Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

LE SERPENT À DEUX TÊTES

Serpent a deux tetesScénario : Gani JAKUPI
Dessin : Gani JAKUPI
Couleurs : Gani JAKUPI
Dépot légal : juin 2022
Editeur : Soleil
Collection : Noctambule
Format : 20.4 x 28.3 x 1.8 cm
ISBN : 978-2-302-09092-7
Nombre de pages : 152

M’rrangoureuk était un grand guerrier aborigène. Il s’était fait tatouer un serpent avec une tête à chaque extrémité sur son avant-bras. C’était un homme fort et déterminé capable de faire fuir n’importe quel ennemi. Jusqu’à ce jour où pendant un combat contre les guerriers d’une autre tribu, il se fait tuer par des lâches qui le frappent dans le dos. Il sera enterré sur le lieu même de son ultime combat, marqué à jamais de sa lance. Et pourtant, c’est précisément là qu’on va le retrouver bien vivant !
Sur une autre partie du continent en cours de colonisation par les Anglais qui l’ont baptisé Nouvelle-Galles du Sud – la future Australie – quatre hommes ont réussi à s’échapper d’un bagne nouvellement installé. Parmi eux un certain William Buckley. En fait, leur fugue les fait tourner en rond et finalement après la mort de l’un des fugitifs, William va préférer poursuivre seul l’aventure tandis que les deux autres survivants vont choisir de retourner au bagne plutôt que mourir de soif ou de faim.
La rencontre avec les membres de la tribu aborigène de M’rrangoureuk va être décisive. Serpent a deux tetes plancheMon avis: La BD commence de manière, somme toute, classique. Avec l’histoire d’un personnage hors normes qui aurait très bien pu être le héros de tout l’album mais, en réalité, il y a bien plus que cela. Les différents chapitres vont apporter leur lot de rebondissements et de surprises, ils vont s’entrecroiser, se compléter et, finalement, se donner du sens mutuellement.
Gani Jakupi nous régale d’une construction inattendue, très efficace, couronnée par un dénouement qui va en surprendre plus d’un.Serpent a deux tetes planchesCôté dessin/illustration, on retrouve avec plaisir son trait faussement simple qui nous fait entrer dans la narration visuelle avec autant d’étonnement que le scénario.
Là aussi, les surprises se suivent et se succèdent de manière intelligente et accrocheuse.
Les couleurs aux teintes bien choisies contribuent largement à cette attraction visuelle réussie.
Un récit bien documenté comme en témoignent les suppléments consacrés à la Genèse de l’Australie et aux Aborigènes en fin d’album.

SDJuan

 

auteurs.

  • 2 votes. Moyenne 4 sur 5.