Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

EXPOSITION 800 ans de St-Gilles

En collaboration avec la Commune et le Syndicat d'Initiative de Saint-Gilles et l’équipe d’Entreprendre à Saint-Gilles, Créabulles a le plaisir de vous annoncer son exposition

« 800 ANS DE SAINT-GILLES ET LA BD »

à la Galerie PASSERELLE Louise. 

En effet, cette année Saint-Gilles célèbre un événement à caractère exceptionnel : les 800 ans de la création du village d’Obbrussel, qui donnera plus tard naissance à la commune de Saint-Gilles. Diverses manifestations sont d’ores et déjà prévues : sport, arts, culture, expositions, patrimoine, gastronomie, etc., autant de thèmes qui donneront lieu à une série d’animations programmées à partir de septembre.

Image1 10

Créabulles s’est associée à cette célébration en organisant à partir du 8 septembre une exposition sur le thème général de Saint-Gilles. Plusieurs auteurs ont répondu à notre appel, des invités belges ayant vécu (et/ou résidant encore) ou ayant travaillé à Saint-Gilles, étudié à Saint-Luc qui se trouve sur le territoire de Saint-Gilles ou représenté un lieu ou un monument saint-gillois dans l’un de leurs albums, mais aussi des invités étrangers ayant accepté de s’associer à l’événement en réalisant une illustration originale pour l’occasion.

Cette exposition présentera les illustrations originales réalisées exclusivement pour l’événement par Cinna, Deville, Dagnino, Duarte, Ruizgé et Sieurac, des planches, dessins ou illustrations représentant des lieux ou monuments saint-gillois d’auteurs ayant répondu à notre invitation – Cinna, Deville, Feroumont, Foerster, Genêt, Hermann, H. Renier, Savoïa, Sieurac – ainsi qu’une petite sélection de leurs travaux.

Auteurs qui exposent ayant un lien avec St-Gilles:

Barly BARUTI est né en 1959 à Kisangani au Congo belge. Très tôt, il est passionné par la bande dessinée et, à partir de 1982, réalise diverses illustrations pour des ONG ou des magazines comme Kouakou, Carambole et Calao publiés aux éditions Segedo. En 1984, il remporte un concours de BD et bénéficie d’un stage de scénarisation à Angoulême. En 1987, il fait un séjour de plusieurs mois aux Studios Hergé à Bruxelles où il aura l’occasion de travailler avec Bob De Moor, un des maîtres de la "ligne claire". En 1987, il publie à Kinshasa "La voiture c’est l’aventure", une BD humoristique pour Afrique Edition et "Papa Wemba". Sa rencontre avec Frank Giroud à Dakar en 1991 va lui permettre de publier sa célèbre trilogie congolaise "Eva K" entre 1995 et 1998 aux éditions Soleil. Cette collaboration se poursuivra sur la série "Mandrill" publié chez Glénat à partir de 1998. Barly Baruti est aussi l’initiateur d’un grand nombre de projets pour la formation des jeunes talents et la promotion de la BD en République démocratique du Congo. Il a ainsi organisé le premier salon Afro BD à Kinshasa dès 1991. En 2014, il publie "Madame Livingstone" et en 2016 "Chaos debout à Kinshasa".

Louis-Michel CARPENTIER est né le 24 mars 1944 à Uccle. Durant quatre ans, il suit les cours de l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles avant d'être engagé comme dessinateur aux studios Belvision où il travaillera sur les longs métrages d'Astérix, Tintin et Lucky Luke. A partir de 1975, il travaille chez Casterman à l’adaptation BD des romans de la comtesse de Ségur, une série de onze volumes à succès qui s'arrêtera en 1984. En 1980, il lance avec Raoul Cauvin "Les Toyottes", dont cinq volumes sortiront de 1980 à 1982 chez Casterman, avant une ultime réapparition au Lombard en 1989. Carpentier et Cauvin sont aussi les auteurs d’une série sortie à l’occasion de l’Année de la bière ayant pour cadre un bistrot et ses clients publiée par les éditions des Archers en 1986 et 1987, avec traduction en une demi-douzaine de dialectes. En 1989, ils poursuivent les aventures de leur tavernier préféré aux éditions Dupuis, sous le titre "Du côté de chez Poje" dont une vingtaine de volumes ont été édités jusqu’en 2009 où se glissent parfois des caricatures de leurs collègues et amis préférés (Malik, Kox, Walthéry, Jidéhem, etc.). En 1990, il débute avec Malik, Kox, Jidéhem et son fils Laurent l'adaptation en BD de chansons estudiantines publiées sous le titre "Chansons cochonnes" destinées à un public de connaisseurs avertis (série achevée en 2014). En 1994, avec Laurent au dessin, il crée les héros Lulu et Berlu dont un album de strip absurdes existe actuellement, intitulé "Les aventures de Lulu Berlu - Je Vole" paru aux éditions Topgame. En 2007, il crée la série "Embrouilles à Mortecouille ", trois albums parus aux éditions JOKER et en 2012 la série "Les potes à Poje".

Baudouin DEVILLE est né à Liège en 1956. Il a suivi les cours d’Eddy Paape à l’Académie des Beaux-Arts de Saint-Gilles pendant trois ans. Dans les années 80, il fonde le studio graphique "Traits", toujours en activité en 2016 dans le domaine du design graphique. Très actif dans la communication graphique et les techniques infographiques, il n’en est pas moins toujours passionné par les années 70 et la moto sous toutes ses formes et finit par revenir à ses premières amours – le dessin et la moto – en publiant à partir de 2011 "Continental Circus", puis "Riders on the storm" et "La Cité de l’automobile". Il dirige la collection Carénages aux éditions Paquet.

Benoît FEROUMONT est né à Aye, commune de l’arrondissement de Marche-en-Famenne, en 1969. Passionné de bande dessinée, il suit des études de dessin à l’école Saint-Luc de Liège d’où il sort avec un diplôme de bande dessinée et d’illustration, puis s’inscrit à l’école d’animation de La Cambre à Bruxelles avec le même succès. Ses premiers travaux sont très vite remarqués et salués: "Chapeaux", "Madame O'Hara" ou "Un ange passe". En 2000, son premier court-métrage "Bzzz" est retenu pour la sélection officielle du festival de Cannes. Il n’oublie pas pour autant le dessin et collabore au Journal Spirou en compagnie d’un scénariste débutant Fabien Vehlmann. Après plusieurs histoires courtes, ils publient ensemble "Wondertown" chez Dupuis en 2005. Dans le même temps, Deville participe à la réalisation du long-métrage "Les Triplettes de Belleville" ainsi qu’au film animé "Brendan et le secret de Kells". En 2009, paraît le premier tome de la série "Le Royaume" également publiée dans le Journal de Spirou. En 2013, il publie, dans la collection Aire Libre, "Gisèle et Béatrice", un conte érotique, mâtiné d'humour et de satire sociale. En 2016, il publie "Fantasio se marie" dans la collection "Une aventure de Spirou et Fantasio".

Philippe FOERSTER est né en 1954 à Bruxelles. Durant ses études à l’Institut Saint-Luc, il publie un récit dans le recueil "Le neuvième rêve", en compagnie d’autres débutants comme Andréas, Cossu, Berthet, Sokal, Schuiten, etc. Ses premières publications professionnelles ont lieu dans Tintin, avant que Marcel Gotlib ne lui propose dès 1979 de venir collaborer à son magazine Fluide Glacial où il publiera de nombreux récits en noir et blanc mêlant humour noir et fantastique. Il reprend le même ton pour son adaptation de Pinocchio parue aux éditions Magic-Strip en 1982. Après plusieurs one shots, il publie à partir de 1987 les trois albums de la série "Starbuck". En 1988, il écrit le scénario de "L'Œil du chasseur" pour Philippe Berthet paru chez Dupuis, avec lequel il collaborera encore en 1996 pour "Chiens de prairie" publié chez Delcourt. En 1996, il scénarise et dessine "Styx", dont l’encrage a été réalisé par Andreas. Entre 2002 et 2004, Foerster publie les trois albums de la série "Silex Files" dans la collection Troisième degré du Lombard. En août 2005 paraît le premier album de la série humoristique "Gueule de bois", ou l'histoire de Pinocchio alias Woody Woodstock devenu un adulte balèze en chêne massif. En 2015, il collabore au collectif "Les Collectionneurs" paru aux éditions du Long Bec, et publie chez Glénat le one shot intitulé "Le confesseur sauvage".

Frédéric GENÊT est né en 1978 à Bruxelles où il a poursuivi des études dans le domaine des arts plastiques et de l’infographie à l’Institut Saint-Luc puis à l’école des Beaux-Arts de Braine-L’Alleud. Parallèlement à sa carrière d’enseignant, il réalise divers travaux d’illustration pour des agences de publicité, universités, organismes communaux. À partir de 2002, il fait occasionnellement de la mise en couleur pour le magazine Spirou et en 2003 pour l’album Intox aux éditions Glénat. En avril 2003, paraît chez Nucléa le premier tome de la série "Mygala" sur un scénario de son ami et ancien professeur de BD, Jean-François Di Giorgio. En 2005, il rejoint les éditions Soleil pour la série "Samuraï" toujours en collaboration avec Jean-François Di Giorgio. A partir du tome 10, il n’en réalise plus que la couverture, de même que sur la série "Samuraï Légendes" dont l’illustration a été confiée à Cristina Mormile.

Gérard GOFFAUX est né le 21 novembre 1957. Compagnon de la romancière Barbara Abel, il enseigne le dessin à l’École de recherches graphiques appartenant au réseau de l’Institut Saint-Luc de Bruxelles. Amateur de polar et de récits noirs, il a publié en 1982 le one shot "Losers", qui sera suivi de plusieurs albums dans la série "Max Faccioni". En 1999, il participe au scénario collectif du one shot "Dérives" illustré par Andreas. En 2003, il démarre la série "La Fille de la nuit", une adaptation en trois volumes du roman de Serge Brusselo. En 2008, il entame la série "Je vous salue Jennifer" dans lequel il a dessiné sa ville, Bruxelles, son quartier, les rues de Saint-Gilles, l’Hôtel de ville, son appartement, ses meubles. Il a également travaillé pour le marché américain du comics sous le nom de Goff. En bd franco-belge, Goffaux aborde le dessin d’une façon classique et réaliste en soignant tout particulièrement sa mise en scène.

HERMANN est né en 1938 dans un village des Fagnes dans les Ardennes. Rien ne semblait le destiner à la BD même s’il a suivi des cours du soir de dessin d’architecture et de décoration intérieure à l’Académie des Beaux-Arts de Saint-Gilles. Après une escapade de trois ans au Canada, il rentre à Bruxelles où c’est son mariage, en 1964, qui va véritablement décider de son avenir. Son beau-frère, Philippe Vandooren, futur directeur éditorial de Dupuis, dirige alors une revue scoute à laquelle il livrera sa première histoire. Remarqué par Greg, Hermann, est engagé au studio du maître qui écrit pour lui, à partir de 1966, la série qui établira d’emblée son talent incontestable, "Bernard Prince" (Le Lombard). Après un détour par "Jugurtha" (Le Lombard), dont il dessinera les premiers albums, Hermann entreprend avec Greg la nouvelle série "Comanche" (Le Lombard) dont la publication commence en décembre 1969. En 1977, il se sent prêt pour lancer seul sa propre série : "Jeremiah". De 1980 à 1983, il illustre "Nic", une série publiée dans le Journal de Spirou sur un scénario de Morphée, alias Philippe Vandooren. En 1984, il publie le premier tome d’une série médiévale "Les Tours de Bois-Maury". Suivront divers one shots, parmi lesquels "Missié Vandisandi" en 1991, "Sarajevo-Tango" en 1995,  "Caatinga" en 1997, "On a tué Wild Bill" en 1999, "Lune de Guerre" en 2000 avec J. Van Hamme au scénario. Avec son fils Yves H. au scénario, il réalise pour la collection Signé du Lombard une trilogie américaine: en 2000, un polar fantastique "Liens de Sang", en 2002, un superbe roman noir "Manhattan Beach 1957" et en 2005, "The girl from Ipanema". Il publie aussi d’autres one shots comme "Une nuit de pleine lune" en 2011, "Retour au Congo" en 2013, "Station 16" en 2014, "Sans pardon" en 2015, "Old Pa Anderson" en 2016. Tout au long de sa carrière, Hermann a reçu de nombreux prix couronnant son travail, notamment le Grand Prix au festival d’Angoulême 2016.

Christian PAPAZOGLAKIS est né à Bruxelles en 1969. Après des études de bande dessinée à l'Institut Saint-Luc, il crée en 1991 le groupe pluridisciplinaire Artzoo Graphic. Il prend part au collectif indépendant Hécatombes et participe à des albums collectifs auto-produits dans les années 90. Il y rencontre Nikola Witko qui scénarise "Les Bijoux de famille" et "Slots" (Requins Marteaux, 2000 et 2001). Sa passion de toujours pour les sports mécaniques l'amène à travailler à partir de 1998 sur la série Michel Vaillant comme assistant de Jean Graton. Il rejoint chez Graton Editeur le Studio Graton, avec Robert Paquet et Nedzad Kamenica, pour prendre en charge les dessins de la série et la restauration du catalogue jusqu'en 2009. Graton Editeur crée la collection "Essai libre" pour publier en 2007 "La Station indienne", un roman graphique autour de l'automobile. En 2010, il fonde avec Robert Paquet et Nedzad Kamenica le Studio PaKap, qui propose des services concernant la bande dessinée, les illustrations, les story boards, la mise en page mais qui leur permet aussi de travailler sur leurs propres productions graphiques, illustrations et BD dans différents domaines, par exemple les grands moments de la course automobile pour la collection "Plein Gaz" (Chapman, Alpine, Ayrton Senna, Sebring 70, Les 24 Heures du Mans), sur des scénarios de Denis Bernard, Youssef Daoudi et Lionel Froissart.

Hughes RENIER est né en Afrique en 1954. Il a vécu en France, dans les Vosges et le Midi, avant de séjourner au Maroc, en Italie et aux Etats-Unis, puis de revenir en Belgique. Ses cinq années consacrées à des études de peinture et de sculpture à « La Cambre » à Bruxelles, puis deux à la photographie et au cinéma d’animation à Pasadena en Californie l’ont amené à travailler comme illustrateur, dans le domaine de la littérature générale, de la publicité et de l’architecture (décors ou fresques murales). Titulaire de différents cours de dessin et de peinture, d’abord aux Ateliers Malou ensuite au Centre Armillaire de Jette, il a depuis ouvert ses propres ateliers qu’il a baptisés "anARTiste". Parallèlement, il travaille en solo et produit des oeuvres personnelles, principalement à l’aquarelle et l’encre de chine., élaborant un monde futur imaginaire dans lequel l’Harmonie dépend de l’équilibre entre la Nature et l’Homme. Ces planches ont amené à la parution de deux livres illustrés ("Les courants silencieux du rêve" et "Les flutiaux du bord de Seine", éd Loup et Hibou). Namaste, dernier né de sa collaboration avec Iris associe des illustrations ramenées du Népal et des textes choisis ou écrits par Iris (chez Acherbé). En 2015 paraît chez Acherché "Grain de riz, grain de poussière", Les tribulations d’un grain de poussière au Cambodge, illustrées par Hughes Renier et mises en mots par Iris.

Sylvain SAVOÏA: est né à Reims le 30 septembre 1969. Sa rencontre en 1985 avec Jean-David Morvan et Christian Lerolle sera décisive pour sa future carrière. Ensemble, ils collaborent au fanzine "Hors Gabarit". En 1988, Morvan s’inscrit à l’École Saint-Luc à Bruxelles où il est ensuite rejoint par Morvan et Lerolle. Durant leur séjour bruxellois, ils rencontrent divers professionnels de la BD, dessinateurs et libraires spécialisés. Savoia collabore au magazine "Zygus" et publie quelques planches dans le mensuel "Jet" après avoir gagné un concours de débutants organisé par les éditions du Lombard. Sa rencontre avec l’éditeur Zenda lors d'un festival lui donne l'occasion de se lancer avec Morvan dans la réalisation d’un premier album, un western atypique intitulé "Reflets perdus", en 1993. Après le rachat de Zenda par Glénat, Savoia se lance dans la saga "Nomad" en compagnie de Morvan au scénario et de Philippe Buchet au dessin des deux premiers albums. La série sera publiée de 1994 à 2000. Pour assurer la régularité de leurs productions, Morvan, Buchet et Savoia fondent en octobre 1994 à Reims l'atelier 510 TTC où s'intègrent également le dessinateur Tranktat et le duo des coloristes Christian Lerolle et Franck Gureghian, surnommés les Color Twins. Parallèlement à la réalisation de "Nomad", Savoia œuvre fréquemment depuis 1996 dans la publicité, les affiches, la communication d'entreprise et les livrets de formation professionnelle. Toujours avec son complice Morvan au scénario, il lance en 2003 la série policière "Al'Togo" chez Dargaud en 2003. Sa compagne, Sowa Marzena, l'ayant incité à illustrer les souvenirs de sa jeunesse passée en Pologne, Savoia élabore un tout autre style graphique pour la série "Marzi" publiée à partir de 2004 chez Dupuis. En 2005, il collabore au dessin du tome 2 de "Chroniques de Sillage". Il publie aussi divers one shots et participe à des oeuvres collectives : "B58 – Trajectoire d’un rêve" en 2006, "Cicatrices de guerre(s) " en 2009, "La crise, quelle crise ? " et "Paroles d’école" en 2013, "Les esclaves oubliés de Tromelin" en 2015. Sylvain Savoia a également collaboré au dessin du premier tome de la série Nomad 2.0 en 2013 et au second tome de Magnum Photos ("Cartier-Bresson Allemagne 1945") en 2016.

Yves SWOLFS est né à Bruxelles en 1955. A la fin des années 70, il suit les cours de Claude Renard à l'atelier R de l'Institut Saint-Luc d’où il sortira diplômé. En 1978, il publie son premier récit dans le deuxième volume du ''Neuvième Rêve'', série d'albums collectifs des étudiants de l'atelier. En 1980, il dessine ''Les chiens meurent en hiver'', la première aventure américaine de la future série Durango. Cette première BD est immédiatement publiée par les Editions des Archers sans prépublication. Cette série sera rachetée par Dargaud dix ans plus tard. En 1987, il commence sa collaboration avec Glénat en prépubliant dans le magazine Vécu la série historique "Dampierre" qu’il anime tout seul avant de se concentrer sur le scénario en confiant le dessin à Eric puis Pierre Legein. En 1994, Swolfs s’attaque au genre fantastique avec "Le Prince de la Nuit" (Glénat) dont il est à la fois scénariste et dessinateur, puis en 1999 au genre western avec la série "Black Hills", en collaboration avec Marc-Rénier. En 2000, il imagine les aventures de "Vlad" avec Griffo au dessin (dans la collection Troisième Vague chez Le Lombard). On lui doit aussi à partir de 2002 la série "James Healer" illustrée par Giulio De Vita. Puis en 2003, pour sa nouvelle saga "Légende" dans le genre médiéval-fantastique, il rejoint les éditions Soleil, qui reprennent la publication de Durango à partir du tome 14 en 2006.
 

Auteurs qui ont bien voulu participer à l'événement:

Fernando DAGNINO est né à Madrid en 1973. Il s’est rapidement orienté vers la conception graphique, l’illustration puis la bande dessinée. Sa carrière artistique a débuté au sein de la Walt Disney Imagineering (contraction des mots imaginaire et ingénierie) qui travaille à la conception des divers projets du groupe Disney. Il a également travaillé comme illustrateur de livres pour enfants et pour des agences de publicité et des magazines. En 2008, il entame sa carrière de dessinateur, encreur et coloriste principalement chez DC comics, travaillant sur les plus grandes séries comme les Teen Titans, Batman and the Outsiders, Justice League, Supergirl et Wonder Woman. En septembre 2011, à l’occasion de la recréation de l’univers DC (surnommée "The New 52" car 52 séries sont relancées à partir du numéro 1), il rejoint les équipes travaillant sur Resurrection Man et Suicide Squad. Fernando Dagnino a également travaillé chez Dark Horse Comics sur la série "Captain Midnight" et nous prépare quelque chose qui devrait faire parler de lui très bientôt !  

Kyko DUARTE est né en 1975 à Málaga. Cet autodidacte réalise ses premiers contrats dans le domaine de la publicité pour des télévisions locales. En 1997, il rencontre son inséparable partenaire Miki. Ensemble, ils vont travailler dans le dessin de presse, d'humour et satirique pour des journaux locaux, nationaux et internationaux. En 2007, il reçoit le prix Premio Plumilla Andalucia. Sa passion pour la BD se concrétise en 2004 avec la parution du premier tome de la série "De Sang Froid" chez Bamboo. Suivront "Le Capitaine Fracasse" d’après Théophile Gautier, "Chroniques de la guerre des fées", "Dans la paume du diable", "Elfes" toujours en cours, "Hero Corp" et son dernier né "World War Wolves" pour les deux premiers tomes chez Soleil Comics.

ERSEL, de son vrai nom Erwin Sels, est né en 1963 à Anvers où il réside toujours. Fils de dessinateur, il opte rapidement pour un dessin réaliste propre à l'école franco-belge. Il dessine ses premières planches sur des scénarios de Bucquoy, "Une épopée française" en 1989 dans Vécu, "Frenchy" et "Les Villes tentaculaires" aux éditions Himalaya. En 1994, il poursuit le travail de Jean-François Charles sur la série "Les Pionniers du Nouveau Monde" et confirme son talent avec "Claymore" en 1998, deux séries dans la collection Vécu scénarisées par Maryse Charles alias Nouwens puis Ruellan, avec qui il lance aussi "Les Derniers jours de la Géhenne" dans la collection Grafica. En 2001, paraît "Le Gardien de la Lance" dans la collection Loge Noire sur un scénario de Ferry. En 2008, il succède à Pierre Wachs sur la série "Disparitions". On lui doit aussi "Cheyenne", "Médée", "Le Zouave" et "Les Voiles".

Francisco RUIZGÉ est né en 1969 à Callosa de Segura dans la province d’Alicante. Passionné d’histoire, de dessin et de bande dessinée, il suit un cursus d’études aux Beaux-Arts en Espagne puis à Paris. Revenu en Espagne, il devient professeur à l’Ecole des Arts et Métiers de sa ville natale. Sa passion du dessin le pousse à réaliser de petites illustrations pour des magazines ainsi que des dessins politiques humoristiques mais c’est surtout la bande dessinée qui l’attire. La chance lui sourit en 2004 lorsque Valérie Mangin lui propose d’illustrer sa série "Luxley" où il peut enfin laisser libre cours à ses passions du dessin et de l’histoire. Il travaillera ensuite sur "La Geste des Chevaliers Dragons", "Prométhée", "Indicible" et plus récemment dans un genre tout à fait différent sur "Bodegas" et actuellement  sur "Clos de Bourgogne".

Laurent SIEURAC est né à Arles en 1974. Après ses études, il se met au dessin en autodidacte encouragé par sa participation à la création du fanzine arlésien de la BD intitulé "Babylone" puis à celle du festival "Arles fait ses bulles" en 2001. Fin 1998, sa rencontre avec Pierre Leoni des éditions Clair de Lune a été décisive pour sa future carrière car en naîtront trois albums dans la série "Les Prophéties Elween". Puis suivra sa rencontre avec Mourad Boudjellal des éditions Soleil qui se concrétisera par la parution en 2004 du premier tome de la série « Les Princes d’Arclan » scénarisée par Jean-Charles Gaudin. Suivront le tome 6 de la série "La Geste des Chevaliers Dragons" en 2007, puis les deux premiers tomes de la série "L’Assassin Royal", en 2009 "Arelate", toujours en cours, qui lui a été inspirée par l’histoire antique d’Arles, la série historico-fantastique en deux tomes "Vikings" tirée des romans de Patrick Weber et "Erik Le Rouge", également en deux tomes, avec Jean-François Di Giorgio, ces deux séries ont été réalisées en parallèle; sans oublier "Rocket Science" hors série 1 en 2013.

L’exposition aura lieu du 8 au 25 septembre 2016 à la Galerie Passerelle Louise - 34 rue Dejoncker à 1060 Saint-Gilles, à deux pas de l’avenue Louise.

Vernissage le 13 septembre en présence de plusieurs auteurs à partir de 18 heures jusqu'à 20h30.  

Galerie Passerelle Louise
34 rue Dejoncker
1060 Saint-Gilles (à deux pas de l’avenue Louise).
Ouvert du mardi au samedi de 13h00 à 18h30 et/ou sur rendez-vous (info@creabulles.be).

info@creabulles.be, http://creabulles.be

Galerie PASSERELLE Louise 34 rue Dejoncker, 1060 Bruxelles Bruxelloise Belgique

4 votes. Moyenne 4.75 sur 5.