Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

DCEASED Unkillable

 Scénario : Tom TAYLORDceased unkillables
Dessin : Karl MOSTERT

Couleurs : Rex LOKUS
Dépot légal : juillet 2020
Edition : 
Urban comics
Collection : DC Deluxe
ISBN : 9791026822745​
Nombre de planches : 136

Deathstroke a reçu un contrat juteux pour faire le ménage dans les églises et se débarrasser de certains nuisibles mais lorsqu’il arrive sur place, les morts-vivants ont envahi la place. Le virus qui s’est répandu en transformant chaque être vivant en zombie sanguinaire ne fait pas de cadeau, même à ceux qui pensaient trouver refuge dans les sanctuaires. Une fois sa mission accomplie, Deathstroke décide de partir à la recherche de sa fille Rose pour affronter ensemble les morts-vivants. De son côté, Red Hood, le deuxième Robin, a rejoint le manoir Wayne espérant y trouver de l’aide auprès de la Bat-family mais il arrive trop tard et trouve les cadavres de Batman, Nighwing et Red Robin dans la Bat-cave. Il finira malgré tout par retrouver une rescapée, Cassandra Cain, qui s’est alliée au Commissaire Gordon pour mener la lutte contre les morts-vivants. Étrangement, aussi bien Deathstroke et ses amis que Red Hood et les siens devront leur survie à des personnes que l’on attendait le moins à voir intervenir puisqu’il s’agit de super-vilains tels que le Maître des Miroirs, Cheetah, Bane, Lady Shiva et bien d’autres encore. Dceased unkillables plancheMon avis: Pour rappel, le pire s’est produit, le virus s’est répandu et a transformé chaque être vivant en zombie sanguinaire en affectant de manière exponentielle tous les habitants de la Terre mais aussi des mers, ainsi que ... les super-héros. Et en effet l’hécatombe s’est propagée de manière fulgurante, rien ne semblant pouvoir l’arrêter, même pas les plus puissants super-héros de la Terre qui, eux aussi, sont tombés comme des mouches. Dans ce nouvel opus, ce sont les super-vilains qui tiennent l’affiche mais malgré un titre prometteur et Deathstroke et Redhood comme chefs de groupes, on attendait beaucoup, voire peut-être trop, puisqu’au final on a un petit goût de déception. Dommage. Sans doute les décideurs ont-ils agi dans la précipitation pour surfer sur le succès de la série principale en lançant cette autre mini-série. La preuve en est que les héros de cet épisode ne sont pas si Unkillables que cela, à prendre au second degré, même si l’album offre quelques belles scènes de combat et une action bien présente. Dceased unkillables wonder womanLe dessin de Karl Mostert sauve l’ensemble car cette violence omni présente, vu le sujet, est très bien rendue. Le trait est fin avec un gros travail sur la couleur. Les combats à main nue ou armée contre les morts-vivants sont crédibles et bourrés d’énergie. Toutefois, là aussi, je note un petit souci sur certains visages et quelques femmes trop athlétiques et à l’allure androgyne un peu trop marquée. Les couleurs de Rex Lokus et les encrages légers de Trevor Scott, Neil Edwards, John Livesay et Karl Mostert sont réussis et restituent parfaitement l’ambiance d’un monde ravagé par le chaos. Les couvertures et la galerie de couvertures alternatives sont de toute beauté. 

SDJuan

 

chroniques comics

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !