Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

LES TUNIQUES BLEUES n°63

  • Par
  • Le 08/05/2020

Tuniques bleues 63Tome 63 : La bataille du cratère
Scénario : Raoul CAUVIN
Dessin : Willy LAMBIL
Couleurs : Vittorio LEONARDO
Dépot légal : Octobre 2019
Editeur : 
Dupuis 1
ISBN : 979-10-34736-33-1​
Nombre de pages : 44

Le sergent Chesterfield et le caporal Blutch du 22e Régiment de Cavalerie sont envoyés en renfort par le général Alexander pour aider le général Grant à reprendre Petersburg aux mains des Confédérés qui ont pris position sur les hauteurs dominant la ville. Non seulement ils infligent de grosses pertes aux Tuniques bleues mais résistent à tous leurs assauts. Car Grant n’a que deux divisions sous ses ordres: celle de l’alcoolique Ledlie composée de Blancs et celle de Ferrero composée de Noirs. Et évidemment, les deux commandants ne veulent collaborer sous aucun prétexte… Lorsque Grant voit Chesterfield et Blutch arriver seuls, il n'en revient pas car il s’attendait à recevoir au moins le renfort d’un bataillon complet. C’est alors que le jeune lieutenant-colonel Pleasants a une idée: il suffit de prolonger le tunnel d’une ancienne mine pour arriver juste sous les Confédérés puis d’y placer des charges explosives pour les déloger. Chesterfield et Blutch se retrouvent donc embauchés pour donner un coup de main mais Pleasants va rapidement se révéler tyrannique en aboyant ses ordres aux hommes chargés de creuser, ce qui va tout de suite déplaire à Blutch qui n'aura évidemment qu'une seule envie...Tuniques bleues 63 plancheMon avis: L’aventure des Tuniques bleues se poursuit avec ce 63e tome d’une série devenue culte au sein du catalogue Dupuis. On prend plaisir à retrouver les mêmes ingrédients toujours basés sur des faits historiques avérés. Cauvin tient à s’inspirer de l’histoire américaine et cette fois encore la Bataille du Cratère a bien été un épisode du siège de Petersburg en 1864, durant la guerre de Sécession. Et comme ils en ont l’habitude, nos deux soldats préférés vont s’embarquer dans une galère pas possible sous les ordres de leur supérieur du moment, un homme autoritaire et violent. L’histoire est simple mais toujours dans le ton plaisant des aventures des tuniques bleues. Beaucoup de lecteurs auraient sans doute apprécié que Blutch finisse par craquer malgré les objections de Chesterfield et balance un coup de pelle à la tête de Pleasants. Cela aurait mis du piquant mais comment poursuivre ensuite le récit si l’un des deux héros est condamné pour mutinerie? Pari gagné donc pour Cauvin qui va pourtant arrêter ses scénarios après le prochain album. C’est tout un pan de la collection du catalogue Dupuis qui va alors prendre fin. Certains diront qu’il était temps. Personnellement, ce n’est pas mon cas car j’ai toujours trouvé cette série ciblée grand public agréable à lire et souvent instructive en attisant notre curiosité sur les faits (réels) racontés.Tuniques bleues 63 planche autreCôté dessin, Willy Lambil est toujours à la hauteur et aussi bon pour illustrer les événements historiques retenus par son complice Cauvin. On pourrait dire qu’il fait œuvre d’historien en dessinant (comme c’est le cas en France des croquis d’audience au tribunal) des événements dont on n’a, souvent, aucun témoignage photographique. Malgré le nombre d’albums à son actif, Lambil a toujours préservé la qualité d’un dessin riche en personnages et décors et bénéficiant d’une mise en couleurs simple mais efficace de Vittorio Léonardo.

Tuniques bleues 63 n bSaluons une nouvelle fois le duo exceptionnel que forment Raoul Cauvin (81 ans), l’un des scénaristes les plus prolifiques de la BD franco-belge, et Willy Lambil (83 ans) pour leur constance et leur gentillesse.

L'album grand format des planches crayonnées et encrées imprimées face à face vaut vraiment le détour. 

SDJuan

 

BD auteurs. chroniques

  • 1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.