Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

EXPO COMÈSCOMÈS

Vous savez combien j’aime l’atmosphère unique de la Maison Autrique (si vous lisez mes chroniques).
Une fois refermée la porte d’entrée, pas besoin du chronoscaphe du professeur Miloch pour se retrouver au début du 20e siècle.
Quel plus bel écrin ne pouvait être choisi pour accueillir sur les murs de cette demeure les planches de ce huis clos nommé Eva du talentueux auteur Didier COMÈS.
Troisième récit paru dans la revue À Suivre.
Cette histoire loin de l’univers des légendes ardennaises des débuts, déroutait de nombreux lecteurs (et j’en faisais partie de ces déroutés).
Mais quelques nombreuses années plus tard, je peux vous assurer que ce livre est peut-être le chef-d’œuvre de Comès.
Et l’exposition présentée ici souligne les qualités intrinsèques de cette œuvre.Expo ComèsQuelques cases judicieuses agrandies ornent le premier étage où est projetée une analyse du livre commentée par le journaliste Thierry Bellefroid (auteur de la biographie "Comès d’Ombre et de Silence" que tout amateur du travail du dessinateur se DOIT de lire) et de Didier Platteau (directeur de Casterman au moment de la parution de À Suivre).
Au deuxième étage, sont présentées des planches originales quasi muettes où les cases parlent d’elles-mêmes. Tout le travail des oppositions des noirs et blancs et des traits si précis est impressionnant.
Des vitrines montrent des photos de la femme de Comès en chaise roulante, documents nécessaires pour représenter le personnage principal.ExpoSi cette histoire se passe dans une maison, celle-ci n’a guère de similitudes avec la maison de la chaussée de Haecht mais la vie passée hantant les lieux enveloppe l’exposition d’une impression étrange propre au climat du livre.Photo 1Livre dans lequel Didier Comès s’est permis plusieurs touches personnelles tels ces clins d’œil à des films comme l’Ange bleu, Portier de nuit, Psychose...
L’impact psychologique que dégage la lecture d’Eva est très proche de ces films et est très bien mis en exergue par cette exposition.
Après la visite, tout visiteur n’ayant pas le livre voudra le lire...hélas les éditions Casterman n’ont même pas la délicatesse et la noblesse de tenir à jour la collection d’un de leurs auteurs phares.
PlancheLe livre Eva est épuisé.
Et ce n’est pas cette sinistre intégrale au petit format et aux teintes pâles qui va réconforter le futur lecteur transi et frustré...

M. Destrée

Date de dernière mise à jour : 10/04/2021

  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.