Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

LA FORCE DE L'ORDRE

Force de l ordre laScénario : Frédéric DEBOMY & Didier FASSIN
Dessin : Jake RAYNAL
Couleurs : Jake RAYNAL

Dépot légal : Octobre 2020
Editeur : 
Delcourt
Collection : Seuil - Delcourt
ISBN : 978-2-413-01295-5
Nombre de pages : 104

Soirée du jour de l’An 2006, quelque part dans une banlieue dite sensible, trois adolescents qui attendent leur bus sont interpellés par la police pour un banal contrôle d'identité. Sauf qu’ils sont rapidement conduits au commissariat et placés en garde à vue pour être interrogés au sujet d'une affaire en cours. Finalement disculpés de tout soupçon, ils seront relâchés le lendemain sans aucune excuse. Cette situation est le quotidien de nombreux jeunes de quartier soumis à une violence et une tension silencieuses pas nécessairement accompagnées de violence physique (l’illustration de couverture montre une simple fouille au corps mais imposée et souvent mal perçue). Pour les besoins d’une enquête ethnographique portant sur la force publique, le médecin, anthropologue, sociologue et professeur Didier Fassin a pris contact avec la Brigade anti-criminalité, la BAC. Il a suivi et accompagné dans son quotidien une brigade de banlieue pendant près de deux ans entre 2005 et 2007 pour en dresser le portrait le plus objectif possible. En les accompagnant au plus proche, Didier Fassin est presque devenu invisible auprès de ces agents de terrain dans leur travail au quotidien, de jour comme de nuit. Un travail qui, pour cette "exception sécuritaire" que sont les fonctionnaires de la BAC, implique des provocations, des discriminations, du racisme sans oublier bien sûr la pression du chiffre imposée par la hiérarchie au détriment du bon sens en générant beaucoup de difficultés relationnelles avec la population dans les quartiers "sensibles". Force de l ordre la plancheMon avis: Cet album est l’adaptation du livre-enquête écrit par Didier Fassin paru en 2011 au Seuil sous le même titre. Un gros travail de terrain au sujet toujours d’actualité et basé sur des faits réels (l’auteur révélant dans son livre que l’un des jeunes interpellés est son propre fils). Didier Fassin s’est entouré de Frédéric Debomy au scénario et Jake Raynal au dessin pour réaliser une BD faisant vivre en images son étude sociale et atteindre ainsi un public plus large qui n’aurait pas forcément été attiré par un gros livre de 400 pages. Pour son étude, contrairement aux médias, Fassin a absolument voulu accompagner les hommes et femmes de la BAC au quotidien dans les quartiers modestes à la population souvent issue de l'immigration. Dans la version BD, l’image aide à faire comprendre les interactions entre la police et les jeunes des quartiers populaires, notamment l'agressivité, la violence pouvant résulter du poids des stigmatisations, des humiliations ou des insultes. La BD restitue bien la réalité du travail des policiers, le temps passé en planque, les contrôles d’identité, souvent au faciès, source potentielle de dérapages ou d’une violence plus quotidienne. Si ceci n’explique pas cela, le fait est que le bilan n’est pas très reluisant, surtout si l’on ajoute la pression du chiffre et les enjeux politiques locaux ou nationaux. On constate que souvent, tout s’achève au pénal et le volet social ne progresse pas ou trop peu pour améliorer les choses.Force de l ordre la planche autre La version BD a permis d’actualiser l’étude en ajoutant aux émeutes nationales de 2005 après la mort de deux adolescents électrocutés en cherchant à échapper à un contrôle de police à Clichy-sous-Bois, celles de 2007 dans le Val-d’Oise après la mort là encore de deux adolescents à Villiers-le-Bel. L’album aborde aussi l’affaire Adama Traoré, décédé après son arrestation à la gendarmerie de Persan dans le Val-d’Oise en 2016, ou la mort de l’américain George Floyd, décédé suite à son interpellation musclée à Minneapolis en mai 2020. Les dessins de Jake Raynal à dominante sombre et à l'encrage fort et appuyé, ne laissant guère de place aux détails sur les visages ni aux décors, rendent bien cette atmosphère pesante. Cette ambiance est encore accentuée par l’utilisation de couleurs dans les tons froids où l'on sent la violence prête à surgir à chaque instant ainsi que la monotonie et l'ennui que peuvent ressentir les policiers en planque. 

 

SDJuan

 

chroniques auteurs. BD

  • 1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.