Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

LE FAUX SOIR - et BRUXELLES 43

Le « Faux » Soir et Bruxelles 43

Faux soir leScénario : Denis LAPIÈRE & Daniel COUVREUR
Dessin : Christian DURIEUX
Couleurs : <N&B>
Dépot légal : Novembre 2021
Editeur : Logo futuro
Grand normal
ISBN : 978-2-7548-3077-5
Nombre de pages : 82

Bruxelles 43Scénario : Patrick WEBER
Dessin : Baudouin DEVILLE
Couleurs : Bérengère MARCQUEBREUCQ
Dépot légal : Octobre 2020
Grand normal

Editeur : Anspach
ISBN : 978-2-9602104-9-1​
Nombre de pages : 64

Le « Faux » Soir

Guide pour se moquer des nazis en temps de guerre et alors qu’ils occupent le pays. "Ils n’ont tué personne, ils n’ont détruit aucun bâtiment, aucune violence…". Comment ne pas être exalté par cette histoire! Il fallait être courageux! Ce canular est allé jusqu’aux oreilles d’Hitler et même de Churchill!

Le 10 septembre 1943, René Noël, connu sous le pseudonyme de "Jean" au sein du Front de l’Indépendance dont il est le responsable pour les provinces du Brabant Wallon et du Hainaut a rendez-vous avec Marc Aubrion. Ce dernier voudrait rentrer dans la résistance. Jean lui propose alors de devenir le responsable de presse pour la section.

À l’époque, rentrer dans la résistance n’était pas sans conséquence. Alors oui, le risque premier était de mourir. Mais il y avait aussi le fait de devenir un véritable fantôme. Il fallait littéralement disparaître. Marc a tout quitté, son travail, ses amis et même sa famille. C’est le prix à payer. Adieu Marc Aubrion! Bonjour "Yvon", son pseudonyme au sein du Front de l’Indépendance!

Le quotidien d’Yvon? L’imprimerie et plus précisément l’impression du journal de la résistance, le BUNA.

Le 18 octobre 1943, un article du BUNA retient toute son attention. En effet, le 11 novembre marque le 25e anniversaire de l’armistice et donc… de la première défaite allemande! Le journal tient bien le rappeler aux nazillons! Toutes les idées sont bonnes: tracts, affiches, etc. Mais pour Yvon, il faut marquer le coup!Faux soir plancheÀ peine rentré chez lui il se met au travail et écrit un article pas piqué des vers! Les nazis vont le sentir passer et la corde patriotique va trembler chez de nombreux belges! BAM! Bien joué Yvon! Oui mais minute papillon. Où faut-il le publier? Dans le journal de la résistance? Non, prêcher des convaincus, très peu pour lui. Ah mais attendez… et si… oui! Le glisser dans un journal à la solde de l’envahisseur! REBAM! Merci public adoré, je vous aime!

Yvon en parle à Jean. L’idée est bonne mais il reste peu de temps. Il faut un imprimeur, du papier et le nerf de la guerre: de l’argent.

Bruxelles 43Jean trouve l’idée vraiment bonne, ce serait bête de lâcher maintenant. Il en parle à madame Grandjean, avocate générale à la Cour d’appel de Bruxelles. Elle est enthousiasmée par l’idée mais veut voir plus grand: parodier le journal entier! Faire un faux vrai Le Soir! Il faut des articles humoristiques et un dessinateur pour la BD de la fin. Et c’est là que rentre la bande dessinée de Baudouin Deville et Patrick Weber. Dans "Bruxelles 43" la thématique de cette bande dessinée humoristique est bien présente dans l’intrigue car le père de Kathleen tient un kiosque où sera vendu le "faux" Soir et il doit cacher la BD "Adolf et Herman, son berger allemand".

L’imprimeur sera Ferdinand Wellens dont l’imprimerie se situe en plein centre-ville. À l’heure actuelle s’y trouve le Lycée Dachsbeek. Tout se met en place pour le canular du siècle! Il reste à s’occuper de la distribution, il faut le faire avant le "vrai" Soir. Le Front de l’Indépendance a demandé à la RAF de survoler Bruxelles car c’est le seul moment où les rotatives du journal sont à l’arrêt. Il faudra en profiter et foncer!

Le plan a l’air parfait, ils ont pensé à tout! Vraiment? Je vous laisse découvrir le reste…

Mon avis: Exalté! Je suis complètement enthousiaste! On ressent l’adrénaline rien qu’en lisant! Quelle époque, quel courage!

Les couleurs rendent l’ambiance encore plus pressante. Le fait d’utiliser des couleurs sombres pour parler de 1943 et claires pour le présent est une excellente idée.

J’ai appris énormément en lisant la bande dessinée. On s’approprie l’histoire car les scénaristes nous entraînent aussi dans le Bruxelles de 2021. On reconnaît les bâtiments, les musées et je situe maintenant le bâtiment de la Gestapo, c’est bête mais j’ai trouvé cela très intéressant.

Bravo au dessinateur et aux scénaristes d’avoir donné un coup de projecteur sur cet épisode héroïque.

Assurément une bande dessinée à mettre entre toutes les mains! Petits, grands, écoliers, étudiants, jeunes, moins jeunes.

Merci pour ce moment plus qu’agréable de lecture!

Jordan Maenhout
Mise en page SDJuan

auteurs. BD

  • 2 votes. Moyenne 4.5 sur 5.