Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

BLACKSAD 6

Blacksad 6Coup de coeurTome 6 : Alors, tout tombe - Première partie
Scénario : Juan DÍAZ CANALÈS
Dessin : Juanjo GUARNIDO
Couleurs : Juanjo GUARNIDO assisté par Hermeline JANICOT-TIXIER
Dépot légal : Octobre 2021
Editeur : Dargaud logo
Grand format
ISBN : 978-2-205-07804-6
Nombre de pages : 60

John Blacksad assiste avec Weekly à une représentation théâtrale dans le cadre du festival "Shakespeare in the Park". Soudain la police interrompt brutalement le spectacle. Grâce à son intervention auprès du lieutenant de police, la pièce peut enfin s’achever. Iris Allen, la directrice de la troupe, remercie chaleureusement Blacksad et récupère au sol la carte de visite qu’il avait malicieusement tendue au lieutenant au cas où il aurait besoin d’aide… Sur le chemin du retour, Blacksad est témoin d’une agression dans une ruelle sombre. Trois hommes s’acharnent sur leur victime pour la dépouiller. Ni une ni deux, il s’interpose et réussit à les faire fuir. L’homme au sol, en réalité une chauve-souris, se présente à lui comme étant Kenneth Clarke, le président du syndicat des travailleurs du métro. Curieusement, il tient en main la carte que Blacksad a donné plus tôt dans la journée et lui annonce qu’il souhaitait justement le rencontrer pour lui proposer une affaire. Il s’agit de retrouver un tueur à gage nommé Logan qui en veut à sa vie, engagé par la mafia des belettes pour l’éliminer. L’affaire impliqueraient plusieurs personnalités haut placées, notamment le maire et homme d’affaires Solomon. Pour mener à bien ses projets d’aménagement urbain, Solomon est prêt à démanteler certaines lignes de métro en construction. De son côté, Weekly qui est tombée sous le charme d’une jeune reporter, Rachel Zucco, qu’il aimerait voir rejoindre la rédaction du journal "What’s News" a choisi pour son prochain article de suivre une personnalité en vue. Il s’agit justement de Solomon, réputé grand visionnaire et grand bâtisseur ! John Blacksad de son côté s’est fondu parmi les ouvriers du métro – les taupes – pour enquêter de l’intérieur. Blacksad 6 planche

Mon avis : Le voici enfin ce nouveau Blacksad tant espéré, tant attendu… depuis huit ans, même si l’auteur n’a pas chômé entretemps... rappelez-vous en 2019 "Les Indes fourbes", un gros volume Delcourt de 159 pages dont 150 planches… L'attente en valait vraiment la peine. Le scénariste, Juan Díaz Canalès, nous démontre une fois de plus qu'il maîtrise à la perfection son récit, mélange de polar et de thriller et de leurs codes respectifs, faits délictueux, investigation, suspense, intrigue, action … 
Avec un plus dans ce nouvel album toujours aussi soigné, une longue suite de personnages "secondaires" (dont beaucoup retiennent l’attention) au sein d’une intrigue que Canalès installe et dévoile progressivement au fil des pages.
On se demande quel rôle chacun va jouer, quelle place chacun va prendre sur cet échiquier savamment élaboré. En tout cas, pour Weekly c’est clair, son personnage prend ici de l’ampleur. Il devient un acteur à part entière de l’aventure.
Revenu à New York, Blacksad va se retrouver confronté à un certain Solomon, personnage largement inspiré de l’urbaniste américain Robert Moses, surnommé le "maître de la construction", qui a largement contribué à façonner un New York rénové entre 1930 et 1970 [voir le one shot Robert Moses sous-titré "Le maître caché de New York" écrit par Pierre Christin et illustré par Olivier Balez paru en 2014 chez Glénat].
Blacksad va donc devoir faire face à un Solomon qui s’est entouré d’une part de personnes peu recommandables et d’autre part de personnalités haut placées et influentes pour arriver à ses fins. Canalès nous offre le portrait d’une ville hétéroclite où se développe un capitalisme fortement ancré dans le courant de pensée libéral avec toutes ses dérives, l’élimination des opposants, la quête du pouvoir et l’enrichissement de la part de certains au détriment des autres, les pauvres et les déshérités.
Blacksad et Weekly, mais pas seulement eux, vont suivre plusieurs directions, prendre de plus en plus de risques, frôler le danger, voire la mort. De nouvelles enquêtes en nouveaux rebondissements, notre attention est captivée, happée jusqu'à une dernière page époustouflante qui nous laisse avec une furieuse envie de connaître la suite …Blacksad 6 planche autreQuant au dessin, Juanjo Guarnido nous offre une fois de plus un album de toute beauté.
Les scènes d'action sont finement décortiquées, pleines de punch et de mordant. Les décors sont de toute beauté et impressionnants, notamment ceux vus d’en haut par Solomon le faucon et ses hommes. La ville est présentée sous des angles variés et originaux, les rues, les avenues, les gratte-ciels.
Les contrastes sont très marqués comme le passage de cette magnifique séquence à Central Park qui déborde de couleurs chatoyantes sous la lumière du jour à celle où l’on s’engouffre dans les escaliers et couloirs du métro où domine une lueur orangée pour finir dans les tons gris parmi les ouvriers-taupes qui travaillent dans les profondeurs du sous-sol.
Sans oublier les personnages, tous les personnages. Guarnido s'en donne à cœur joie avec tous ces animaux anthropomorphes toujours aussi réussis et expressifs arborant des faciès drôles, aguichants, apeurés, inquiétants, terrifiants… 
Amateur de comics, Guarnido s’est amusé à glisser une référence au super-héros de Marvel Wolverine. Son personnage Logan (nom civil de Wolverine des X-Men) a la forme d’un glouton (traduction officielle de Wolverine [qui a été délaissée au profit de Serval dans les premiers comics X-Men en VF]).
Si j’ai un peu tardé à lire ce nouvel album, le résultat est à la hauteur de mes attentes.
Reste à patienter un peu… pour connaître la suite et fin de cette aventure.

SDJuan

auteurs. BD

  • 4 votes. Moyenne 5 sur 5.