Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

KNOCK OUT !

Knock out 1Scénario : Reinhard KLEIST
Dessin : Reinhard KLEIST
Couleurs : N&B
Dépot légal : Juin 2020
Editeur : 
Casterman 1
ISBN : 978-2-203-21152-0​
Nombre de pages : 160

Emile Griffith exerce le métier de chapelier. Toute la journée, il confectionne des chapeaux pour dame. Par une journée de forte chaleur, alors qu’il fait du rangement dans la réserve, son torse nu et musclé attire les regards de ses collègues féminines, mais aussi celui de son patron, M. Albert, qui vient d’arriver… mais là il s’agit du regard d’un ancien boxeur. Convaincu d’avoir affaire à une perle rare, il décide de parler au jeune homme. Il lui propose de passer à son ancienne salle de boxe pour y rencontrer l’entraîneur Gil Clansy. M. Albert rêve déjà d’en faire un grand boxeur. Rapidement pris en main et entraîné, Émile est propulsé sur un ring pour un essai. C’est une révélation ! D’un seul coup, il met KO son adversaire. A force de persuasion, Émile accepte de poursuivre l'entraînement à condition de pouvoir conserver son travail de modiste. Il va vite gravir les échelons et atteindre le titre de champion du monde. Mais en devenant "visible", sa vie privée commence à poser question. A la suite d’une agression homophobe, bien des souvenirs vont resurgir et, d'une façon étrange, à travers la présence d’une main secourable, celle d’un boxeur tout comme lui avec lequel s’engage une longue conversation.Knock out planche boxeMon avis: Parcours étonnant que celui de cet homme devenu champion du monde de boxe un peu malgré lui. Reinhard Kleist, auteur de plusieurs biographies dont celle du boxeur juif polonais déporté Hertzko Haft ("Le Boxeur" paru chez Casterman en 2013), nous revient avec cet album dédié à un autre boxeur exceptionnel, Emile Griffith, qui ne pensait certainement pas monter un jour sur un ring et encore moins devenir champion du monde. Passionné par son boulot de modiste/chapelier, il était heureux comme ça et ne désirait que partager bonheur et joie autour de lui. Lors de ses premiers matchs, il ne s'imaginait pas devoir frapper d’autres hommes et encore moins remporter les combats. A l’époque, il était impensable pour un afro-américain de devenir un sportif sauf dans le monde de la boxe. C'était "acceptable". Mais, Emile Griffith est également homosexuel. S’il fera tout pour vivre son homosexualité de la manière la plus naturelle mais en essayant de rester le plus discret possible – encore plus après être devenu pro pour ne pas nuire à sa carrière de boxeur – c’est pourtant cette homosexualité qui va le pousser, lui le jeune homme non agressif, à se laisser envahir par la haine. En 1962, au Madison Square Garden de New York, après avoir reçu des remarques homophobes de son adversaire, Benny Paret, cette haine va le pousser à le frapper encore et encore jusqu’à ce qu’il s’écroule inconscient. Paret décèdera deux semaines plus tard à l’hôpital. Ce drame va poursuivre et littéralement hanter Griffith jusqu'à la fin de ses jours. Kleist Reinhard nous raconte parfaitement l’ascension fulgurante du premier noir américain devenu champion du monde de boxe en restant fidèle au récit historique tout en s’autorisant la liberté d’imaginer un dialogue entre le fantôme de Paret et Griffith alors en route vers l’hôpital après l’agression homophobe dont il sera victime bien plus tard. Un récit de toute beauté servi par un dessin semi-réaliste percutant et efficace en noir et blanc qui force les traits et les expressions pour accentuer ce côté noir et dramatique d'un homme qui ne comprend pas pourquoi on ne le laisse pas vivre sa vie, vivre heureux en partageant joie et bonheur autour de lui. Knock out plancheLe dessin nous transmet ainsi toute l’énergie du héros lors des scènes de combat, et pour les moments plus sereins où domine la joie de vivre il se réduit à des traits hachurés plus légers. L’ensemble bénéficie d’un découpage dynamique pour une lecture très fluide. Tiré d’une histoire vraie légèrement romancée, le récit raconté dans ce roman graphique vaut vraiment le détour. 

SDJuan

 

chroniques auteurs.

  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.