Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

DUKE

Duke 1Tome 1: La boue et le sang.
Scénario: Yves H.
Dessin: Hermann
Couleur: Hermann
Editeur: Le Lombard.
Nombre de pages: 56.
Dépot légal: Janvier 2017.


Histoire:
Okden, Colorado, 1866. Mullins, le propriétaire de la mine d’or où travaillent la plupart des hommes de la ville dans des conditions déplorables et pour des salaires de misère se croit au-dessus des lois. Agissant à ses ordres, McCaulky et ses hommes se croient eux aussi tout permis sous prétexte qu’il tient la ville quasiment tout entière sous sa coupe. Ayant découvert qu’un mineur, Aurelio Cummings, dérobait des pépites d’or par petites quantités, McCaulky et sa clique se présentent chez lui et saccagent sa maison. Lorsque son épouse et sa fille se mettent en travers de leur chemin, McCaulky n’hésite pas à les tuer de sang-froid. En ville, tout le monde connaît le nom de l'assassin, mais personne n'ose le dénoncer ni se rebeller. Sur le lieu du crime, le Marshal Sharp est vite rejoint par le shérif adjoint Duke qui n'accepte plus de laisser McCaulky et ses hommes agir à leur guise sur ordre de Mullins sous prétexte qu'ils détiennent la mine. Cette fois, c'en est trop. Ils s’en sont pris à une femme et sa gamine et le temps est venu d’agir. De leur côté, les amis d'Aurélio ont décidé de l'aider dans une quête de vengeance et l'accompagnent au "Crimson Lily", le saloon de la ville, où ils sont certains de trouver McCaulty et sa bande. Contre toute attente, leur action va vite tourner court car les événements ne se déroulent pas vraiment comme ils l’espéraient.

Duke planche 1Mon avis: Après plusieurs one-shots, Hermann nous revient sur un scénario de son fils cette fois pour une série et qui plus est dans le genre western ! Ce premier tome nous présente les personnages les plus récurrents et succulents de ce qui s'annonce comme un western de très bonne facture. Je crois qu'il manquait à Yves H. une nouvelle corde à son arc. Cette fois, il la tient et c'est ce qui pouvait lui arriver de mieux. Il était difficile pour lui dans les one-shots de cerner et d'approfondir ses personnages, de développer une intrigue, d’en maîtrises les tenants et aboutissants. Pour Yves H., mais aussi pour son père, les êtres humains ne sont pas vraiment bons ou mauvais à 100%, blancs ou noirs, mais tous un peu gris. Le format de la série donne le temps de faire connaissance avec les personnages tout en passant des moments d'aventures sombres et durs mais toujours avec une touche plus ou moins importante d'humanité.

Duke plancheHermann peut enfin prendre ses personnages en main, redessiner du western comme il l’aime, des héros aux gueules fortement typées, sévères, patibulaires comme on devait certainement en rencontrer dans ce monde dur et sans pitié. Ses paysages sont de toute beauté, mélangeant plusieurs techniques de mise en couleurs dont l'aquarelle. Les cow-boys, les chevaux, les plaines, les personnages, les armes sont très réalistes, avec juste ce qu’il faut de "pin up" pour la véracité du récit. Ce faisant, le lecteur reste concentré sur l'histoire qui n'en doutons pas un instant va marquer le monde de la BD comme l'ont fait d'autres grands titres du genre notamment Blueberry, Comanche, W.E.S.T, Bouncer, Durango ou plus récemment Undertaker ou Stern. "Duke" devrait sans aucun doute se tailler une place de choix sur le marché de la BD de genre.

SDJ

 

BD chroniques auteurs.

  • 2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.