Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

OBLIVION SONG

Oblivion songTome 1: Le chant de l'oubli
Scénario: Robert Kirkman
Dessin: Lorenzo Di Felici
Couleurs: Annalisa Leoni
Editeur: Delcourt Comics
Dépot légal: mars 2018
Nombre de pages: 160

Nathan Cole organise des voyages interdimensionnels afin de récupérer un maximum d'humains partis de "l'autre côté", à Oblivion. Cela fait dix ans déjà que 300.000 habitants de Philadelphie ont mystérieusement disparu, littéralement happés dans cette autre dimension où vivent des monstres géants qui chassent les humains pour s'en nourrir. Nathan Cole et ses hommes ont déjà effectué plusieurs missions-suicide pour ramener des survivants mais devant les maigres résultats de leurs dernières expéditions sauvetage, le gouvernement ne veut plus les financer. De plus, une certaine inquiétude se fait jour concernant la solidité de la barrière séparant les deux mondes car si elle venait à se dégrader, les humains se retrouveraient impuissants face à ces monstres. Malgré tout, Nathan Cole ne peut se résoudre à abandonner et continue d’y aller seul, sans soutien, d'autant que son frère Edward est toujours coincé de l'autre côté. Quand les derniers rescapés qu’il ramène parlent d'un certain Ed qui aurait pris la tête d’une sorte de commando, il veut en avoir le cœur net coûte que coûte!

Oblivion song plancheMon avis: Robert Kirkman nous revient en force, après "The Walking Dead" dont le succès n'est plus à démontrer et qui lui a valu le prix Eisner Award en 2010. Le voici aux commandes d’une série de science-fiction interdimensionnelle qui ne nous lâche plus. Après un début typique des séries du genre, l’intrigue se complique rapidement et soulève de nombreuses questions pour notre plus grand plaisir. Pourquoi le gouvernement a-t-il décidé de ne plus aider Nathan Cole dans ses missions de récupération de rescapés d’Oblivion ? Pourquoi certains ne souhaitent-ils pas être "rapatriés" de cette autre dimension et qui sont-ils ? Son frère Ed est-il toujours vivant et où se trouve-t-il ? À quoi correspond ce "chant de l'oubli" ? Kirkman nous propose un scénario solide, bien ficelé avec une bonne dose de mystères et de surprises pour nous tenir en haleine pendant un bon bout de temps, comme il en a l'habitude si l’on en juge d’après ses précédentes séries comme "Invincible", "Haunt" ou "Outcast" et "The Walking Dead" pour ne citer que quelques-uns de ses travaux. 

Oblivion song planche suiteLa partie dessin a été confiée à Lorenzo di Felici qui après des débuts dans le monde de la BD italienne, franco-belge et américaine comme coloriste et dessinateur s’est rapidement hissé au rang de dessinateur attitré. Dans Oblivion song, il nous propose un dessin dynamique et clair, avec des personnages bien reconnaissables, des monstres atypiques et impressionnants face auxquels on n'aimerait pas trop se trouver. La mise en page est efficace, dans un style plutôt cinématographique qui confère son plein d'énergie à cette série.

Oblivion song planche suite 2La couverture donne tout de suite le ton et est très représentative du contenu, que ce soit pour les personnages, le style de dessin et les couleurs, ce qui devient de plus en plus rare, soulignons-le, dans le comics.

Les couleurs réalisées par sa compagne Annalisa Leoni apportent de la profondeur aux personnages et aux décors et font bien ressortir l’énergie qui se dégage de l’album. Un très bon moment de lecture fortement conseillé aux aficionados de ce genre de comics.

SDJuan

 

BD chroniques comics

  • 3 votes. Moyenne 4.00 sur 5.