Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

LES OISEAUX NE SE RETOURNENT PAS

Oiseaux ne se retournent pas lesCoup de coeur 1Scénario : Nadia NAKHLÉ
Dessin : Nadia NAKHLÉ
Couleurs : Nadia NAKHLÉ
Dépot légal : Mars 2020
Collection : Mirages
Editeur : 
Delcourt
ISBN : 978-2-413-02765-2​
Nombre de planches : 221

Amel, 12 ans, a perdu ses parents. Ses grands-parents ont enfin trouvé un moyen de l’éloigner de la guerre qui ravage le pays. Ils la confient à un couple qui a décidé de fuir et accepté de la faire passer pour l’un de leurs enfants. Amel doit juste se rappeler qu’à présent elle s’appelle Nina Hudhad, qu’elle a un frère Yassin et une sœur Alma. Mais au premier contrôle frontière, elle est séparée de sa nouvelle famille. Désormais c’est seule qu’elle doit poursuivre son périple parmi d’autres migrants ayant pris le même chemin. Sur sa route elle va croiser beaucoup de gens dont beaucoup de mauvaises personnes dont elle sait qu’elle doit se méfier et se protéger. Elle se laisse pourtant emmener dans un endroit calme par Aida qui essaye de la rassurer. Au matin, pourtant, Aida n'est plus là. Puis c’est la rencontre avec Bacem, un soldat qui s’est rebellé contre l’autorité et qui a déserté. Avec Bacem qui sait jouer du oud et qui l’a défendue contre un homme un peu trop entreprenant, le courant semble passer et elle se sent en sécurité.Oiseaux ne se retournent pas plancheMon avis: Sous forme de roman graphique, Nadia Nakhlé nous raconte à sa manière le parcours d’Amel, cette jeune migrante fuyant la guerre et ses violences. L’histoire se présente comme un témoignage quasi universel sur l’exode et le périple de réfugiés chassés de chez eux et à la recherche d’une nouvelle opportunité de refaire leur vie. Le texte, limité au strict minimum, se veut tantôt tendre et poétique, tantôt violent et réaliste mais s’il souligne souvent la peur, il laisse aussi une large place à l’espoir. On peut dire que dans son malheur la petite Amel a eu beaucoup de chance. Oiseaux ne se retournent pas page 19Le dessin de Nadia Nakhlé est en parfaite harmonie avec l’histoire qu’elle nous raconte, passant très vite de la tendresse à des scènes dures, parfois même impressionnantes, et largement agrémenté de belles cases et pages bordées d’enluminures décorant le récit. Les illustrations s’appuient essentiellement sur le noir et blanc, quelques dégradés de gris et des touches de couleurs par-ci, par-là. Un album dur mais de toute beauté que je conseille à tout le monde ! 

SDJuan

 

BD chroniques auteurs.

  • 1 vote. Moyenne 3.00 sur 5.