Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

VALENTINA

Valentina guido crepax1 . 1965/1966
Scénario : Guido CREPAX
Dessin : Guido CREPAX
Couleurs : Emmanuele BESTETTI, Laura DE ALEXANDRIS
Dépot légal : avril 2022
Editeur :
Dargaud logo
Grand format
ISBN : 978-2-205-08819-9
Planches : 164
Poids : 1400 g
Autres infos : Noté "Première édition". Ce volume contient les histoires : Le virage de Lesmo (1965) et Les Souterrains (1965). En fin d'album, un dossier de 46 pages par Antonio Crepax sur l'auteur et le personnage de Valentina

Une intégrale de 12 volumes (plus de 2600 pages!)
Pour la mythique héroïne de la BD italienne. 
Après les diverses éditions et rééditions en langue française présentant les aventures de Valentina d’une façon hétéroclite et incomplète et pas toujours de qualité, voici enfin une intégrale digne de ce nom. 
Nous la devons aux enfants de Guido Crepax.
Et au galeriste Eric Verhoest qui régulièrement orne les murs de sa galerie avec des planches du maître italien. 
Si de prime abord, je fus déçu de découvrir qu’elle était en couleur alors que nous avons affaire à un maître du noir et blanc, je dois avouer que ces couleurs rendent plus lisible un dessin parfois confus du fait de planches présentant de très petites cases et de nombreux personnages aux traits entremêlés. 
Cette intégrale présente les récits dans l’ordre chronologique depuis la parution dans la revue Linus et les premiers albums en italien… Dans l’ordre du possible évidemment comme Crepax n’hésitait pas à enlever ou ajouter des cases, des planches entre la parution dans Linus et les albums. 
Ces changements pouvaient se faire tardivement avec un dessin qui avait évolué. 
Ce premier volume présente Le Virage de Lesmo et Les Souterrains. 

La première histoire est classique dans le style d’un Dick Tracy ou de Diabolik. 
Trafic d’art sur fond de course automobile. 
Première apparition de Valentina qui va rencontrer Phil Rembrandt, critique d’art mais aussi détective au mystérieux pouvoir sous le nom de Neutron.Valentina integrale 1965 1966 page
La deuxième histoire voit déjà Guido Crepax s’affranchir et oser mettre des éléments personnels. 
Valentina et Phil vont vivre des aventures invraisemblables dans des souterrains inimaginables teintés de science-fiction fantastique. 
Le réel de l’aventure est traversé des rêves et des fantasmes de l’héroïne, ce qui deviendra de plus en plus fréquent par après. 
Et il faut une sérieuse culture pour déchiffrer tous les symboles et les éléments en rapport direct avec le cinéma, la peinture, la littérature, la musique et l’histoire. 
Sans oublier la technique inédite et personnelle du dessinateur de raconter ses histoires. 
Des planches fragmentées, des cases déséquilibrées, une narration cinématographique… 
Du grand art. 
La mode est aussi présente par les tenues portées par Valentina même si celle-ci commence à se dénuder de plus en plus pour nous montrer sa nudité artistique parfaite sans aucune vulgarité.

Un dossier de 50 pages apporte des éléments biographiques et historiques. 
Et surtout les deux histoires sont analysées. Ainsi toutes les influences, les passions qui ont guidés l’auteur sont expliquées et leur présence dans le récit prend tout son sens. 
J’ai enfin compris la richesse de tous ces rêves fantasmagoriques au milieu d’un récit de Valentina. 
Ce dossier comprend aussi des illustrations inédites ainsi que les planches modifiées pour les albums ou pour certaines, la version Linus. 
Merci à Éric Verhoest et à Archivio Crepax.

M.Destrée
 

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !