Créabulles, Expositions, Dédicaces, Rencontres.

DÉCÈS d'Albert UDERZO

Uderzo avec asterix et obelixBien triste nouvelle ce 24 mars 2020. En effet, sans lien avec la crise sanitaire actuelle mais particulièrement attristant compte tenu du nombre élevé d’auteurs de BD ayant disparu en peu de temps, c’est le célèbre dessinateur Albert UDERZO créateur du personnage d'Astérix avec René GOSCINY (auquel la France a rendu hommage en janvier dernier en inaugurant une sculpture en bronze rue de Boulainvilliers à Paris dont Créabulles a rendu compte ici) qui vient de nous quitter à l’âge de 92 ans. Il aurait eu 93 ans le 25 avril prochain.

Très jeune, ce fils d’immigrés italiens né en 1927 s’intéresse au dessin par le biais de ses lectures, en particulier Mickey Mouse. En 1940, alors qu'il n'a que 13 ans, il est engagé par la Société Parisienne d'édition où il va apprendre le B. A.-BA du métier et dès 1944 sa première illustration (une parodie de la fable Le Corbeau et le Renard) est publiée dans le magazine Junior. Au fil des années, il va faire de nombreuses rencontres fructueuses et prendre des initiatives déterminantes pour sa carrière.

En réponse à une annonce des Editions du Chêne qui organisent un concours de bande dessinée, il invente le personnage de Clopinard et y dessinera un récit de 16 planches mettant en scène ce grognard unijambiste déjà grand consommateur de poudre à canon. Sous le pseudonyme d'Al Uderzo, il collabore au magazine OK et conçoit successivement Arys Buck, le Prince Rollin et Belloy l'Invulnérable (1948).Captaine marvel jrEn 1949, il est engagé comme reporter-illustrateur au magazine France Dimanche et dans le même temps collabore, parmi bien d’autres dessinateurs, à la BD en format vertical relatant des affaires criminelles intitulée "Le crime ne paie pas" écrite par Paul Gordeaux et publiée par France-Soir jusqu’au début des années 70. Uderzo va même dessiner quelques épisodes de Captain Marvel Jr. pour le magazine Bravo !.

À l’invitation d’Yvan Cheron, un agent de presse belge (World Press), Uderzo se rend à Bruxelles où il rencontre les dessinateurs Victor Hubinon, Eddy Paape et Mitacq ainsi que le scénariste Jean-Michel Charlier avec lequel il reprendra "Belloy" pour le journal La Wallonie (1951). Et c’est là qu’il va rencontrer un certain René Goscinny de retour des États-Unis avec lequel va débuter une longue et étroite collaboration et complicité. Cette rencontre va marquer un tournant décisif dans sa carrière.Oumpah pahEn 1955, Uderzo, Charlier, Goscinny et Jean Hébrard décident de créer leur propre syndicat afin de défendre leurs droits. Licenciés par leurs employeurs, ils décident de fonder Edifrance et Edipresse, à la fois agences de publicité et de presse. Sponsorisé par le chocolat Pupier paraît le journal Pistolin dirigé par J.-M. Charlier et un certain René Goscinny dans lequel sont republiées les histoires de Belloy puis celles du gentil corsaire Pistolin. Ensemble, ils vont aussi créer pour La Libre Belgique et Le Journal de Tintin Jehan Pistolet, Luc Junior, La Famille Moutonnet, Bill Blanchard, Tanguy et Laverdure (Les Chevaliers du Ciel). En revanche leur projet de série mettant en scène l’indien Oumpah-Pah destinée au marché américain va rester dans les cartons pour le moment. En 1958, Albert Uderzo fait ses débuts au journal Tintin où la série Oumpah-Pah est enfin publiée aux côtés de Poussin et Poussif, de La Famille Moutonnet et de La Famille Cokalane.Tanguy et laverdure

Si beaucoup d’autres projets n’aboutissent pas ou font un flop, en revanche en 1959 paraît le premier numéro de Pilote, un magazine (à l’origine hebdomadaire) de bande dessinée français qui rencontre tout de suite un vif succès et qui sera racheté dès 1960 par Dargaud. Dès le lancement du magazine, on retrouve la signature d’Albert Uderzo sur deux séries Tanguy et Laverdure avec Jean-Michel Charlier au scénario et Astérix avec René Goscinny. Rapidement, la série Astérix centrée autour d’un village d’irréductibles gaulois résistant à l’envahisseur romain avec pour héros le petit Astérix moustachu amateur de potion magique et son compère Obélix qui, lui, est tombé dans la potion, va connaître un immense succès qui au fil des années sera phénoménal. En 1967 paraît le premier album d’une série qui va devenir la série française la plus populaire et un best-seller de la bande dessinée mondiale.

Le gaulois Asterix en hispanie

En 1974, Goscinny et Uderzo fondent avec Georges Dargaud les Studios Idéfix dont le logo est une parodie de celui de la Metro-Goldwyn-Meyer. Ils réalisaient ainsi leur rêve de posséder leur propre studio d’animation et de devenir le Walt Disney français. Cette création avait aussi pour but de s’assurer de la qualité artistique et de la fidélité à l’original des prochaines adaptations d’albums (en effet les deux premiers films Astérix le Gaulois et Astérix et Cléopâtre produits par les studios belges Belvision avaient déçu Goscinny et Uderzo malgré leur implication dans leur réalisation). Deux films seulement seront réalisés sur base de scénarios originaux (écrits d’après les séries BD Astérix et Lucky Luke): Les douze travaux d’Astérix en 1976 et La ballade des Dalton en 1978. Le studio ferme ses portes en 1978 après le décès de Goscinny.Le grand fosseAprès la mort de René Goscinny en 1977, Albert Uderzo quitte les éditions Dargaud pour créer sa propre structure appelée Les éditions Albert René. La maison d’édition publiera une dizaine de nouveaux albums (à partir du tome 25 intitulé Le Grand Fossé en 1980) et récupérera en 1998, à la suite d'un long procès, les droits d'édition sur les 24 premiers titres de la série. La collection Astérix comprend aujourd'hui 38 titres, diffusés à plus de 380 millions d'exemplaires dans le monde entier et traduits dans 111 langues (d’après Les Éditions Albert René).La fille de vercingetorixAlbert Uderzo a toujours exercé un droit de regard sur Astérix même après avoir passé la main en 2013 au dessinateur Didier Conrad et au scénariste Jean-Yves Ferri, décision dont il reconnaît qu’elle a été difficile à prendre. Et s’il ne dessine plus, il valide leurs idées et rien ne peut se faire (y compris au cinéma) sans son accord. Dans une interview accordée au journal Le Parisien Week-End le 30 novembre 2018, Uderzo répondait ainsi à la question: "Astérix a donc de belles années devant lui ?: Je ne sais pas si le prochain album sera le dernier, mais je ne pense pas qu'il y en aura beaucoup après... Je ne veux pas laisser Astérix entre d'autres mains après ma disparition. Je n'ai pas envie de prendre le risque de tout fiche en l'air, de faire n'importe quoi pour de l'argent. A vrai dire, j'ai une peur bleue. Mais bon, avoir passé le cap des 90 ans est miraculeux. Remarquez, dans la famille, la longévité est héréditaire. Ma mère est décédée dans sa centième année, mon père à 97 ans !"

Uderzo et ses personnagesAlbert Uderzo est toujours resté très modeste. C’est grâce à la presse qu’il a appris à dessiner et était fier de ce titre de dessinateur de presse où il a énormément travaillé pour gagner sa vie. Cette force de travail ne l’a ensuite jamais quitté puisqu’il était capable de dessiner jusqu’à 4 ou 5 planches par semaine avec très peu voire aucune retouche. Il a ainsi pu nous offrir un dessin d’une grande virtuosité et diversité abordant des genres différents: réaliste, aventure de cape et d’épée, super-héros, etc.

La franchise Astérix a donné lieu à de multiples adaptations: feuilleton et émissions radiophoniques, disques, téléfilms, dessins animés, jeux de société et même un parc de loisirs Astérix ouvert en 1989 à Plailly dans l’Oise, à 30 km au nord de Paris (après l’échec d’une première tentative de parc à thème à Nice dès 1967).

Quelques hommages de :

Martin JAMAR, Juanjo GUARNIDO, Ruben PELLEJERO,  Philippe LUGUY, NOB, TURF, Luc JACAMON, Olivier COIPEL, Laurent LEFEUVRE, Enrico MARINI, CHABOUTÉ, ZEP, Marc BOURGNE et Philippe BRIONES

Hommage de martin jamar pour les 90 ans d udezo 2 

Hommage de ruben pellejeroHommage de philippe luguy

NobTurf

Luc jacamonOlivier coipel

Enrico mariniChaboute

ZepBourgne

Briones

Beaucoup d'autres dans ces deux albums hommages

Uderzo croque par ses amis Asterix et ses amis

Albert Uderzo a été récompensé et honoré de plusieurs prix et distinctions:

1999 - Grand Prix du millénaire du Festival de la Bande dessinée d’Angoulême

2004 - Prix Max et Moritz pour une œuvre remarquable lors du Festival d’Erlangen en Bavière

2005 - Inscription au Temple de la Renommée Will Eisner

2009 - Docteur Honoris causa de l’Université Paris 13 lors de l’exposition Drôles de Gaulois à Bobigny

2013 - Prix de l’Excellence française (sous l’égide du ministère français des Affaires étrangères qui récompense des personnes qui, par leur talent, leur créativité et leur capacité d’innovation, participent au rayonnement de la France dans le monde).Asterix

Merci pour tout ! Nos pensées vont à sa famille et à ses proches.

FPatrick & SDJuan

Date de dernière mise à jour : 25/03/2020

  • 2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.