Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

DON VEGA

Don vegaCoup de coeurOne shot
Scénario : Pierre ALARY
Dessin : Pierre ALARY
Couleurs : Pierre ALARY
Dépot légal : Octobre 2020
Editeur : 
Dargaud logo
ISBN : 978-2-505-08497-6
Nombre de pages : 96

Haute-Californie, 1848. Après avoir perdu le Texas en 1845 (futur 38e État des États-Unis), le Mexique doit faire face à une rébellion de la Haute-Californie qui n’hésite pas à faire sécession et s’autoproclamer république libre (elle sera officiellement intégrée aux États-Unis en 1850). Durant la brève période de la République de Californie indépendante, l’ancien général Gomez qui s’est illustré durant la guerre contre le Mexique a trouvé un moyen habile de s'enrichir grâce aux filons d’or nouvellement découverts mais aussi sur le dos du peuple mexicain. S’appuyant sur un certain Borrow et ses hommes de main qui n’hésitent pas à recourir à des méthodes impitoyables, Gomez contraint tous ceux encore en possession de terres à les céder à des prix de misère. Ensuite, il les revend au prix fort à des Français ayant fui la Révolution de 1848 persuadés de réaliser un bon investissement dans la région et ignorant que Gomez et bien d’autres membres de la caste des puissants et riches californiens escomptent faire voter une loi (dès que la Californie aura rejoint l’Union) qui, tel un droit de préemption, leur permettrait en tant que natifs du pays de récupérer et devenir propriétaires des terres vendues à des étrangers. Mais succombant à l’appât du gain, Gomez commet l’erreur de s’emparer par la force des biens de la famille Vega. En formation à l’académie militaire de Madrid, Don Vega, leur fils, est informé par le père Delgado de la situation dans la région et de la mort de ses parents. Il décide de rentrer au plus vite. Entre temps, sur place, les habitants se défendent comme ils peuvent redonnant vie au mythe d’El Zorro. On voit apparaître de multiples "zorros" la tête couverte d’une cagoule noire, en réalité de simples paysans téméraires. Ils luttent courageusement contre les abus et vols commis par Borrow et ses hommes en essayant de défendre leurs maigres biens la plupart du temps au prix de leur vie. Avec l’arrivée prochaine de Don Vega, les choses vont prendre une nouvelle tournure. Don vega plancheMon avis: Avec cet album, sous-titré "Zorro, la naissance d’une Légende", Pierre Alary nous propose en auteur complet un récit d’aventure avec un grand A surfant sur le mythe d’El Zorro dans une version tout à fait personnelle revue et corrigée par ses soins. Un récit captivant de bout en bout avec une entrée en matière accrocheuse et un suspense entretenu jusqu’à la dernière des 90 pages que compte ce gros album. Pierre Alary réinterprète de façon nouvelle et rafraîchissante le mythe de Zorro et c’est tant mieux. Loin d’être un remake de l’histoire du héros dont on a quasiment tous et toutes entendu parler, l’action se situe avant celle du personnage créé par Johnston McCulley pour le magazine All-Story Weekly, héros d’un récit en épisodes intitulé le Fléau de Capistrano, puis d’un roman publié en 1924, pour lequel McCulley s’est notamment inspiré du personnage semi-légendaire de Joaquin Murietta qui, dit-on, luttait lui aussi contre les abus et vols dont étaient victimes les chercheurs d’or à l’époque de la ruée vers la Californie. Les nombreux rebondissements imaginés par Pierre Alary nous entraînent dans une fiction passionnante inspirée d’une histoire vraie même si au fil des pages le récit nous mène à la rencontre du futur et célébrissime Zorro. Un Zorro dont le cinéma s’est emparé sous les traits notamment de Douglas Fairbanks dans le film Le Masque de Zorro (sorti en 1920) puis les studios Disney pour une adaptation télévisée à partir de 1958 mettant au premier plan l’acteur Guy Williams qui incarne Don Diego de la Vega, alias Zorro, un justicier lui-même successeur du célèbre Robin des Bois, le héros légendaire du moyen-âge anglais, et source d’inspiration pour Bob Kane, le créateur du personnage de Bat-Man (devenu Batman) en 1939. N'oublions pas les deux films réalisés par Martin Campbell, Le Masque de Zorro (1998) puis La Légende de Zorro (2005), avec Anthony Hopkins et Antonio Banderas dans le rôle de Zorro. Don vega page 21Le style de dessin semi-réaliste bien reconnaissable de Pierre Alary – des traits nerveux, nets et incisifs – colle parfaitement de par son dynamisme au récit qu’il a écrit pour nous raconter les origines de Zorro. Beaucoup de travail pour un rendu réussi des scènes à huis clos, à la mine ou d’affrontement à l’épée. Et une multitude de personnages expressifs voire charismatiques. On se laisse transporter et captiver par une mise en page et des cadrages dynamiques et pleins de vie. On n'ose imaginer le temps passé à travailler à la main la trame mécanique de chaque planche. Mais le résultat est là avec cet album à la couverture montrant un Zorro au galop sur son cheval. À noter aussi le très beau travail sur la mise en couleurs, les dégradés et les ombrages dans un style vintage qui colle bien à l'histoire. Un one shot qui s’achève sur une fin ouverte. Qui sait....

À noter: l’album comporte une préface présentant le contexte historique du récit et a fait l’objet en exclusivité pour la librairie Multi BD de Bruxelles d’une édition avec jaquette numérotée sur 99 exemplaires et signée par l’auteur. 

SDJuan

chroniques auteurs.

  • 2 votes. Moyenne 4.00 sur 5.