Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

FELIX Intégrale 11

Felix 11Tome 11 : 1955 - 1956
Scénario : Maurice TILLIEUX
Dessin : Maurice TILLIEUX
Dépot légal : Octobre 2020
Editeur : Éditions de l'Élan
Collection : Félix
ISBN : 978-2-931072-01-1
Planches : 190

Une belle aventure se termine avec ce nº 11 de l’intégrale des récits des aventures de Félix parus dans Héroïc-Albums en 1955 et 1956.

Daniel Depessemier a tenu sa promesse.
Pendant 5 ans, régulièrement il nous offrait un album de toute beauté.
Bruno Senny, le réalisateur graphique (un véritable orfèvre, un remarquable enlumineur) a travaillé sur toutes les pages parues dans la revue voilà plus de 70 ans pour nous offrir des planches uniques sans défaut.
Jamais elles n’ont été aussi belles. Merci !
Dans ce 11e volume, un épais dossier présente chaque histoire (écrit comme d’habitude par Daniel Depessemier). Ensuite Étienne Borgers signe "Félix globe-trotter".
Et enfin comme François Walthéry avait repris le scénario d’une des histoires pour dessiner un album d’Ange Signe, c’est son interview avec D.D. et E.B. qui clôture ces 35 pages passionnantes.Felix 11 page
Place à l’intégrale Félix proprement dite qui commence avec les Programmes non-stop (strip de 2 ou 3 cases) mettant en scène les personnages et permettant de patienter comme les récits ne paraissaient pas chaque semaine dans la revue.
Ensuite la belle couverture couleur en fac-similé de l’édition originale.
Et le récit "Le phare de la mort" du mercredi de la 34e semaine de l’année 1955 : sur 12 pages et demie.
Le capitaine de la Mouette en amenant deux gardiens au phare des trépassés pour la relève découvre les deux gardiens précédents pendus.
Félix, Allume-gaz et Cabarez passeront une nuit sur le phare pour résoudre ce mystère.
Et c’est dans le numéro de la 38e semaine que l’enquête du phare sera clôturée.
Chaque album présentait 6 histoires.
Celui-ci étant le dernier en contient 7 et aussi 14 pages de programmes non-stop (un vrai récit) entre les deux dernières.
Un bon gros volume pour notre plaisir.
Quelle évolution dans le dessin depuis le premier récit de 1949 dont le trait était influencé par Hergé et ce dernier dessiné en même temps que le premier Gil Jourdan.
Félix, Allume-gaz et Cabarez devenaient Gil, Libellule et Croûton et seraient les héros du chef-d’œuvre de Tillieux mais c’est une autre histoire.
La mise en situation, le problème et la résolution devant se contenter de 12 pages pour les enquêtes de Félix, il était souvent difficile pour Tillieux de terminer en un seul épisode et l’histoire se continuait quelques semaines plus tard d’où les strips intermédiaires qui étaient souvent propices pour des gags mettant en scène Allume-gaz et Cabarez.
Les explications sont nombreuses dans ces aventures et les phylactères remplissent parfois presque toute la case. Heureusement, un grand dessin apparaît parfois.
Les intrigues sont proches des films noirs de l’époque. Trafics, vols, contrebande... Comme Héroïc-Album était destiné à un public plutôt adolescent, Tillieux ne se gênait pas pour illustrer des scènes presque gore, macabres, sensationnelles où la mort était souvent présente.
Ces aventures ont entraîné nos héros un peu partout dans le monde.
Personnellement, je préfère celles se passant en France.
En tout cas, il est évident que c’est un classique de la BD belge qui vient de trouver là un admirable écrin.
Tous ces dos aux couleurs différentes orneront nos bibliothèques et s’y reposeront entre nos relectures nombreuses.
Merci aux ÉDITIONS DE L’ÉLAN!

M. Destrée

 

auteurs. chroniques

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !