Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

MW 90e anniversaire d'Osamu Tezukan

Mw editionprestigeCoup de coeur 1MW
Scénario : Osamu Tezuka
Dessin : Osamu Tezuka
Couleurs : <N&B>
Dépot légal : Octobre 2018
Editeur :
Logo delcourttonkam
Collection : Tezuka 90 ans
Format : Format Manga
ISBN : 978-2-4130-0906-1
Nombre de planches : 592

Alors qu'il n'est encore qu'un enfant, Michio Yuki est kidnappé par une bande de jeunes qui l’emmène sur l'île d'Okinomafuné dans le but de soutirer de l'argent à ses parents. Il est confié à la garde de Garai, l'un des membres de la bande, qui le conduit dans leur repaire pour passer la nuit. Là, Garai ressent une attirance sexuelle pour le gamin alors qu’ils attendent les autres membres de la bande qui, en fait, ne les rejoindront jamais. Le lendemain matin lorsqu'ils retournent au village, c’est la désolation. Les oiseaux, le bétail sont morts ainsi que tous les habitants qui semblent avoir agonisé dans d’atroces souffrances. Ils ont été victimes d’un gaz toxique, le MW, que l’US Army a entreposé sur l’île utilisée comme base arrière pour ses opérations au Vietnam. Le gaz s’est accidentellement échappé tuant toute la population à l’exception de Yuki et Garai alors réfugiés dans la grotte. Pris malgré tout d’horribles douleurs, Yuki sera sauvé par Garai. Bien des années plus tard, Garai est devenu prêtre et Yuki travaille dans une banque où il est apprécié de tous. Il est même pressenti par la hiérarchie pour succéder au directeur général. Mais les gens ignorent que derrière cet employé modèle se cache un assassin. Car depuis le dégagement accidentel du gaz MW, Yuki n’a qu’une idée en tête: se venger. Et ce désir de vengeance en a fait un véritable tueur en série. C’est d’ailleurs lui le ravisseur dont tout le monde parle en ce moment car il n’a pas hésité à tuer un gamin en faisant croire à son père qu’il était vivant pour obtenir la rançon avant de le tuer également. Ce ne sera d’ailleurs pas son dernier assassinat mais après chaque meurtre il se rend à l'église où officie Garai pour se confesser. Comme ils sont amants, Garai, bien qu’ayant beaucoup de mal à accepter ses agissements, ne peut se résoudre à le dénoncer à la police. Yuki, lui, a littéralement le comportement d’une personne atteinte d’hystérie, il a besoin de tuer et ses meurtres sont minutieusement préparés et calculés pour assouvir sa vengeance, il semble ne plus avoir aucune limite.

Mw plancheMon avis: Osamu Tezuka est véritablement un personnage hors normes. Il a ainsi dessiné 170000 planches de 1928 à 1989, soit environ 7,5 planches par jour et 700 titres en tant qu’auteur complet ! Sans oublier ses dessins animés devenus cultes tels que Astroboy et le Roi Léo qui ont bercé notre enfance. S'il y a un mangaka à (re)découvrir, c'est bien Tezuka. Pas étonnant que le Festival d'Angoulême ait consacré en 2019 une exposition à ce dieu de la BD, fondateur du manga moderne.

Mw planche 32Ce récit (paru entre septembre 1976 et janvier 1978) est très contestataire et n’a pas vieilli. Il est l’occasion pour Osamu Tezuka d’aborder (tel un précurseur) plusieurs questions sociopolitiques majeures et vivement controversées (encore aujourd’hui pour certaines) et, à travers elles, d’exprimer et de nous faire partager sa colère. Le dégagement accidentel du gaz MW sur une île japonaise lui permet de dénoncer la mainmise américaine sur le Japon et la complicité de ce dernier pendant la Guerre du Vietnam. Avec le personnage de Yuki et ses multiples agissements, il évoque et dénonce la corruption des politiques, les scandales financiers, la ségrégation sexiste d’une société japonaise rétrograde qui (aujourd’hui encore) étouffe les femmes et rejette majoritairement la bisexualité et l’homosexualité, la manipulation des personnes par les émotions y compris ce qu’on appelle le syndrome de Stockholm et tous les troubles psychologiques qui en découlent, etc. Osamu Tezuka nous livre un récit sombre, noir dont le personnage principal est cruel et sans pitié. Seul Garai apporte un peu d'optimisme. Yuki Michio en revanche n'a aucune limite: manque total d'empathie, manipulation et séduction de femmes – telles Mika, la fille de Nakata Eikaku en charge du nettoyage de l’île après l’accident ou Sumiko pourtant amoureuse du père Garai – mais aussi manipulation et séduction d’hommes pour arriver à ses fins. Son allure efféminée lui permet de se travestir pour se faire passer pour les femmes qui ont été ses victimes car en étant vues vivantes elles lui fournissent le meilleur des alibis. MW est bien le récit le plus sombre, le plus dramatique, le plus noir d'Osamu Tezuka. Il fallait oser.

Mw planche suiteMW est tout à fait caractéristique du style Tezuka. Un mélange habile de pur style manga et de dessin hyper réaliste presque comme de la photographie sans que cela pose le moindre problème de lecture ou de fluidité. Ses cases sont remplies d'énergie, frôlant souvent la caricature dans les scènes d'émotions fortes car il aime exagérer les expressions de ses personnages. Il sait comment guider notre œil pour une lecture rapide ou plus posée lorsqu’il décrit des instants fugaces de calme, de bien-être et de beauté ou des moments plus douloureux voire terrifiants.

Mw planche autreMW, cette œuvre emblématique d’Osamu Tezuka, nous est proposée sous forme d’une prestigieuse intégrale de 592 pages (contenant une préface de Patrick Honnoré que l’on retrouve dans chacune des œuvres de Tezuka rééditées) publiée dans le cadre du 90e anniversaire de sa naissance le 3 novembre 1928. Un livre à se procurer sans attendre si vous osez et si vous avez le cœur bien accroché car ce manga plutôt immoral, mélange de thriller et de drame psychologique accumulant les meurtres, les viols, les enlèvements avec rançon, la corruption, le sexe homo, hétéro ou bi est résolument réservé à un public adulte.

SDJuan

 

chroniques auteurs.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !