange de fantastique, de sorcellerie, de baroque pour une quête mystique située dans une Venise post-apocalyptique, tout était réuni pour que l’on se régale. Sauf que les éditions Robert Laffont ayant disparu, il aura fallu attendre cinq ans pour découvrir en novembre 2012 le tome 2 chez Delcourt sous un nouveau titre de série et une nouvelle couverture (également pour le tome 1) mais aussi... un nouveau dessinateur ! Riccardo Federici ! Mais, on avait enfin la suite !
Je me rappelle que cet album m'a donné autant de plaisir à la lecture. Quant aux illustrations de Riccardo Federici, un pur régal même s’il s’agit d’un monde démoniaque. Comme l'explique Dufaux dans la préface, c'est aussi son fort...
Mais voici que le même schéma se reproduit pour le tome 3 qui nous arrive plus de 8 ans après le deux. C'est réellement de la torture pour les fans même si côté illustration, Federici nous régale avec ce troisième tome tout aussi excellent, tout au long d’un voyage de l'enfer au paradis. Saria planche federiciC’est bien l'illustration de Serpieri et Federici qui restera après autant d'attente le point fort de cette série même si côté scénario, le récit de Jean Dufaux tient la route et apporte son lot de surprises, de mystères et de rebondissements jusqu’au bout, l'attention étant désormais focalisée sur Saria et son parcours difficile, son combat face au gardien Galadriel, les secrets qu’elle a découverts, son retour dans une Venise détruite sous les bombes…
Cette fiction plutôt complexe sur le thème des luttes de pouvoir aurait certainement mérité, tout comme son scénariste, Jean Dufaux, une parution selon un rythme plus ou moins régulier, fixé à l’avance, pour donner son plein potentiel. Jean Dufaux est d'ailleurs mis en avant en cette fin d'année 2020 malgré le confinement avec la sortie de pas moins de trois albums quasi en même temps : Murena T11, Blake et Mortimer T27 et enfin l'intégrale Saria. 

SDJuan

 
  • 2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.