Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

DUKE #5

Duke 9Tome 5 : Un pistolero, tu seras
Scénario : Yves H
Dessin : HERMANN
Couleurs : HERMANN
Dépot légal : Janvier 2021
Editeur : Le lombard
ISBN : 978-2-8036-8033-7
Nombre de pages : 56

Traqués par la cavalerie qui leur colle au train, Duke et Swift continuent de fuir pour honorer le contrat passé avec Soakes & Sears pour le transport de 100.000 $ à Sacramento. La route est longue et Duke laisse son esprit vagabonder. De lointains souvenirs refont surface comme son arrivée à l'orphelinat avec son frère Clemence ou sa lente dérive vers le pistolero qu’il est devenu aujourd’hui. À Ogden, plus rien ne va pour Mullins qui n’en revient pas de s’être fait flouer par Soakes & Sears qui a liquidé ses parts dans la mine d’or ainsi que par son associé, Steiner. Quant à Peg, après avoir été enlevée elle a été conduite auprès d'un homme dont on sait à présent qu’il a joué un rôle déterminant dans le choix de vie de Duke. Duke 5 plancheMon avis : Yves H travaille son scénario sur la durée. D’album en album, il avance ses pions pour nous mener progressivement vers une conclusion et un final apportant des éléments de clarification et ne laissant rien en suspens. Cette fois, on en apprend un peu plus sur Duke et son enfance, sur ce qui le pousse à avancer, mais aussi sur les magouilles, abus, malversations autour de la mine et leurs conséquences pour la ville d'Ogden et ses environs. Les actes de traîtrise font aussi beaucoup de dégât dans ce monde violent. Les tenants et aboutissants de l’histoire nous sont révélés peu à peu au fil des albums, un rythme dont nous n'avons plus trop l'habitude en BD de nos jours. Personnellement, j’apprécie cette autre manière de travailler. Yves H sait ménager ses effets, la tension monte et tout peut arriver à chaque instant. Si l'étau se resserre autour de Duke, être le roi de la gâchette ne lui sera pas de trop pour se sortir de ce sac d’embrouilles.Duke 5 page​​​​​​​Et bien sûr, ce scénario est magnifiquement illustré par Hermann dont la mise en scène très "cinématographique" si typique est toujours aussi bluffante. Si Duke est un taiseux ce n'est pas le cas d'Hermann qui une nouvelle fois laisse tout son talent s’exprimer. Des cadrages et mises en pages savamment pensés et explicites ; des vues, qu’on dirait en cinémascope pour certaines, des fabuleux paysages de l’Ouest américain avec leurs couleurs flamboyantes pour les scènes brûlantes de jour, plus ternes et dans des tons de gris bleuté pour celles de nuit. Si le dessin sert parfaitement l'histoire, régulièrement il se suffit à lui-même comme en témoignent les nombreux passages en cases muettes. Une lecture très agréable et encore plus limpide grâce à l’utilisation de tons sépia sur les flashes-back pour bien différencier les époques.

Duke t5 p18Hermann est et reste bien ce grand maître de la BD, entre autres du western, qui réussit toujours à nous surprendre. 

SDJuan

Social auteurs. BD

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.