Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

LEFRANC 29

Lefranc 29Tome 29: La stratégie du chaos
Scénario : Roger Seiter, Jacques Martin
Dessin : Régric
Couleurs : Bruno Wesel
Dépot légal : Avril 2018
Edition :
Casterman 1
Nombre de pages :48

En route vers l’Australie pour couvrir les Jeux Olympiques de Melbourne pour "Le Globe", le journaliste Guy Lefranc atterrit à Perth le 20 novembre 1956, deux jours avant leur ouverture officielle. Mais la tempête fait rage et son vol en correspondance est annulé. Par chance, un groupe de passagers en transit, dont il fait partie avec son ami Jean Duval et sa collègue américaine Janet Kear du New York Times, va pouvoir embarquer à bord d’un hydravion Latécoère 631. Leur appareil pris dans la tempête, avec deux moteurs touchés par la foudre, doit faire un amerrissage d’urgence. A bord, c’est la panique quand soudain apparaît un navire gigantesque de la taille d’un porte-avions. Curieusement, autour l’océan s’est transformé en une mer étale permettant à une sorte de tube ascenseur de descendre récupérer les passagers. À peine à bord, un missile tiré du navire fait exploser l’hydravion. Les rescapés de plus en plus intrigués sont cernés par des gardes armés, des indiens d’Amazonie de la tribu Korubo ne parlant pas leur langue, qui les guident vers des dortoirs. Parmi les rescapés, le riche homme d’affaires Jim Myers ne cesse de se montrer présomptueux et arrogant. Alors qu’il devient menaçant et exige de rencontrer le commandant resté invisible jusqu’à présent, il est abattu par l’un des gardes. Lefranc et d’autres passagers cherchent alors à en savoir davantage. Pendant ce temps à Melbourne, la police a abattu dans une zone interdite au public une femme cagoulée, elle aussi korubo, tenant en main un étrange boîtier. En outre, un avion de liaison Cessna en route vers Auckland est porté disparu depuis quelques jours et des pêcheurs ont remarqué une chaloupe métallique d’un modèle inconnu échouée sur le rivage. Ces événements et la disparition de deux avions à quelques jours de l’ouverture des J.O. sèment l’inquiétude parmi les forces de sécurité australiennes tandis qu’à bord du navire l’ambiance se dégrade laissant place au malaise et à une anxiété grandissante.

Planche 1Mon avis: Mêlant histoire et fiction, ce 29e album de Lefranc est tout à fait fidèle à l’esprit des récits du célèbre personnage créé par Jacques Martin. Le contexte historique est habilement distillé par Roger Seiter tout au long d’un récit qui allie le mystère à l’aventure. Les fans de la ligne claire apprécieront dans les nombreux cartouches les divers éléments narratifs et descriptifs, notamment historiques, qui permettent de situer l’action. La lecture est attrayante car il a également intercalé entre les nombreuses scènes à bord du mystérieux navire divers éléments de l’intrigue se déroulant sur la terre ferme.

Planche suiteUn album de facture classique dans son contenu – le héros est souvent à l’initiative ou agit en soutien d’autres personnages pour préserver la paix ou éviter une catastrophe – mais aussi dans sa forme grâce au talent de Frédéric Legrain, alias Régric qui se montre tout à fait dans le ton des albums de Lefranc.

Le trait est typique du genre qu’il affectionne, les décors sont soignés et détaillés, les personnages sans défaut. La mise en couleurs de Bruno Wessel est douce et agréable et n’altère en rien les nombreux détails, y compris dans les scènes nocturnes ou celles situées dans une mer tempétueuse particulièrement bien rendue comme sur la couverture de l’album.

Un agréable moment de lecture pour petits et grands à commencer par tous les amateurs des aventures de Lefranc.

F. Patrick

 

BD chroniques auteurs.

  • 3 votes. Moyenne 4.67 sur 5.