Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

Le monde d'Aïcha

Monde d aichaLe Monde d'Aïcha, Le deuil de la famille.
Scénariste: Ugo Bertotti
Dessinateur: Ugo Bertotti.
Coloristes: FCO Plascencie et David Baron
Editions: Futuropolis 
Dépot légal: Juin 2014.

Résumé:

Yémen du Nord. Sabiha est violemment giflée par son mari auquel on vient de la dénoncer. Car à l’aube, elle a osé apparaître à visage découvert à sa fenêtre quand en principe il n’y a personne dehors, uniquement pour sentir l'air glisser sur son visage. Pour son mari c'est un véritable déshonneur. À l'âge de 11 ans, Sabiha a été mariée à un homme plus âgé qu’elle de 12 ans et depuis ce jour, elle doit porter le niqab. Des conditions de vie difficiles ont poussé sa famille à la "vendre" pour améliorer le quotidien. En principe, le premier acte sexuel aurait dû se passer après ses premières règles, mais son mari ne peut attendre. À peine âgée de 13 ans, Sabiha tombe enceinte. Son seul "réconfort" seront les mots de sa mère lui déclarant que c'est normal car toutes les filles doivent en passer par là. À 18 ans, elle a déjà mis au monde trois enfants, ce qui est conforme aux statistiques. Mais un jour, alors qu’elle passe de nouveau la tête par sa fenêtre sans niqab à l’orée du matin, elle reçoit une balle de fusil et se retrouve paralysée à l'hôpital. C’est là qu'elle va rencontrer la reporter-photographe Agnès Montanari à qui elle racontera son histoire. D’autres rencontres auront lieu tout aussi bouleversantes comme celle d’Hamedda de Houssin. Mariée à 13 ans, orpheline à 14 ans, très vite mère de quatre enfants, qui accepte de préparer les repas des militaires à la fin de la guerre civile pour survivre, Hamedda réussira finalement sa vie en ouvrant non sans mal un restaurant pour touristes en dépit de rumeurs et d’insultes incessantes. Le respect de son entourage ne viendra que plus tard lorsque le président du Yemen, Ali Abdallah Saleh, ira en personne dans son restaurant dont on lui a dit du bien, promettant à Hamedda qu’elle pourrait enfin vivre en sécurité et être libre de faire ce qu'elle veut.

Monde d aicha planche

Mon avis:

Mon avis : Avec en toile de fond la précarité de la condition féminine, cet album nous propose plusieurs témoignages bouleversants de femmes yéménites. D'entrée de jeu, on est pris à la gorge, non seulement par la cruauté de ces récits causés par de simples peccadilles comme cette femme qui souhaitait uniquement sentir l'air glisser sur son visage, mais aussi par la facilité avec laquelle des femmes passent du statut de "gamine libre et joyeuse" à celui d’"esclave soumise" à nos yeux, contraintes du jour au lendemain de porter le niqab. Si le sujet est dur, ce qui surprend dans ces témoignages c'est qu'on finit par admettre qu’il s’agit d’une manière de vivre désormais ancrée dans l’histoire du Yémen, presque naturelle pour des femmes qui n’ont jamais rien connu d’autre et que celles qui refusent de s’y soumettre sont rejetées par les autres femmes devenues invisibles sous ce voile noir, uniquement reconnaissables par leur voix. 
Utilisant quelques photographies, Ugo Bertotti nous propose un dessin noir et blanc au trait assez épais parfois bruts mais suffisamment détaillé, sans ajouts superflus, pour illustrer des situations parfois dramatiques avec simplicité et justesse et rendre le récit aussi humain que possible. Émouvant, parfois angoissant, cet album intéressera, j'en suis sûr, les lecteurs qui se demandent encore comment des femmes passent d’un état de liberté à celui de femme au foyer, obligée de porter le niqab et d'accepter cet état afin qu'il devienne le plus naturel possible alors qu'aucun texte dans le Coran n'oblige la femme à se couvrir entièrement. A lire sans hésitation.

  • 1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.