Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

QUATORZE JUILLET

  • Par
  • Le 10/04/2020

Quatorze juilletScénario : Martin QUENEHEN & Bastien VIVÈS
Dessin : Bastien VIVÈS
Couleurs : N&B
Préface : Guy VANTHEMESCHE
Dépot légal : mars 2020
Editeur : 
Casterman 1
ISBN : 978-2-203-19683-4
Nombre de pages : 246

En poste dans un village près de Grenoble, Jimmy Girard est un jeune gendarme qui continue à suivre des cours pour devenir officier. Il vient de perdre son père. Lors d'un banal contrôle routier, il arrête Vincent, accompagné de sa fille Lisa, pour excès de vitesse. Le lendemain, il décide d’aller faire un tour à Poncharette suite à des rumeurs d’existence d’une plantation de cannabis. En arrivant sur les lieux, il voit surgir un cheval monté à cru par une fille. Ayant eu le temps de reconnaître la fille de Vincent, il les convoque tous les deux au poste de gendarmerie pour élucider l’affaire. C’est là qu’il apprend que l’épouse de Vincent et mère de Lisa fait partie des victimes de l'attentat du Leroy-Merlin survenu à Paris. Quelque chose se produit entre Jimmy et cette famille éplorée. Il tient absolument à les aider à remonter la pente mais pas seulement.Quatorze juillet plancheMon avis: Par le biais des rapports entre un jeune gendarme qui vient de perdre son père et ces parisiens qui ont perdu une épouse et mère lors d’un attentat à Paris, le récit pensé par Martin Quenehen et Bastien Vivès est humainement interpellant car la douleur ne laisse pas indifférent. Si les relations entre les héros vont s’entremêler sans pour autant être sur la même longueur d’onde, les questions de fond que soulève leur histoire vont bien au-delà d’une simple douleur puisque le récit aborde des sujets aussi graves que le racisme, le terrorisme, la vengeance en nous forçant à prendre position. Quatorze juillet planche parisiensL’ensemble se déroule comme un polar réussi qui ne cesse de nous surprendre et dont la fin en surprendra plus d’un. Les dessins noir et blanc de Bastien Vives restituent parfaitement l’ambiance sombre, inquiétante, presque morbide qui se dégage du récit. Les visages sans yeux dans plusieurs cases sont parfois déroutants.  Si le trait est sobre, on suit bien chaque personnage notamment dans son approche des moments les plus difficiles car Vivès réussit parfaitement à rendre les émotions et les réactions de chacun. L'ambiance est parfaitement rendue.

Un très bon moment de lecture. 

SDJuan

 

chroniques auteurs. BD

  • 1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.