Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

GAGNER LA GUERRE 2

Gagner la guerre 2 couv 1Coup de coeur 1Tome 2 : Le royaume de Ressine
Scénario : Frédéric Genêt 
Dessin : Frédéric Genêt 
Couleurs : Frédéric Genêt et Annelise Sauvêtre 
Adapté de : Jean-Philippe Jaworski
Dépot légal : Septembre 2019
Editeur :
Logo le lombard
Nombre de planches : 56

Tandis que la guerre fait rage dans l’archipel du royaume de Ressine, Benvenuto Gesufal – le meilleur tueur à gages de la république de Ciudalia – prend du bon temps avec ses amis dans une taverne. Chargé de mener l’assaut contre les Ressiniens dans la cité portuaire de Cyparissa, le régiment Burlamuerte, fort de ses 6000 soldats, était censé recevoir l’appui maritime du podestat Cladestini mais celui-ci a essuyé une défaite cuisante. Toute son escadre a été détruite lors d’une attaque surprise et lui-même y a laissé la vie. Le podestat Ducatore décide alors de riposter avec une nouvelle flotte et invite Benvenuto à se joindre à lui. Lors de l’assaut, la stratégie de Don Mastiggia bien que bravant toutes les règles établies va s’avérer payante. Cette fois, Ciudalia remporte nettement la victoire, ce qui devrait contraindre le Chah Eurymaxas à capituler. À bord du navire amiral en route vers Ciudalia pour y annoncer la victoire, Benvenuto toujours en proie aux nausées est en pleine conversation avec Don Mastiggia quand, soudain, ils aperçoivent trois voiles qui semblent les suivre. Le plus étrange est que ces navires ressiniens sont en train de les rattraper alors qu’ils naviguent contre le vent. Alors que Benvenuto évoque la présence d’un, sinon deux, sorciers à leur bord pour aller aussi vite, ce qui devait arriver, arriva: l’abordage, la capture, la prison. Quel rôle Benvenuto joue-t-il en réalité? Et arrivera-t-il à déjouer les plans machiavéliques de Don Ducatore ?

Gagner la guerre 2 planche

Mon avis: On se souvient que le premier album était l'adaptation de la nouvelle de Jean-Philippe Jaworski intitulée "Mauvaise Donne", prologue au roman "Gagner la Guerre". Dès ce tome 2, nous plongeons dans les premières pages du roman proprement dit. Et la collaboration entre les deux auteurs se poursuit pour notre plus grand plaisir, Frédéric Genêt travaillant sous l’œil attentif mais tout à fait confiant du romancier pour l'adaptation BD de son oeuvre. On monte clairement d'un cran dans l'action et l'aventure tout au long d’un récit où la ruse et la perfidie vont croître. La guerre entre Ressiniens et Ciudaliens est, comme toutes les guerres, sanglante et aura d’importantes répercussions pour la région qui devra faire face à de nouveaux enjeux. Benvenuto abat ses cartes l’une après l'autre mais se retrouve face à de nouveaux protagonistes tout aussi rusés qui viennent étoffer l’intrigue. Frédéric Genêt égrène habilement les ambitions claires ou sournoises et les noirs desseins qui animent et que nourrit chacun pour nous tenir en haleine.

Gagner la guerre 2 imageLe cadre et les ambiances (maritimes cette fois) sont toujours aussi fascinants. Et alors que l'on croit en savoir assez pour attendre le prochain album, il termine avec un cliffhanger plus que surprenant pour nous tenir en suspens. Intenable ! Côté dessin, Genêt fait très fort. Action, rythme et énergie dominent la plupart des pages qui profitent pleinement d’un découpage et de cadrages à couper le souffle. Il accompagne notre regard pour le mener là où il veut que notre œil s’attarde. Si les cases sont fournies en détails, décors et personnages, l’album est loin d’être surchargé car Frédéric Genêt s’est appliqué à ce qu’il reste clair et très lisible. Cela reste de la pure fantasy mais dans un décor inspiré de la Renaissance hispano-italienne. La mise en couleurs à deux mains (Annelise Sauvêtre et Frédéric Genêt) est élégante et apporte volume et lisibilité aux illustrations. A ne pas rater.

Une version N&B à tirage limité avec carnet de croquis est également prévue comme pour le tome 1.

SDJuan

 

BD chroniques auteurs.

  • 1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.