Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

FOUCAULD

FoucauldOne shot : Une tentation dans le désert 
Scénariste: Jean DUFAUX
Dessinateur: Martin JAMAR
Coloriste: Martin JAMAR
Editeur: Dargaud
Dépot légal: Septembre 2019
ISBN :
978-2-505-06954-6​
Nombre de planches: 57

Jusqu’à présent, Charles-Eugène de Foucauld de Pontbriand, vicomte de Foucault, n’a fait que donner l’image d’un homme aimant la vie et profitant de ses plaisirs, celle d’un noceur menant une vie dissipée voire dissolue et n’hésitant pas à dilapider la fortune familiale. C’est lors d'une fête organisée dans son château de Pont-à-Mousson que tout va basculer et qu’il va se rendre compte que cette vie ne le mène nulle part. Alors que Pétain, jeune officier âgé de 24 ans, lui réclame avec insistance du Dom Pérignon, Charles rejoint Joséphine Gillain, sa compagne du moment, pour s’entretenir avec elle d’une question importante. Il lui annonce vouloir mettre fin à leur relation car il redoute que ses côtés négatifs déteignent sur elle. Et comme pour concrétiser sa décision, laissant Joséphine totalement dépitée, il sort rejoindre le personnel du château pour aider le régisseur au bon déroulement de la fête. 

30 ans plus tard, en 1916, en Algérie où se trouve l’armée française, Foucault, alors plus connu comme "le marabout", est mordu par une vipère à cornes à Tamanrasset, en plein désert. Il est sauvé in extremis par des berbères touaregs, les Senoussis, ayant à leur tête Kaocen de la tribu nomade des Ikaskazen, qui a combattu les Français au Ouaddaï. Kaocen n’aime pas trop les Français, et il l’est encore moins par le commandant Serizy du Fort-Motylinski qui veut à tout prix sa tête. Pourtant Koacen tient à remettre "le marabout" sur pied et le laisser repartir vers la lumière du désert comme le dit si bien Foucault, vers son fortin près de Tamanrasset pour y accueillir les Algériens qui le souhaitent. Mais d’autres dans la région n’apprécient guère l’attitude de Koacen, à commencer par Ebbah ag Ghebelli. Une fois de plus, Foucault frôlera la mort lorsque Ghebelli envoie un homme le tuer en plein désert. Mais ce dernier l’épargnera car Foucault a protégé et sauvé sa sœur des soldats français et il le ramènera même jusqu’au fort. Foucault arrivera-t-il à éclairer par sa lumière tous ces cœurs noircis par le besoin de vengeance et de guerre ?Foucauld planche debut d albumMon avis: Jean Dufaux a de nouveau délaissé son registre habituel le temps d’un album. En fait, "Foucauld - Une tentation dans le désert" a été pensé dans le même esprit que le one shot paru en octobre 2016 "Vincent - Un Saint au temps des Mousquetaires". C’est donc le fruit d’une nouvelle collaboration entre Jean Dufaux et Martin Jamar même s’il ne s’agit pas vraiment d’une série en dépit d’une présentation quasi identique. Avec ce nouvel album, Dufaux nous présente non pas un récit biographique complet mais des moments-clés de la vie de Charles de Foucauld. Grâce à un scénario découpé en séquences, il nous donne l’occasion de découvrir qui était cet homme, sa personnalité, son évolution, comment le jeune militaire menant une vie dépravée va soudainement prendre une nouvelle voie, devenir le marabout de Tamanrasset, l’ami des peuples touaregs du désert, une sorte de militant de la paix, un écrivain et un prêtre au service de dieu cherchant à rassembler et unir les gens autour d’un dieu unique et miséricordieux et finissant sa vie en ermite. Dufaux mêle habilement réalité et fiction au fil d’un récit passionnant qui s’attarde davantage sur la fin de la vie de Foucauld, quand celui-ci a cherché, en vain, à rapprocher catholiques et musulmans, sujet très actuel quand on sait que Foucauld né en 1858 a vécu jusqu’en 1916, date de son assassinat. Ordonné prêtre en 1901, il s’était installé dans le Sahara algérien vivant au milieu des Berbères Touaregs et s’efforçant d’étudier leur culture. Considéré comme un martyr, il sera béatifié, d’abord déclaré vénérable par Jean-Paul II en 2001 puis bienheureux par Benoît XVI en 2005. Foucauld plancheCôté dessin, on retrouve avec plaisir les magnifiques illustrations de Martin Jamar, un dessin soigné quels que soient le lieu, l’époque ou les circonstances, des visages expressifs, le tout bénéficiant d’une mise en couleurs directes très réussie, donnant du volume, de la profondeur, avec des flashbacks bien rendus en N&B pour bien différencier les événements. Le visage doux, apaisé et avenant de Foucault qu’il nous présente a certainement aidé l’homme devenu marabout à s’attirer la sympathie des autochtones et rendre la mission qu’il s’était fixée plus facile à mettre en œuvre dans la paix et la miséricorde. Difficile de dire qui est au service de qui tant le scénario et le dessin se complètent et se servent pleinement. Un one shot qui donne envie d’en savoir davantage sur ce grand personnage de la chrétienté.

SDJuan

 

chroniques auteurs.

  • 1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.