Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

BUONAPARTE T1

Buonaparte 1Coup de coeurTome 1 : Sainte-Hélène
Scénario : Fabienne PIGIÈRE et Rudi MIEL
Dessin : Iván GIL
Couleurs : 1ver2ânes

Dépot légal : avril 2021
Editeur : 
Delcourt
Collection : Histoire & Histoires
ISBN : 978-2-413-03012-6
Nombre de pages : 56

Ce 5 mai 1821, l’empereur déchu Napoléon Ier vient de rendre son dernier soupir à Longwood House, sa dernière résidence sur l’île Sainte-Hélène, en plein Atlantique Sud. Dans un long retour en arrière, les auteurs passent alors en revue les derniers événements de la vie de l'Empereur Napoléon, y compris ses rendez-vous manqués en Pologne, en Corse, etc. à la fin du XIXe siècle, avec un certain Hudson Lowe alors colonel dans l’armée britannique. Promu Major général, puis Lieutenant général après l’abdication de Napoléon, Lowe se verra offrir le poste de gouverneur militaire de Sainte-Hélène où, succédant à l’amiral George Cockburn qui y avait transporté Napoléon à bord du HMS Northumberland, il sera son geôlier à partir d'octobre 1815 jusqu'à son décès le 5 mai 1821. On se souvient qu’après son abdication le 22 juin 1815, Napoléon a fui Paris vers la Vendée rejoignant l’île d’Aix, entre le continent et l’île d’Oléron, espérant embarquer sur la frégate La Saale pour rejoindre l’Amérique. Intercepté par des navires anglais, il s’est rendu en espérant obtenir des sauf-conduits pour partir en Amérique ou à défaut obtenir l’asile en Angleterre et y être traité comme un hôte et non comme un prisonnier de guerre. On connaît tous la suite. Tout va être mis en place pour que Napoléon ne puisse plus nuire à l'Europe en l'exilant sur cette île coupée du monde et, surtout, éviter que ne se répète l'échec de son éloignement sur l'île d'Elbe entre avril 1814 et mars 1815. Outre la garde de Napoléon, une autre mission est également confiée à Hudson Lowe : découvrir où se trouve le "trésor" dont Napoléon, alors général Bonaparte, se serait emparé lors de sa Campagne d'Égypte à partir de 1798. Ces six dernières années de la vie de Napoléon sont donc bien son dernier combat.Buonaparte plancheMon avis: Très bon timing pour la sortie de cet album, à la fois récit historique documenté et fiction – la bande dessinée est bien un art à part entière, une activité culturelle mais aussi un divertissement ! – à l’occasion du bicentenaire de la mort de Napoléon Ier à Sainte-Hélène. L’album s’ouvre sur l’annonce du décès de l’empereur déchu, qui sert de prétexte à plusieurs flashes-back bien orchestrés par Rudi Miel et Fabienne Pigière sur la vie et la carrière des deux principaux acteurs de leur récit, Napoléon, évidemment, et celui qui va devenir à la fois gouverneur de l’île et son geôlier à partir d’octobre 1815, Hudson Lowe, mais pas seulement puisqu’ils évoquent bien d’autres contemporains ayant croisé ou côtoyé Napoléon.

Commémoration ou célébration ? La différence est si ténue que cela ne vaut pas la peine de s’y attarder. Mais il est vrai qu’en France, Napoléon est et reste source de polémique, admiration chez les uns, antipathie chez les autres. Ce jeune militaire de 19 ans en 1789, en pleine Révolution, a gravi peu à peu tous les échelons, participé à des batailles et victoires mémorables à la tête des armées françaises, réformé la France, façonné le pays tel qu’il est aujourd’hui. C’était l’époque où la France inspirait le monde entier.

À l’île d’Elbe, premier lieu d’exil (mais pas d’emprisonnement) de Napoléon en 1814, l’empereur est présent partout et même une source d’eau naturelle s’appelle désormais "Fonte Napoleone" ! Il est clair que le territoire se souvient de lui pour toujours.Buonaparte planche suiteEn Belgique, notamment à Waterloo, ce bicentenaire va donner lieu à de multiples événements entre mai et décembre 2021 (expositions, conférences, tables rondes, reconstitutions réunissant des "fans" de toutes nationalités, fiers de revêtir des costumes d’époque reconstitués à partir d’archives, au point qu’un ticket unique, le Pass 1815, a été créé pour l’occasion). Cet album vient donc à point nommé.

À partir de faits historiques que tout le monde connaît (ou devrait connaître), les auteurs parviennent à nous surprendre en construisant une bonne intrigue à partir du supposé trésor amassé par Napoléon.
Une pointe d’improvisation, de fiction pour une intrigue jouant un peu avec la chronologie des faits, juste ce qu’il faut pour rendre le récit très intéressant et éveiller notre intérêt. Une belle surprise.Buonaparte pages
Le madrilène Iván Gil a certainement semblé le dessinateur le mieux autorisé pour illustrer "Buonaparte" puisqu’on lui doit déjà deux séries consacrées à l’empereur Napoléon, "La Bataille" (d’Essling sur le Danube en mai 1809), trois tomes publiés chez Dupuis en 2012-14, puis "Bérézina" (sur la rivière du même nom dans l’actuelle Biélorussie en 1812), trois tomes parus chez Dupuis en 2016-18. Il a également publié chez Glénat en février 2021 le premier tome d’une série originale intitulée "Les Dragons de la Frontière".
J’accroche au dessin d’Iván Gil au trait fin, précis et réaliste. Il est autant à l’aise sur les scènes de guerre et/ou spectaculaires avec chevauchées, en plaine ou en terrain montagneux, que sur les scènes maritimes historiques avec divers vaisseaux et frégates à voiles.
Un gros travail de documentation donc, que l’on apprécie également sur les costumes, les uniformes, les armes et les décors.
Une mise en page soignée pour une lecture fluide bénéficiant de couleurs agréables et lumineuses dues à Vérane Otero alias 1ver2ânes.
On lui doit aussi la superbe illustration de couverture très évocatrice.Buonaparte page suite
On lira en fin d’album un très intéressant dossier documentaire de 8 pages dû à Rudi Miel intitulé "Le dernier combat de Napoléon – Aux détours de l’histoire".

Bravo à l’équipe pour ce bel album dont on attend la suite avec impatience. 

SDJuan

 

Social auteurs.

  • 4 votes. Moyenne 5 sur 5.