Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

NESTOR BURMA 13

Nestor burma 13Tome 13 : Les rats de Montsouris
Scénario : Emmanuel MOYNOT
Dessin : François RAVARD 
Couleurs : Philippe DE LA FUENTE
Edition : 
Casterman 1
ISBN : 978-2-203-19083-2
Dépot légal : Avril 2020
Nombre de pages : 62

Paris, durant l’été 1955. Deux nouveaux clients sollicitent les services de Nestor Burma pour élucider des affaires qui n’ont, a priori, rien en commun. Le premier, Ferrand, est un ancien camarade de captivité durant la guerre, aujourd’hui devenu truand. Pour lui parler avec discrétion, il a demandé à Nestor Burma de le rejoindre dans un bar où l’on joue au billard. Il lui explique qu’il a besoin de son aide à propos d’une histoire de cambriolages en série. L'autre client, un riche bourgeois, ancien magistrat à la retraite, lui demande d’intervenir pour mettre fin au chantage dont il est victime. Burma va rapidement constater que les deux affaires outre le fait que les clients habitent tous deux dans le 14e arrondissement ont un autre point commun : un mystérieux gang de cambrioleurs qui écume les caves parisiennes appelé "Les Rats de Montsouris". De fil en aiguille, cette double enquête va vite devenir un sac de nœuds réservant bien des surprises et des secrets. 

Résumé: SDJuanNestor burma 13 planche

Avant, Tardi dessinait les enquêtes de Nestor Burma en adaptant les romans de Léo Mallet.
Ce sont mes albums préférés de ce dessinateur.
Après quatre albums, Emmanuel Moynot a pris le relais. Comme la touche Tardi était présente, j’ai essayé mais le dessin ne me plaisait vraiment pas.
Cette fois Moynot est au scénario et au dessin, c'est François Ravard. En feuilletant l’album, je constate qu’il s’approche du maître surtout dans les personnages.
À la lecture, c’est autre chose. Après un début confus car le scénario n’est pas maîtrisé, je commence à comprendre ce que veulent les personnages mais cette confusion reviendra. Certains intervenants ne sont pas assez développés et il devient difficile de comprendre pourquoi ils sont là et ce qu’ils ont fait. Des cases supplémentaires auraient été les bienvenues.
Nestor planche n b
Le dessin des personnages me plaît et le rendu des habits est proche de Tardi. L’intérieur des immeubles montre bien l’état des lieux. Mais les rues parisiennes ne sont qu’ébauchées. Avec Tardi, je n‘avais qu’une envie, les parcourir. Je l’ai d’ailleurs fait sur le pont de Tolbiac. Je dois quand même signaler le beau final de plusieurs pages dans le réservoir. Les larges aplats de noir et l’éclairage jaunâtre du plus bel effet sur les visages et les vêtements apportent un bel effet de profondeur dans la perspective.
 
Avis M. Destrée
 

auteurs. BD chroniques

  • 1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.