Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

ANAÏS NIN

Anais ninCoup de coeurANAÏS NIN, Sur la mer des mensonges.
Dessin : Léonie BISCHOFF

Dessin : Léonie BISCHOFF
Couleurs : Léonie BISCHOFF
Dépot légal : août 2020
Editeur : 
Ob 7f2d3c casterman2
ISBN : 978-2-203-16191-7
Nombre de pages : 192

Née en France en 1903 d’une mère chanteuse d’origine franco-danoise et d’un père pianiste d’origine hispano-cubaine, Anaïs Nin s’est expatriée à New York en 1914 avec sa mère divorcée et ses deux frères. Là, elle tente très jeune de percer comme mannequin. En 1923, elle épouse Hugo, de son vrai nom Hugh Parker Guiler. Si tous deux font montre d’un sens artistique évident, Hugo va rapidement délaisser l'art et la poésie pour son travail à la banque qui lui demande pas mal d’énergie. Anaïs, pour sa part, continue d’écrire en tenant un journal intime. En 1924, ils rentrent à Paris où Hugo poursuit sa carrière dans la banque. Puis, au début des années trente, ils s’installent à Louveciennes, une commune plutôt huppée de l’Ouest parisien. Anaïs n'a encore rien publié malgré son désir marqué d’écrire un livre. En fait, depuis son enfance elle écrit son journal intime dont elle n'arrive pas à se détacher et qui constitue désormais un obstacle l'empêchant d'écrire un roman. Il est devenu comme une drogue dont elle ne peut se passer. Mais elle a également pris conscience que sa personnalité combine plusieurs femmes en elle. Et si elle a toujours été entourée par des hommes ayant joué un rôle important dans sa vie, son mari Hugo, son ami Edouardo, mais aussi Miralles son professeur de flamenco ainsi que son éditeur ou son psychanalyste, le docteur Allendy, c'est un nouvel arrivant venu tout droit de New York, artiste lui aussi, qui va chambouler sa vie: Henry Miller. Si ce dernier va quelque peu bouleverser la vie d'Anaïs, ce sera aussi le cas de son épouse June, qui représente la plus belle femme au monde aux yeux d'Anaïs. Rien ne va plus, ou si, au contraire, tout va bien !Anais nin page 10Mon avis: Léonie Bischoff nous raconte avec beaucoup de tact et de poésie une tranche tout à fait passionnante de la vie de l'écrivaine Anaïs Nin au cours de laquelle sa "prestation" de second rôle, qu'elle n'accepte pas vraiment, va prendre une tout autre tournure. Une double vie va peu à peu naître dans le couple qu’elle forme avec son mari Hugo : celle de femme mariée et passionnée par l'écriture à travers son journal intime – représentée cheveux au vent dans l’album – et celle de femme ayant besoin de contact avec les autres, ayant besoin de sensualité, d'amour, de liberté et d'indépendance mais ayant également besoin de casser certaines règles, certains tabous, chose rare et audacieuse pour l'époque. Sans être féministe outre mesure, tout en étant très féminine, Anaïs va ainsi (dé)montrer qu'elle peut prendre le contrôle au même titre que les hommes. C’est là toute l’ambiguïté de cette femme qui accepte l’approche de l’autre mais peut séduire, envoûter, faire l’amour, bref prendre le dessus tout en gardant le contrôle au prix d’un intense combat intérieur. Beaucoup de passion, de sensualité, voire de libertinage chez cette femme mais une conscience aiguisée des faits qui lui a permis de repousser ses limites ainsi que les règles sociales de l'époque.Anais nin page 11Le dessin, la mise en page, les cadrages de Léonie Bischoff restituent parfaitement, parfois de manière onirique, tous ces jeux de séduction presque sans limites, de même que l’ambiance douce, sensuelle, chaude, parfois brûlante d’un récit captivant, et ce simplement, pourrait-on dire, au moyen d'un seul crayon offrant plusieurs couleurs. Cette douceur colorée se révèle très efficace pour rendre toute la puissance et la sensibilité qui se dégagent des écrits d'Anaïs Nin. 

SDJuan

 

chroniques auteurs. BD

  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.